Tous les articles par Marion

[CNJP18] Palmarès des lauréats du Concours national des jardins potagers

Le palmarès de l’édition 2018 du Concours national des jardins potagers a été dévoilé lors d’un grand moment de convivialité, de partage et d’échange entre jardiniers et passionnés. Tous les lauréats étaient conviés à la cérémonie de remise des prix qui s’est tenue le mercredi 05 décembre à la Société Nationale d’Horticulture de France.
Remise du prix spécial du jury 2018 à l’Association GACI

En effet, chaque année, le Concours national des jardins potagers récompense des jardins potagers remarquables en termes de diversité des légumes cultivés, des bonnes pratiques de jardinage et de l’esthétique même du jardin.

Ouvert à tous les jardiniers, ce rendez-vous annuel est organisé conjointement par la SNHF, l’Association Jardinot et le GNIS.

Un jury d’experts, composé de représentants de ces mêmes organisations, a sillonné, durant toute la saison estivale, les routes de France pour découvrir les jardins des 21 finalistes issus d’une première sélection réalisée sur dossier. Ces visites ont été  l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des jardiniers passionnés et d’apprécier leurs jardins afin d’établir, conformément au règlement du concours, la liste des lauréats dans chacune des catégories suivantes :

  • jardin potager privatif,
  • potager dans un ensemble collectif de jardins (centre de jardins, jardins familiaux…),
  • jardin potager privatif situé dans un environnement paysager (château, grand parc…),
  • jardin pédagogique, réalisé sur initiative individuelle ou avec la participation d’associations de jardiniers ou de sociétés d’horticulture,
  • jardins partagés, mis en place et cultivés au sein d’une entreprise ou par une association.

Les membres du jury vous emmènent maintenant à la rencontre des grands prix de l’édition 2018 et de leurs potagers remarquables !

Les grand prix 2018

Le jardin privatif de Cathy BABAU au Pradal dans l’Hérault a séduit le jury pour son splendide potager de 1.300m² en déclivité, qui permet une vue panoramique sur toutes les plantations. Ce jardin aux couleurs chatoyantes et décoré avec goût est un véritable enchantement de verdure grâce aux paillages des cultures et à une technique d’arrosage originale. Celui de Francis MICHEL à Villeneuve-Saint-Georges dans le Val de Marne, réunit 2 parcelles pour un total de 600m² qu’il cultive depuis près de 35 ans. Avec une parfaite maîtrise technique, il obtient des résultats spectaculaires. Ce jardin est un excellent exemple de jardin vivrier qui respire la convivialité. Le magnifique potager du parc de Wesserling, dans le Haut Rhin, monument historique qui retrace l’aventure industrielle de l’ancienne « Manufacture Royale » est géré par l’association « les jardins de Wesserling » depuis 2003 et Florence CATTENOZ et Jean GRANELLO. Aménagé avec un souci d’esthétisme, il présente une impressionnante diversité de légumes. Enfin, le jury a souhaité cette année mettre à l’honneur le centre horticole jardin « Emile senteurs » animé par Étienne GRAVE, éducateur spécialisé à l’Association ARCHIPEL de Saint-André-lez Lille dans le Nord. C’est un outil pour le traitement thérapeutique dans les problèmes de santé mentale. Un parcours pédagogique est aménagé avec l’objectif d’améliorer le processus cognitif des patients : reconnaissance de types de menthes ou de types de paillages ; jetons pour retrouver des animaux et des végétaux… Les patients sont affectés à des travaux de jardinage, d’entretien ou de confection de mobilier de jardin.

Cat. 1 : jardin potager privatif

Grand prix : Cathy BABAU – Le Pradal (Hérault)

© C. BABAU / CNJP 2018

C’est dans un espace déshérité et avec un déficit pluvieux permanent, que Cathy BABAU a créé un potager remarquable qu’elle cultive depuis 6 ans (« que du bonheur » dit-elle).
Il présente plusieurs espaces sur un terrain de 1300 m² en déclivité, ce qui permet une vue panoramique sur toutes les plantations. Malgré la sécheresse ambiante, c’est un enchantement de verdure, de culture de légumes et de fleurs aux couleurs chatoyantes. Le secret de Cathy : les oyats, ces poteries en terre cuite poreuse, qui enterrés près des végétaux et régulièrement complétés avec de l’eau, leur permettent de prélever le liquide qui leur est nécessaire. L’utilisation du paillage permet aussi d’économiser cette eau précieuse qui est récupérée dans des cuves pour les longues périodes sans pluie. Des poteries judicieusement disposées agrémentent le décor, des petits pots en terre cuite sur des tiges permettent de repérer les variétés de tomates, un pancartage en planchettes de bois permet de se diriger, des citations sur ardoise incitent à la réflexion, des personnages mannequins disposés çà et là donnent de la vie , des abris à insectes , des nichoirs, un poulailler, un bassin, des parapluies ou des parasols pour faire de l’ombre, la liste est longues des découvertes à faire dans ce jardin.

Le jury apprécie particulièrement ces techniques de jardinage sans faille, sans utilisation de pesticides, avec une grande diversité de légumes et de fleurs qui sont agréablement mélangés. La recherche d’espèces ou de variétés particulières complète les éléments de cette visite, nous notons environ 30 variétés de tomates et l’incontournable oignon doux des Cévennes. Cathy BABAU est une passionnée de ce jardin qu’elle a créé de toutes pièces avec beaucoup de goût et de créativité.

Ce potager est exceptionnel, comme la jardinière qui nous explique que « ses motivations à jardiner sont une source d’inspiration. En effet, étant artiste peintre, j’aime la couleur, l’esthétisme, la matière et la fantaisie ». Nos lauréats sont souvent aussi des artistes !

Cat. 2 : potager dans un ensemble collectif de jardins

Grand prix : Francis MICHEL à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne)

© F. MICHEL / CNJP 2018

Son potager réunit 2 parcelles pour un total de 600m² qu’il cultive depuis près de 35 ans.
Francis est un jardinier extrêmement expérimenté. Il produit une impressionnante quantité de légumes variés de belle qualité destinés à sa famille et ses proches. Le jury note les asperges, des christophines et une grande variété de tomates. Sa méthode de production est plutôt conventionnelle mais sans excès et il obtient des résultats spectaculaires. Il essaie de nombreuses variétés tout en gardant les grands classiques.

Son épais paillage réalisé avec des déchets végétaux semble très efficace. Il lui permet de réduire les risques de contamination par le sol. Son terrain est très propre grâce à un travail continu aussi bien en hiver qu’en été.

Il passe toutes ses journées au potager. Pendant de nombreuses années il a enregistré ses récoltes, le temps passé, ses dépenses et a pu estimer que cela lui permet d’économiser plus de 1000 € par an, et de nourrir sa famille toute l’année.

C’est un excellent exemple de jardin vivrier performant, mais qui n’exclut pas la convivialité avec les voisins et favorise les liens familiaux : « Il y a aussi un côté éducatif avec mes petites filles qui découvrent comment poussent les légumes, et surtout cela permet d’éveiller leurs palais à des produits sans traitement chimique. »

Cat. 3 : jardin potager privatif dans un environnement paysager

Grand prix : Florence CATTENOZ et Jean GRANELLO
à Husseren-Wesserling (Haut-Rhin)

© F. CATTENOZ et J. GRANELLO / CNJP 2018

L’association « les jardins de Wesserling » gère depuis 2003 le potager du parc de Wesserling, monument historique qui retrace l’aventure industrielle de l’ancienne « Manufacture Royale ».

Il est divisé en plusieurs parties, un petit potager de 460m², un grand de 1200m², un espace aromatique de 300m², un univers petits fruits de 230m², et enfin un grand verger de 1250m².
Le potager se visite et de nombreuses manifestations sont organisées tout au long de l’année. « En référence au passé du site, nous présentons chaque année une allée textile  en choisissant dans les archives de l’écomusée des tissus imprimés à la manufacture au 19e siècle. Traités numériquement, ces échantillons agrandis sont présentés dans les parcelles reproduisant sur le terrain les motifs du tissu en mélangeant légumes et fleurs ».

Le jury note un bon niveau d’équipement : serre chauffée, tunnels, silo à compost, récupérateurs d’eau de pluie. Le mariage des fleurs et des légumes est appliqué systématiquement. Ici, il n’y a pas de produits chimiques utilisés. Paillage abondant et rotation des cultures sont pratiqués et le ramassage des doryphores et des limaces se fait à la main.

La grande diversité est impressionnante : plus de 150 variétés de légumes dont 12 en choux, 30 en tomates, de l’oca du Pérou, crosne, yacon, chervis, salsifis…De nombreuses informations sont à la disposition des visiteurs à l’aide de calicots textiles. C’est un très beau jardin, propre et bien entretenu. Une petite brasserie est à la disposition des visiteurs. La vente des légumes et de confitures faites sur place participent à l’équilibre financier de l’association. Comme l’explique Florence, les buts de ce potager sont multiples : pédagogique, esthétique, ludique, productif et social avec 15 personnes en insertion encadrés par plusieurs bénévoles.

Cat. 4 : jardin pédagogique

Grand prix : Étienne GRAVE, Association ARCHIPEL à Saint-André-lez-Lille (Nord)
© E. GRAVE / CNJP 2018

(Monsieur Claude DOGNON : Président d’Archipel)

Le centre horticole jardin « Emile senteurs » est animé par Étienne GRAVE, éducateur spécialisé. C’est un outil pour le traitement thérapeutique dans les problèmes de santé mentale. L’établissement compte 80 lits, mais 90% des personnes à problème sont en traitement hospitalier de jour à domicile.

L’association ARCHIPEL facilite les activités culturelles et sportives pour les personnes suivies en soin à l’EPSM (Établissement Public de Santé Mentale) et soutient l’activité jardinage.

Un parcours pédagogique est aménagé avec l’objectif d’améliorer le processus cognitif des patients : Reconnaissance de types de menthes  ou de types de paillages ; Jetons pour retrouver des animaux et des végétaux. Les patients sont affectés à des travaux de jardinage, d’entretien ou de confection de mobilier de jardin.

Le jardin est constitué de plusieurs espaces :

  • Un jardin potager de 480m² ;
  • Une grande serre avec un espace jeux et un espace rempotage pour les enfants ;
  • Une tonnelle végétale ;
  • Un poulailler ;
  • Un jardin clos pour les grands malades ;
  • Une grande serre pour tomates, poivrons et espèces nécessitant de la chaleur ;
  • Un espace vert avec un cheval, des chèvres, des oies…

Dans ces espaces aucun pesticide n’est utilisé. L’ensemble est très esthétique avec le mariage des légumes et des fleurs. On y pratique rotation des cultures, récupération d’eau, essai réussi de culture en lasagne. Les espèces et les variétés sont adaptées aux besoins de consommation. La production est consommée sur place (soupe journalière), mise en congélation ou emportée par les patients.

Des collections de romarins, de thyms (40 variétés), de menthes (105 variétés), de pélargoniums sont aussi des outils pour la reconnaissance des senteurs. L’équipe qui anime le jardin allie la pédagogie et la thérapie avec une grande connaissance des plantes et des pratiques de jardinage respectueuses de la nature. Étienne Grave indique : « Le jardin n’est qu’un outil d’accompagnement pour ces personnes en souffrance, et nous restons vigilant pour garantir notre travail d’éducateur. Enfin, nous mettons un accent fort sur l’accueil, l’échange, le lien social et ce jardin est un lieu que nous avons adapté au fil du temps. » Le jury a été très impressionné par cette réalisation exemplaire.

Le palmarès 2018

Catégorie 1 : Jardin potager privatif

Grand prix : Cathy BABAU à Le Pradal (Hérault)

© C. BABAU / CNJP 2018

1e Prix : Frédéric DENIZET et Annick HUBENS à Le Luc en Provence (Var)

© F. DENIZET / CNJP 2018

2e prix : Dominique MALANDAIN à Saint-Martin-de-Boscherville (Seine-Maritime)

© D. MALANDAIN / CNJP 2018

3e prix : Cécile DUREL à Sainte-Eulalie (Gironde)

© C. DUREL / CNJP 2018

4e prix : Martin HIVERT à Beaupouyet (Dordogne)

© M. HIVERT / CNJP 2018

Prix spécial du jury : Eve BACHELET à Saint-Pierre-de-Manneville (Seine-Maritime)

© E. BACHELET / CNJP 2018

Nominée : Elisabeth MULLER à Illtal (Haut-Rhin)

© E. MULLER / CNJP 2018

Nominé : Quentin PRINCE à Le Poinçonnet (Indre)

© Q. PRINCE / CNJP 2018

Catégorie 2 : potager dans un ensemble collectif de jardins

Grand prix : Francis MICHEL à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne)

© F. MICHEL / CNJP 2018

1er prix ex-aequo : Danuta BODET à Bourg-en-Bresse (Ain)

© D. BODET / CNJP 2018

1er prix ex-aequo : Agostinho MARTINS à Paris

© A. MARTINS / CNJP 2018

3e prix : Isabelle ROLANDO aux Andelys (Eure-et-Loire)

© I. ROLANDO / CNJP 2018

Catégorie 3 : jardin potager privatif dans un environnement paysager

Grand prix : Florence CATTENOZ et Jean GRANELLO à Husseren-Wesserling (Haut-Rhin)

© F. CATTENOZ et J. GRANELLO / CNJP 2018

Catégorie 4 : jardins ou parcelles pédagogiques

Grand prix : Étienne GRAVE à Saint-André-lez-Lille (Nord)

© E. GRAVE / CNJP 2018

1er prix et ordre du ROMARIN : Patrick FONTAINE à Montreuil (Seine-Saint-Denis)

© P. FONTAINE / CNJP 2018

Catégorie 5 : potagers partagés mis en place et cultivés au sein d’une entreprise ou par une association

1er prix : Hourya KONTATE à Arcueil (Val-de-Marne)

© H. KONTATE / CNJP 2018

Prix spécial du jury : Association GACI à Saint-Amé (Vosges)

© Association GACI / CNJP 2018
[/vc_column][/vc_row]

Concours organisé en partenariat avec la FNMJ (Fédération Nationale des Métiers de la Jardinerie), 
La Vie du Jardin et des Jardiniers, CP JARDIN (Produits biologiques pour le jardin), 
NATURES MARKET (Nichoirs et abris pour auxiliaires) et DUMONA (Terreaux, supports de culture et paillage.

S’initier à la peinture botanique
ou perfectionner sa technique…

Les cours d’illustration botanique sont proposés par la section Beaux-arts de la SNHF, et dispensés par Elisabeth Vitou, artiste botanique, sous forme de sessions de trois jours, organisées autour d’un thème.

Apprendre à regarder, regarder pour comprendre, comprendre pour pouvoir restituer ce que l’on voit et l’organiser de manière à la fois esthétique et personnelle” Elisabeth Vitou

Tous niveaux

Lieu

Société Nationale d’Horticulture de France,
84 rue de Grenelle, 75007 Paris

Tarif

200 euros les 3 journées de cours.

Prochaines sessions 2019


14, 15 et 16 mars 
de 10h à 17h (les horaires exacts vous seront communiqués au moment de la confirmation d’inscription).

16, 17 et 18 mai de 10h à 17h (les horaires exacts vous seront communiqués au moment de la confirmation d’inscription).

Les participants sont invités à apporter leur déjeuner qui sera pris sur place.

La liste des fournitures

 

> Retour en image sur la session de janvier 2018

> Découvrir la section Beaux-arts de la SNHF

Raymond Mondet, « Nicolas le Jardinier », s’en est allé…



Raymond Mondet, qui fut une grande figure médiatique de l’horticulture, s’est éteint le mercredi 21 novembre. Il a rejoint le jardin du paradis, annonce sa famille sur sa page Facebook. Il allait avoir 90 ans en cette fin d’année.
 Passionné de jardinage, il avait suivi une formation professionnelle à l’École d’horticulture Du Breuil et obtenu en 1948 le diplôme de jardinier « 4 branches », dont il fut très fier toute sa vie. Mais il orienta rapidement sa carrière vers le journalisme et devint en 1958 le rédacteur en chef du magazine Rustica, poste qu’il occupa jusqu’en 1977.
 C’est à ce titre qu’il fut en 1967 l’un des fondateurs de l’Association des Journalistes de l’Horticulture (AJH, qui deviendra au début des années 2000 l’AJJH, intégrant le Jardin dans sa dénomination), de laquelle il détenait la carte de membre numéro 4.

L’éditeur Georges Dargaud, qui a racheté Rustica en 1969, lui aurait suggéré l’idée de prendre le pseudonyme de « Nicolas le Jardinier ». C’est sous ce nom qu’il deviendra à partir des années 1980 une vedette du paysage audiovisuel, le spécialiste du jardinage à la télévision puis à la radio, avec une prédilection pour le potager.
 Sa passion du jardinage il l’aura largement prodiguée également en participant aux fêtes des plantes, en donnant des conférences et en publiant de nombreux ouvrages chez divers éditeurs. 
Raymond Mondet était commandeur de l’Ordre du Mérite agricole et commandeur de l’Ordre national du Mérite.

Ses obsèques auront lieu le jeudi 29 novembre à 14 h, en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois de Romainville. La ville où il habita toute sa vie, où il cultiva ses jardins et où il aimait recevoir ses amis.

Marie-Hélène Loaec

[Art floral] Japonismes 2018 : La SNHF aussi !

Le 22 août la section Art Floral de la SNHF représentés par Monsieur Bruno Lamberti – Président de la section, Madame Claire Delort –  Vice-Présidente, et Mme Valérie Lehmann – en charge des relations avec le Japon, recevait une importante délégation de professeurs Japonais d’Art Floral Occidental en voyage d’étude en Europe.

Août, découverte de la SNHF

Ces 25 professeurs japonais emmenés par Mr Toru Kawai, Président de la NFD (Nippon Flower Design association) ont découvert la SNHF. Tous étaient membres de la NFD, association qui a pour but d’enseigner et de promouvoir l’art du Bouquet occidental au Japon et qui entretient des relations avec la SNHF depuis plus de 10 ans maintenant.

La délégation a admiré la bibliothèque de la SNHF où elle a été accueillie par Monsieur Cyril Samson puis a assisté à une magnifique démonstration de bouquets grand format réalisé par Bruno Lamberti.

Le lendemain les professeurs ont effectué une visite et de nombreux achats à Rungis, une visite préparée lors de la venue de Mr Kawai en juin de cette année.

Retour sur la semaine de Monsieur Kawai en juin dernier.

En effet début juin, Mr Kawai avait été invité par Monsieur le Président Dominique Douard a assister pendant une semaine aux temps forts de la vie de la SNHF et aux évènements marquants de la section Art Floral. Cette semaine avait été préparée avec minutie, comme il se doit lorsqu’un hôte japonais est reçu en France, par Valérie Lehmann.

Le programme a débuté par une visite de la manifestation « Jardins, Jardins » dans le cadre prestigieux des Tuileries.

Puis Mr Kawai a participé à la remise du « Grand Prix de la Rose » où il a été présenté aux participants par Monsieur le Président Dominique Douard.

De nombreux contacts ont été pris avec les obtenteurs et amateurs de roses, très intéressés par le Japon.

 

 

La roseraie du Parc de Bagatelle

Le lendemain une visite privée de la roseraie du Parc de Bagatelle, récemment labellisé ‘Jardin remarquable’ avait été organisée. Accompagnés par le chef conservateur du jardin Monsieur Erik Benoit nous avons découvert la roseraie. Le chef conservateur a commenté le mode de sélection des pieds de rosiers puis il nous a fait découvrir le jardin secret des Iris, renfermant, entre autres, une collection d’iris japonais croissants en milieu humide.

L’après-midi a été consacrée à une conférence atelier dans le cadre de la manifestation « Japonismes » à la Maison du Japon où Claire Delort a présenté Mr Toru Kawai aux différentes personnalités réunies pour l’occasion dont l’ambassadeur du Japon en France Monsieur Kitera.

Lors de son allocution Claire Delort a mis l’accent sur l’attrait de l’Art Floral français au Japon. Le DAFA diplôme d’art floral français organisé par la section Art Floral de la SNHF est placé sous le haut patronage du Ministère de l’Agriculture depuis 2009. Ce diplôme est très recherché par les japonaises désirant ouvrir une école d’art floral au Japon. A chaque session d’examens, nombreuses sont celles qui font le voyage jusqu’à la SNHF pour obtenir cette consécration.

Claire Delort a rappelé à tous les liens très fort entre la SNHF et la NFD, relation entretenue régulièrement par la présence de représentants de la SNHF à chaque « Japan Flower Design Award » grand concours d’Art Floral se tenant au Japon, concours pour lequel un prix est décerné au nom de la SNHF, et un Trophée est remis en son nom.

 

Giverny

Enfin Monsieur Kawai a été reçu par Monsieur le Président Douard dans la bibliothèque de la SNHF. Mr Kawai a remis à la SNHF une très belle coupe en laque du japon, gravée en or, de fleurs de cerisier et accompagnée d’un cartel rappelant la date de la rencontre.

Des journées touristiques et culturelles

Le week-end, plus touristique, fut consacré à la visite de Paris et une escapade à Fontainebleau où culture, jardins et gastronomie à la française furent mis à l’honneur.

Le lundi encore un grand lieu de culture et de la beauté a été présenté à Mr Kawai, le jardin de la Maison Monet de Giverny, explosion de couleurs et de grâce. En fin d’après-midi toute la section Art Floral avait été invitée à partager un repas avec Mr Kawai pour échanger et faire connaissance dans le but de renforcer nos liens à l’avenir.

La fin de la visite avait été placée sous le thème du DAFA 3.

 

Mr Kawai a suivi tout le processus depuis l’achat des fleurs à Rungis, la préparation de végétaux la veille ainsi que la réalisation des bouquets de cours faisant l’objet d’une des épreuves du lendemain.

Le jour de l’examen Mr Kawai a assisté au passage de toutes les candidates et à la réalisation sur scène des bouquets d’examen, ainsi qu’aux jugement, en tant que juge observateur. Mr Kawai a été fortement impressionné par de sérieux de l’examen et l’aspect non consensuel des jugements (sous forme de notes et moyennes résultant du jugement partial et individuel de chacun des juges). Grosse différence culturelle !

 

Mais ce n’est pas fini. Notre aventure japonaise continue.

En février 2019 Madame Nathalie Roussel a été choisie pour représenter la SNHF au « Japan Flower Design Award 2019 » qui se tiendra à Kyoto. Elle sera en charge d’un bouquet d’exposition et d’une démonstration.

Nous y emporterons le trophée de la SNHF qui sera une fois encore remis à un artiste japonais talentueux.

Une belle histoire d’échanges croisés entre les cultures et les amoureux de fleurs et de bouquets.

 

> En savoir plus sur le DAFA
> En savoir plus sur l’Art floral à la SNHF