Tous les articles par La SNHF

[Section AAO] Visite du fruticetum de l’école du Breuil

Le 18 mai dernier, la section arbres et arbustes d’ornement se rendait à l’école du Breuil pour une visite du fruticetum.

Ce domaine – ouvert au public – comprend un arboretum qui compte plus de 1200 arbres d’une part et d’autre part la partie jardins de 13 ha où sont implantés les bâtiments de l’école.

Les jardins comprennent des carrés de vivaces, un jardin de rocailles, un plan d’eau aménagé, une roseraie, des vergers, un jardin de plantes dites commerciales (les annuelles) et enfin le fruticetum, jardin botanique spécialisé dans la présentation d’arbustes.

fruticetum de l’école du Breuil

Un fruticetum est un jardin botanique spécialisé dans la présentation d’arbustes.

La visite

Nous sommes accueillis par Gérard Barbot, directeur des études. Lors de notre cheminement jusqu’au fruticetum, il nous présente les lieux, leur histoire et leur fin pédagogique, leur rôle dans le cadre de la formation des futurs jardiniers paysagistes.

fruticetum de l’école du Breuil

A titre d’exemple, dès l’entrée se trouvent des carrés de plantes vivaces entourés de petites haies différentes : aubépine, laurier-tin, weigélia et en particulier Syringa x laciniata ou lilas persil formant une haie au feuillage très découpé et léger, d’un beau vert franc en cette saison.

fruticetum de l’école du Breuil

Nous longeons une plate-bande de vivaces et nous remarquons qu’elles sont toutes soigneusement étiquetées comme le sont d’ailleurs tous les végétaux du jardin. En effet, les étudiants doivent apprendre entre autres choses le nom de toutes ces plantes et c’est d’une grande utilité pour la visite.

De l’autre côté se trouve un jardin de rocaille sous les arbres, joliment planté de petits œillets, d’ancolies, d’heuchères…

 

Le zéro pesticide à l'école du Breuil

Les bâtiments de l’école se trouvent au fond de la roseraie. On en profite pour nous expliquer les difficultés rencontrées lors du passage au « zéro phyto, zéro engrais et le moins d’entretien possible » pour tout le jardin, mais en particulier pour la roseraie et le verger. nous avons également parlé de l’intérêt du mélange des plantes pour limiter l’expansion de maladies, notamment. Ainsi on conçoit maintenant une roseraie avec des roses et des vivaces.

fruticetum de l’école du Breuil

L'école du Breuil

L’école du Breuil assure la formation à différents niveaux (Bac pro, BTSA, licence professionnelle) aux métiers de l’aménagement paysager : jardinier, chef de chantier, chef d’entreprise de paysage.

http://www.ecoledubreuil.fr/

Retrouvez la suite de cet article de Monique Gervais et bien d’autres dans le prochain bulletin AAO à paraître à l’automne.

[Actes] Trésor des fèves et Fleur des pois

actes colloque scientifique trésor des fèves et fleurs de poisDepuis la nuit des temps, c’est la compagne idéale de l’être humain. Depuis la naissance de l’agriculture, elle a fourni, associée aux céréales, une alimentation suffisante à toutes les civilisations. Elle a donné de quoi tanner des cuirs, fabriquer des colles, soigner les fièvres… Elle est présente dans tous les jardins potagers par ses haricots, ses pois et ses lentilles, et dans tous les jardins d’agrément par ses lupins et ses glycines… La famille des légumineuses est d’une incroyable richesse et diversité !

En mai 2016, la SNHF lui dédit son colloque annuel, à l’occasion de l’année internationale des légumineuses proclamée par la FAO.

Retrouvez dès à présent les actes du colloque scientifique “Trésor de fèves et Fleur des pois” sur la boutique en ligne.

Continuer la lecture de [Actes] Trésor des fèves et Fleur des pois

[Section Fuchsia Pélargonium] Les Floralies de Gand

Deux jours pour deux spectacles éphémères les 27 et 28 avril derniers.

Organisées par la SNHF – merci à Simone Lomet – guidés et parfaitement informés par Elizabeth, la découverte  de ces deux fabuleuses installations florales : Floralies de Gand et parc de Keukenhof ont illuminé les yeux des heureux participants à ce trop bref voyage !

floralies de gand 3 Continuer la lecture de [Section Fuchsia Pélargonium] Les Floralies de Gand

Un atelier floral pour les aveugles, une aventure possible !

Animer un atelier d’art floral pour des aveugles : telle était la proposition de l’association Valentin Haüy* à Agnès Florentz, animatrice au club d’art floral de Rueil Malmaison. Elle nous fait partager l’enthousiasme de cette expérience riche de « merveilleux moments de partage et de convivialité ».

« Il y a quatre ans déjà, l’association Valentin Haüy me contactait pour me proposer d’animer un atelier d’art floral pour des aveugles. Cette association a, entre autres, pour objectif de rendre accessible et d’organiser toutes sortes d’activités et de sorties pour les déficients visuels pour leur permettre de garder une vie sociale et développer leur autonomie….

La demande était pour le moins surprenante et le challenge paraissait bien compliqué ! Mais il fallait juste, en fait, oser se lancer…

Un atelier d’art floral riche en créativité et convivialité – © Agnès Florentz

Visite tactile du bouquet

Nos amies savent nous mettre à l’aise face à leur handicap. Elles sont très attentives à toutes nos explications, ont un très bon sens de l’espace, maitrisent aisément les notions de relief et possèdent une bonne mémoire…..autant d’atouts incontestables pour réaliser de belles compositions.

Elle «  visitent » d’abord le bouquet modèle de manière tactile, repérant avec nos commentaires les différents éléments, les textures, les formes, l’allure générale, les parfums … .

Bouquets réalisables et transportables

Des ciseaux à l’agrafeuse : tout les outils sont utilisés – © Agnès Florentz

La mise en forme du bouquet se fait ensuite pas à pas, consigne après consigne. Les accompagnatrices ne sont là que pour mettre à disposition le matériel, encourager et confirmer le bon positionnement des différents éléments. Nous utilisons sans aucun souci les sécateurs, ciseaux, couteaux et autres agrafeuses si nécessaire. Nous tigeons les fleurs, plions les feuillages, coupons les végétaux, collons des éléments… tout comme les voyantes ! Bien sûr, nos amies sont plus lentes mais peu importe !

Les bouquets réalisés ne sont ni trop grands, ni trop volumineux pour qu’ils soient facilement réalisables et surtout…. transportables.

Un exercice de concentration

Un exercice de concentration et de créativité – © Agnès Florentz

Ces ateliers sont de merveilleux moments de partage et de convivialité, en plus d’être toujours de belles leçons de vie ! Nous ne pouvons qu’admirer l’enthousiasme de ces aveugles et leur volonté pour relever des défis. Elles osent de nouvelles expériences malgré leur handicap  dont elles repoussent ainsi toujours plus loin les limites. C’est pour elles, un exercice de concentration mais elles apprécient de pouvoir ainsi rester créatives et sont toujours fières, à juste titre, de leur réalisation. Nous sommes ravies que l’art floral leur offre cette opportunité.

Une fois encore, les fleurs sont vectrices de vie et de moments de bonheur. Avec nos amies, la réalisation de bouquets prouve encore une fois, et plus que jamais, l’utilité de l’inutilité !

Une belle expérience qui ne demande que l’audace d’être organisée ! »

Agnès Florentz

* Association Valentin Haüy : http://www.avh.asso.fr/

Le Mont-Saint-Michel en fleurs à Avranches

« Un voyage extraordinaire ayant pour destination le Mont-St-Michel et sa baie et, pour environnement, les fleurs » : tel était le thème de la démonstration d’art floral organisé par le club le club Art et bouquets d’Avranches présidé par Nicole Thanguy qui s’est déroulé en octobre dernier au théâtre d’Avranches.

Deux artistes étaient à l’honneur à Avranches : Liliane Labarrière et Soizic Lefranc. «  Nos pilotes ou guides sont deux grandes dames de l’art floral, très complices mais ayant chacune leur identité florale », souligne Nicole Thanguy. Liliane et Soizic ont souvent participé ensemble à des manifestations florales en France et à l’étranger et notamment au théâtre Marinsky de Saint-Pétersbourg.

« Quand les fleurs au langage commun à tous se marient avec l’art floral qui efface les frontières, le voyage devient extraordinaire. Le merveilleux du présent s’allie avec le talent humain » a conclu Nicole Thanguy lors de son discours de présentation de cette démonstration.

Voici quelques exemples du talent de Liliane Labarrière et Soizic Lefranc…

(à gauche) Asahi, soleil levant au Japon, boule d’Heliconia éclairant les nuées matinales de clématite sauvage et de sedum, par Soizic – © club Art et Bouquets d’Avranches.
(à droite) Kogarashi, ou vent d’automne pour les japonais, sur une branche d’ajonc torturée, avec quelques petites lueurs rosées de bruyère et d’astilbes, par Liliane Labarrière – © club Art et Bouquets d’Avranches.

(à gauche) Le vent d’Ouest est un bon vent qui apporte les senteurs d’océan sur l’Ouest de la France, par Soizic Lefranc – © club Art et Bouquets d’Avranches.
(à droite) Le vitrail, par Liliane Labarrière – © club Art et Bouquets d’Avranches.

Soleil levant japonais, par Soizic, et soleil couchant sur la Baie du Mont St Michel, symphonie de roses bouquet triangulaire, par Liliane – © club Art et Bouquets d’Avranches.

Symphonie de jaune pour l’omelette de la mère Poulard, par Liliane Labarrière – © club Art et Bouquets d’Avranches.

(à gauche) Le Couesnon, par Liliane et Soizic – © club Art et Bouquets d’Avranches
(à doite) La finale avec, de gauche à droite, Soizic, Anne-Marie, Liliane et Nicole – © club Art et Bouquets d’Avranches

Le parcours de deux grandes dames de l’art floral

Liliane Labarrière

professeur d’art floral diplômée de la société nationale d’horticulture de France en 1978. Elle fonde le club Art et bouquets d’Avranches cette même année et en est la présidente pendant 30 ans et présidente honoraire depuis 2008.

Elle a organisé de très nombreuses manifestations dans ce département et à Avranches, de superbes expositions dont certains se souviennent ! Elle est déléguée de la Normandie pour la section art floral de la SNHF depuis 35 ans.

Elle est maitre Ikebana de l’école Sogetsu, démonstratrice et juge international. A son palmarès : Monaco, la Belgique, l’Italie, l’Angleterre, l’Écosse, la Russie, le Japon et, l’an dernier, elle était le juge français nommé par le SNHF au concours mondial à Dublin.

Non seulement auteur de deux livres intitulés « Fleurs en fête » et « Fleurs », elle participe, en compagnie de Soizic, à des livres de professeurs français et d’Ikebana.

Soizic Lefranc

Elle prend ses premiers cours d’art floral occidental dans la région nantaise en 1981 et commence l’enseignement en 1986 après une formation à la SNHF. Elle crée l’association Asphodèle en 1986, un cours de compositions modernes à Nantes en 1991 et une expérience d’art floral conceptuel en 2004. Parallèlement, elle étudie l’Ikebana Sogetsu avec Éliane Boulongne en 1991, obtient son diplôme de maître en 1995 et lance l’association Asphodelinh dans le Morbihan en 2008.

Ont jalonné sa vie florale l’organisation de sept concours, le management des clubs d’art floral aux floralies internationales de Nantes, Paris, Bordeaux, Toulouse, Bruxelles, de nombreuses expositions, la représentation de la région Nantes auprès de la SNHF, des démonstrations en France. Ses participations aux concours internationaux l’on transportée à Gênes, Bruxelles, Saint-Pétersbourg, Tokyo et Chicago.

Elle est rédactrice pour la revue « Esprit bonsaï », préside Asphodèle et produit de nombreux écrits.

L’art floral au congrès mondial des roses

Fin mai 2015 Lyon a accueilli le 17e Congrès Mondial des Sociétés de Roses, choix justifié par la réputation internationale des obtenteurs de roses de la région. Pour organiser ce congrès, les responsables de trois associations actives – Société française des roses, Roses anciennes en France et Société Lyonnaise d’Horticulture – se sont regroupés pour former Lyon Rose 2015. Irène Rolland nous présente les coulisses d’une exposition et les compositions présentées.

Un congrès marqué par la diversité, l’élégance, la créativité. Ici, une œuvre de Rumiko Manako – © Fabien Bernardi Litchi Agency

« Tout a été mis en œuvre pour accueillir les congressistes des sociétés de roses dans les meilleures conditions et leur proposer un programme fourni. Parallèlement la ville de Lyon a désiré organiser un Festival Mondial de la Rose. Les arrondissements de la ville et les associations lyonnaises ont répondu par de nombreuses propositions. Daniel Boulens, directeur des espaces verts de la ville de Lyon, a su coordonner tout cela avec brio.

De l’Eden à la gourmandise

« Aux portes de l’Éden » par Monique Gimenez et ses collègues (fleurs MG Fleurs) – © Atelier TOPGUN

Pour ma part, étant déléguée de la Société Nationale d’Horticulture et responsable de la section d’Art Floral de la Société Lyonnaise d’Horticulture, j’ai été sollicitée pour organiser une exposition de prestige à l’Atrium de l’Hôtel de Ville, place des Terreaux. Secondée par mes amies de l’Art Floral, nous avons composé le livret d’inscription et contacté tous les clubs français et étrangers pour les inviter à participer à cet événement floral unique à Lyon.

Nous avons reçu de nombreuses réponses positives des clubs de toutes les régions.

Nous avons présenté 50 compositions dont 30 de plus de 2 m de hauteur sur les thèmes autour de la rose : « Aux portes de l’Eden », « Roses et Soie », « Roses à l’Opéra », « Roses et parfum », « Roses et gourmandises ».

Naturellement toutes ces compositions avaient pour but de mettre les roses à l’honneur.

Submergés par la foule

Le 28 Mai, jour de la mise en place de l’exposition, nous avons vu les ébauches de bouquet devenir de véritables chefs d’œuvre au fil des heures.

Dans l’Atrium, ordinairement vide et silencieux, 80 personnes s’activaient au milieu des bacs et des cartons de fleurs pour faire place en fin de journée à de belles compositions de style différents dans un espace harmonieux ou flottait des effluves de roses.

Le résultat fut bien au-delà de nos espérances, cette exposition à réuni tous les suffrages, la diversité, l’élégance, la créativité étaient au rendez vous.

Une composition de Mark Van Berckelaer avec des roses Meilland – © Atelier TOPGUN

Le public a tout de suite compris que cette exposition était exceptionnelle, nous avons été submergés par la foule dès l’ouverture et pendant trois jours consécutifs.

L’élégance de Rumiko Manako

Parallèlement à cette exposition, une démonstration d’art floral à été proposée au Palais de la Mutualité. Rumiko Manako, artiste internationalement reconnue, nous a offert un véritable spectacle en créant devant nous des bouquets de grandes dimensions dans son style si particulier et si élégant qui réunit harmonieusement l’art oriental et l’art occidental.

Rumiko Manako devant ses compositions – © Fabien Bernardi Litchi Agency

A la fin de sa présentation Rumiko nous a présenté son livre en avant-première « Rumikostyle » pour le plus grand plaisir des assistantes.

Pour conclure la rose est éternelle et se prête à toutes les compositions avec bonheur. »

« Roses et gourmandises », composition d’Anne de Lassardière – © Atelier TOPGUN
Composition de Serge Piejoujac – © Atelier TOPGUN

Concours International de Monaco

« Je ne me lasse pas d’admirer les œuvres magnifiques réalisées avec tant de créativité présentées au concours international de Monaco », souligne Nathalie Roussel*. Au mois de mai 2015, elle décide de franchir le pas et de concourir dans la catégorie grande dimension… Elle nous raconte ses réflexions et son parcours qui l’ont conduite à gagner l’insigne d’Or…

« Le thème de la Russie me semblait inaccessible et celui des « Forêts de l’Oural », encore davantage… mais le fait de participer, en équipe avec Alexine, une de mes élèves, m’a encouragée… elle voulait gagner un prix… et du coup, moi aussi !

Pour cela, nous nous sommes documentées sur l’Oural : paysages, végétation, faune, flore… la première représentation que nous avions en tête était de vastes étendues, de grands arbres et un froid glacial. Les bouleaux et les conifères, très présents dans cette région du monde devaient être présents dans notre structure. La répétition d’arbres était incontournable, mais je souhaitais également introduire du mouvement pour représenter les fameux « vents de Sibérie » : on devait donc allier lignes droites et spirales ; sur celles-ci nous avons décidé de positionner des fleurs blanches (le gypsophile) pour représenter la neige et des feuilles rondes givrées pour le froid.

Veiller à l’équilibre physique et visuel du bouquet

Plusieurs nuits blanches passées à réfléchir au montage, au design, aux couleurs, au timing… et au fil des jours, nous avons affiné notre structure. Celle-ci devait être légère, facile à mettre en place et suffisamment solide pour supporter des guirlandes de fleurs et de feuillages. Nous nous sommes appuyés sur les talents d’une PME de notre région pour la découpe de spirales dans des plaques d’acier, grâce à la technique du jet d’eau.

Détails de la composition de Nathalie Roussel – © D.R.

Il fallait porter une attention particulière à l’équilibre physique et visuel du bouquet. Nous avons trouvé important de garder des troncs naturels au centre de nos spirales et des boules d’aiguilles de pin pour renforcer les lignes. Les tiges de gypsophile découpées, faciles à conserver, allaient être travaillées en masses retombantes. Les feuilles de galax seraient agrafées et chacune trempée dans la colle et la neige artificielle, parfaites pour représenter le givre. Les aiguilles de pin seraient piquées une par une sur des boules d’Oasis® afin d’être fixées sur la structure.

Lors du chargement, la veille du départ, gros stress pour notre équipe ! 6 troncs d’arbres, 3 spirales en acier, des fleurs et des caisses de matériel d’art floral… Comment faire pour que tout rentre dans la voiture ? La solution était très simple : prendre deux véhicules au lieu d’un seul !

Insigne d’Or

Détails de la composition de Nathalie Roussel – © D.R.

Le matin du concours, encore un contretemps notable : les sapins étaient trop hauts et ne passaient pas aux portes du chapiteau… Un grand merci aux transporteurs du Garden Club qui nous ont été d’un grand secours !

Puis la matinée est passée très vite… 5 heures de travail sans pause, jusqu’à la dernière seconde…. Pas le temps de discuter ou d’aller réconforter certaines de mes élèves qui, elles aussi, participaient au concours. Plus de 1 800 feuilles de galax et près de 2 500 brins de gypsophile à piquer, sans parler des finitions, plus qu’indispensables lors d’un concours.

A l’heure de l’inauguration, quelle joie de découvrir l’insigne d’Or au bas de notre structure… beaucoup de fierté et d’émotion… une véritable récompense pour toutes celles et tous ceux qui nous ont aidé à penser cette structure florale.

Un grand merci à la SNHF qui m’a accordé toute sa confiance et à Bruno Lamberti pour son soutien tout au long de ce WE floral. »

Nathalie Roussel

* Nathalie Roussel a débuté l’art Floral, il y a une vingtaine d’années et anime aujourd’hui l’atelier « Parfums et Couleurs », près de Nîmes dans le Gard.