Archives par mot-clé : Art floral

Retour sur la 4ème édition du concours de Sorèze

Belle réussite, une nouvelle fois pour le 4ème concours d’art floral de MG Fleurs & Création, qui s’est déroulé à Sorèze dans le Tarn, les 22, 23 et 24 septembre dernier.

Le thème général était : “Les 4 saisons”.

Beaucoup d’imagination dans les compositions réalisées par des concurrentes venues des 4 coins de France, de Suisse et d’Italie. Très belles interprétations pour les divers thèmes :

Le Printemps
L’Eté
L’Automne
L’Hiver
Mais encore les tables de réveillon de Noël ou 1er de l’An
Et enfin la Grande dimension sur le thème des 4 saisons.

Les premiers prix, 2ème prix, 3ème prix, mentions, prix spéciaux ont été décernés par des juges internationaux et un jury de personnalités.

Le Grand Prix Général (The Best) a été attribué, dans la catégorie “Automne” à Stéphanie KEBRAT de MG Fleurs & Création. ©Servières Roselyne
1er prix du printemps : Mme Sié Christine, ©Servières Roselyne
1er prix de l’été et de l’humour : Mme Barnard Thérésa. ©Servières Roselyne
1er prix de l’hiver : Mme Escalier Hélène, ©Servières Roselyne
2ème prix de l’été : Mme Serieys Monique, ©Servières Roselyne

Le workshop présenté par Monique GIMENEZ a eu un très grand succès, 28 personnes ont participé au stage.

Si vous souhaitez voir ou revoir les bouquets réalisés lors de ces trois journées dédiées à l’art floral, ou avoir plus de renseignements rendez-vous sur le site : mgfleursetcreation.com

“Instants d’Hiver” et “Féérie des Contes”

L’exposition “Noël en Fleurs” organisée par le club Althaea Rosea s’est déroulée les 27, 28, 29 et 30 novembre 2015 à la Commanderie Saint-Jean au Puy-en-Velay (Haute-Loire). Deux thèmes avaient été proposés aux participants : “Instants d’Hiver” et “Féérie des Contes”

Dans la première salle de la Commanderie, de nombreuses compositions évoquaient l’hiver, une balade en troïka, des paysages enneigés, des bouquets aux couleurs chaudes et flamboyantes.
Dans la petite salle capitulaire régnait une ambiance féérique grâce à la magie des contes: un chat botté fringant tout en volutes de phormium, chapeau et bottes recouvertes de populus alba…la pantoufle de Cendrillon réalisée en feuilles squelettes dorées… une interprétation très masculine du Petit Chaperon Rouge où le noir inquiétant suggérant le loup contrastait avec le rouge des renoncules et gerberas surgissant de la mousse des bois…

Une exposition qui ravit de nombreux visiteurs, permettant ainsi de financer de façon conséquente, l’action de L’APPEL pour les enfants leucémiques.

Balade en troïka par Marie-Jeanne Denise, Raymond Roux et Catherine Delon
Blanche Neige et les 7 nains par Jocelyne Vuillet
Feu d’Hiver par Josette Lyotard et Denise Lucchetta (à gauche) Incandescence par Claudine Romeuf (à droite)
Althae Rosea par Hansel et Gretel

Le Chat Botté Jocelyne et Henri Vuillet (à gauche) Le Petit Chaperon Rouge Henri Vuillet (à droite)

Jocelyne Vuillet, section Art floral

Jocelyne Vuillet

[Démonstration] Le sacre du Printemps

Les fleurs du printemps sont les rêves de l’hiver racontés, le matin, à la table des anges

Khalil Gibran

Pour ce ” Sacre du printemps ” Alexandra Cazin et Régine Hartog ont mis le bouleau et la poésie à l’honneur.

Avec simplicité et gentillesse leur démonstration de compositions florales favorisait volontairement une réinterprétation, suivant les possibilités de chacun, principe qui a séduit le public.
Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Bouquet d’accueil

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s’est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.

Rondeau, Charles d’Orléans

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

« C’est un travail familial » nous soulignent Alexandra et Régine.

Dans des morceaux de tronc de bouleau, renoncules, hortensia, lierre panaché, Viburnum, Hypericum et Dianthus  “Green Trick” annoncent le début du printemps .

Champs de jonquilles

Voici que Février revient, plein de promesses,
Çà et là quelques fleurs s’ouvrent hâtivement ;

Au jardin tout prend vie, tout cherche à émouvoir,
Et je sens, sous mes pas, tandis que je chemine,
La terre qui frémit et palpite d’espoir.

Février, Isabelle Callis-Sabot

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Dans un encadrement de branches de bouleau du jardin de Régine un chemin de jonquilles sortant de la mousse semble courageusement braver le froid.
La jonquille est le symbole de l’espoir et de l’attente.

Au canada et au delà, elle est le symbole de la lutte contre le cancer depuis 1957 .

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Printemps à Manhattan

« une hirondelle ne fait pas le printemps »

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Très structurée, cette pyramide de bois de bouleau fut l’occasion de nous rappeler que cet arbre  pousse jusqu’à 2 000 m d’altitude, ainsi que dans les régions arctiques.

Les Anthurium rouges et les feuilles d’aspidistra ont embellit cette architecture qui a demandé des heures de patience à nos démonstratrices.

Jardin aquatique

La mouche ouvre l’aile
Et la demoiselle
Aux prunelles d’or,
Au corset de guêpe,
Dépliant son crêpe,
A repris de l’essor.
L’eau gaiement babille,
Le goujon frétille.
Un printemps encore.

Au printemps, Théophile Gautier

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

En Belgique, les bassins et plans d’eau sont en vogue dans les jardins.

Dans des vases transparents des renoncules rouges reposant sur de prêles évoquent une danse de petits rats de l’opéra sortant leur tutus vermillons.

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Equinoxe

Après tout ce blanc vient le vert,
Le printemps vient après l’hiver.

Le Printemps, Claude Roy

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Courbes de flexigrass enlaçant le cornus rouge où des tulipes blanches concentrées en une masse soulignent l’élégance de cette composition.

Le terme « équinoxe » vient du latin æquinoctium, qui lie æequs (égal) à nox (nuit), et désigne le moment où la durée du jour est égale à celle de la nuit.

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Nid de printemps

À l’aube du printemps,
Comme un coucou malin,
Dans le douillet du nid
D’une grive insouciante,
Entre les oeufs bleutés,
J’ai glissé mon poème
Pour qu’il sache chanter.
Et maintenant j’attends
L’éclosion avec hâte
Pour savoir si mes mots
Sauront aussi voler

A l’aube du printemps, Paul Bergèse

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Boule végétale de mille et une branches de brindilles de bouleau et surfacée avec des rameaux fins de myrtillier sauvage donnant un caractère un peu  ”hérissé” comme dans un nid d’oiseau , placée sur un haut  vase transparent.

Le typha en ruban et les tulipes roses présagent l’arrivée du printemps.

©Agence Litchi

Sacre du printemps

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Danse de saule de plus de 2 m de hauteur du jardin de Régine Dulierre dont la réalisation a imposé beaucoup d’ingéniosité à nos deux démonstratrices.

Les feuilles d’aspidistra et les callas blanc « Colombes de la paix » ont finalisé la composition.

Démonstration Le sacre du Printemps
©Agence Litchi

Nous les remercions encore pour cette démonstration emprunte de poésie que toutes deux ont mise en mots à travers les extraits de textes ou poèmes  choisis .

Mme Marie-Joêlle Mertins de Wilmars épouse de son excellence l’Ambassadeur de Belgique en France a félicité chaleureusement nos deux invitées très honorées de sa présence.

Démonstration Le sacre du Printemps
(De gauche à droite ) Mme Marie-Joêlle Mertins de Wilmars épouse de son excellence l’Ambassadeur de Belgique en France, Régine Hartog, Alexandra Cazin, Bruno Lamberti et Claire Delort ©Agence Litchi

Claire Delort, vice-présidente de la section art floral.

Art Floral. Les Quatre Saisons à Rome

La première édition d’un concours international d’Art Floral s’est tenue à Rome, la ville éternelle, à deux pas du Vatican. Ce nouvel évènement artistique s’est déroulé les 22 et 23 octobre derniers, dans les élégants salons de l’hôtel  Colombus.

Le 1e prix obtenu par Sophie Durand – © Van N’Guyen

L’association  « l’Arte della Gioia, Flower club Roma » sous l’égide de la S. I. A. F. (Scuola Italiana d’Arte Floreale)  a suscité la créativité de concurrentes venues de plusieurs pays d’Europe pour s’exprimer avec fleurs et feuillages sur le thème : Les quatre saisons À Rome Caput Mondi.

Les organisateurs avaient invité un jury technique composé de six juges internationaux venant de Belgique, France, Monaco, Italie et du Royaume-Uni, ainsi qu’un jury d’honneur réunissant  des personnalités du monde artistique et intellectuel. Ils furent unanimes à reconnaitre le très bon niveau des participantes.

La France distinguée

La France fut représentée brillamment par sept concurrentes dont quatre ont respectivement obtenu les premier deuxième et troisième prix ainsi que le prix spécial de l’élégance. Toutes concourraient dans la catégorie « Été, Brise Marine » pour laquelle les végétaux et contenants étaient fournis par les organisateurs : c’était donc un travail « sans filet » puisqu’aucune préparation n’était possible.

2e prix : Martine Vitti – © Van N’Guyen
3e prix : Josette Lacipieras – © Van N’Guyen

Recette humanitaire

Prix de l’Élégance : Nathalie Roussel – © Van N’Guyen

Nous  félicitons très chaleureusement les lauréates,  ainsi que les organisateurs de cet évènement qui ont permis aux artistes floraux de s’exprimer dans ce cadre prestigieux, berceau des arts occidentaux.

L’exposition de ces bouquets a attiré de nombreux visiteurs et la recette a été versée à l’association Raider qui s’occupe de l’assistance aux malades en phase terminale.

Le succès remporté par ce premier concours permet d’envisager une réédition : nous le souhaitons de tout cœur.

Démonstration des lauréats du DAFA3

Le 24 janvier dernier, nos 5 lauréats 2017 du Diplôme d’Animation Florale Artistique niveau 3 ont reçu, en la présence de Madame Yuko Kitera, épouse de son Excellence l’Ambassadeur du Japon, de Dominique Douard, Président de la SNHF, de Daniel Caron, Président du jury du DAFA 3 et représentant du Ministère de l’Agriculture et de Bruno Lamberti, Président de la section art floral, leur diplôme à l’occasion de leur démonstration publique sur le thème Vibrations.

Démonstration des lauréats du DAFA3
(De gauche à droite) Bruno Lamberti, Claire Erny, Martine Tranche, Tsuiko Hirano, Naori Tanimoto, Martine Vitti, Daisaburo Sato, Dominique Douard et Daniel Caron.

Martine VITTI

Démonstration des lauréats du DAFA3

Démonstration des lauréats du DAFA3

Naori TANIMOTO

Démonstration des lauréats du DAFA3

Démonstration des lauréats du DAFA3

Tsuiko HIRANO

Démonstration des lauréats du DAFA3

Démonstration des lauréats du DAFA3

Martine TRANCHE

Démonstration des lauréats du DAFA3

Démonstration des lauréats du DAFA3

Claire ERNY

Démonstration des lauréats du DAFA3

Démonstration des lauréats du DAFA3

Daisaburo SATO

Démonstration des lauréats du DAFA3

Démonstration des lauréats du DAFA3

Le public était venu en nombre au 84 rue de Grenelle pour assister à cette démonstration publique.

A l’issu de celle-ci nos lauréats, en plus du statut de professeur ont obtenu le titre de “démonstrateur”.

Bravo à tous !

Démonstration des lauréats du DAFA3

Le dernier Fleur Info est en ligne !

Fleur infoEn ce début de nouvelle année, après ces actes d’intolérance et de fanatisme qui nous ont plongés dans les drames et les cauchemars nous ne pouvons que nourrir l’espoir, collectivement, d’une période apaisée, bienfaitrice d’indulgence et de paix.

Prenant le contre-pied de ces souvenirs douloureux et se plongeant à cœur perdu dans les éléments offerts par la nature, toutes celles qui expriment leur inspiration, leur sens de la beauté et l’harmonie par leur créativité en participant à des concours ne manqueront pas, au cours de ces prochains mois, les maintes occasions de concrétiser leur passion.

Une année de concours

En effet cette année 2017 se présente avec une grande variété de ces compétitions amicales d’art floral : Nice, Mougins, Revel, Colomars, Sorèze… sans compter les concours plus locaux, plus modestes mais tout aussi attachants.
Pour l’étranger : le Garden Club de Monaco qui fêtera le 50e anniversaire de son concours en rendant hommage aux années de la Princesse Grace, et, en début d’automne : Namur.

Fleur info
Je souhaite à toutes les participantes (et j’espère aussi « aux participants ») beaucoup de plaisir et de brio sur ces parcours où elles (ils) s’engageront.

Par leur présence elles (ils) contribueront aussi à faire honneur à ceux et celles qui, gestionnaires de l’événement, mettent tout en oeuvre avec courage et persévérance pour offrir un espace et une organisation de qualité la meilleure possible. Qu’ils en soient ici félicités et remerciés.

À celles et ceux qui oseront se plonger dans l’une de ces aventures et à tous ceux qui ne s’y engageront pas je vous souhaite, bien chaleureusement, beaucoup de plaisir et d’épanouissement dans la réalisation de vos ouvrages floraux… à l’image d’un temps de paix et de sérénité retrouvé.

Une année interactive

Fleur info agendaAu cours de l’an dernier, notre site internet a été entièrement reconsidéré et refondé. Une présentation plus claire, plus lumineuse et une formulation actualisée le rendent attractif par une navigation bien plus aisée.

Chaque société, club ou association affiliés à la SNHF et en règle de cotisation peut faire parvenir à l’adresse courriel : manifestations@snhf.org ses annonces d’événements majeurs : expositions, concours, démonstrations… avec précision des dates, horaires, lieu précis, descriptif sommaire de l’événement, représentation de l’affiche et adresse internet du club.

Ces informations paraissent dans l’agenda complet… Cliquer tout en dessous « AGENDA » sur l’onglet « VOIR TOUS »
Une fois l’événement terminé, chacun et chacune curieux de connaître ce qui a été produit, reviendront sur le site du club en question pour découvrir les photos de son contenu.

Cette interaction rend évidemment l’annonce beaucoup plus rapide des événements et sa diffusion élargie à tous les internautes. Avec ces conditions, notre « Fleur Info » devient obsolète car les articles qu’il contient se trouvent diffusés largement après la bataille !

Il devient nécessaire d’utiliser un minimum les outils de ce monde moderne ce qui, en l’occurrence, oblige une visite deux fois par mois pour se tenir au courant. Il est vrai que les inconditionnels du papier vont être déçus. Pour eux, j’ai le regret d’annoncer que ce « Fleur Info » que vous tenez entre les mains est le dernier que vous serez amenés à découvrir et à conserver.

Alors, dès demain… Jouez et re-jouez aux curieux, sur le site de la SNHF !

Avec tous mes vœux, bien sincèrement.

Bruno LAMBERTI, président de la section Art Floral

Musique et peinture à Mougins

Une sorte de « valse » de fleurs, musique et peinture : tel est le thème de la représentation unique d’un spectacle de près de 90 minutes offert à plus d’une centaine de personnes par l’atelier d’Art Floral de Mougins. 

Delaunay – © Julie Robert
Picasso (à gauche), l’oiseau de Magritte et l’hiver d’Arcimboldo – © Julie Robert

A Contes, dans l’arrière-pays niçois, la salle du village était en effervescence le 2 avril 2016 : l’atelier d’Art Floral de Mougins a interprété, en œuvres florales et de façons originales et colorées, neuf tableaux de maitres renommés : Degas et sa danseuse étoile, de La Tour et son clair-obscur de l’enfant, Magritte et l’oiseau, Picasso et son pigeon aux petits pois, Van Gogh et la nuit étoilée, Jefferson et sa danseuse espagnole, Delaunay et son Rhythm Sing Sing, Arcimboldo avec l’hiver, le Douanier Rousseau et le rêve.

L’espagnole de Jefferson (à G) et la danseuse étoile de Degas – © Julie Robert

Que du naturel

Travail sur le clair-obscur (© Julie Robert) et sur Delaunay (© Malou de Alberti)

Ce furent près de 800 heures de travail de patience, de concertations, de modifications de maquettes, de montages….et démontages ( !), pour imaginer et créer ces pièces de grand format (près de 2 mètres de haut pour certaines) de la part de toute l’équipe de bénévoles enthousiastes… sans oublier le président de l’association pour le rôle de « petite main » ! Les compositions sont exclusivement faites de végétaux, branchages, feuillages, fleurs (aucun élément artificiel) glanés en extérieur ou achetés.

Travail sur le rêve du Douanier Rousseau – © Julie Robert

Feu d’artifice final

Les créations ont été, dans leur grande majorité, préparées en amont de la soirée (un travail préparatif depuis le mois de Janvier dernier), complétées sur le lieu du spectacle douze heures avant la représentation, et finalisées sur scène par deux ou trois artistes.

Sur le final, la totalité des bénévoles a travaillé sur le « tableau » : devant avec la barrière plantée de lotus bleus, sur les côtés pour les palmiers reconstitués et le sofa de mousse des bois de la femme nue et derrière, pour, tous les plots de végétaux luxuriants…. Un bouquet final pensé tel un feu d’artifice !

Géraldine Nutte

Le final … – © Malou de Alberti

Trente ans d’art floral à Mougins

L’atelier d’Art Floral de Mougins existe depuis 30 ans et Michèle Enel l’anime avec passion dans le but de promouvoir l’art floral en toutes circonstances (régionales nationales et internationales) lors d’expositions démonstrations et concours.

http://artfloralmougins.over-blog.fr/

[Art floral] « Fête de la Lune à Groussay »

Au Japon, depuis l’époque de Heian, cette fête est dédiée à la lune des récoltes et marque la fin des moissons. Pour l’occasion, les Japonais se retrouvent entre amis afin de contempler la lune.

Le 24 septembre 2016, dans le merveilleux théâtre  privé du château de Groussay à Montfort l’Amaury, le public venu nombreux a vécu un moment de beauté et de grâce.

 

fête de la lune
Théâtre de Groussay dans les Yvelines, ©Litchi Agency Fabien Bernardi

Une artiste mondialement reconnue de l’art floral japonais

Rumiko Manako artiste mondialement reconnue, adhérente à la SNHF,  plusieurs fois  sollicitée pour ses démonstrations  tant à la SNHF qu’en France a composé sur des musiques de Debussy, Beethoven, Ravel et Dvorak des bouquets d’Ikebana, et de Rumiko Style : subtil arrangement d’art floral occidental et d’Ikebana.

fête de la lune
Rikka par Rumiko Manako, ©Litchi Agency Fabien Bernardi
fête de la lune
Shoka par Rumiko Manako, crédit photo : Litchi Agency Fabien Bernardi

Le Rumiko Style : subtil arrangement d’art floral occidental et d’Ikebana

Après deux compositions d’Ikebana, Rumiko Manako présente ensuite trois bouquets de son propre style illustrant :

« La villa Katsura » Résidence impériale  située à Kyoto édifiée spécialement depuis le dix-septième siècle pour contempler la lune

« Artémis » Déesse de la lune et de la chasse dans la mythologie grecque

« La Princesse Kaguya » un des plus vieux conte japonais du dixième siècle.

fête de la lune
La Princesse Kaguya par Rumiko Manako, ©Litchi Agency Fabien Bernardi
fête de la lune
Artemis par Rumiko Manako ©Litchi Agency Fabien Bernardi
fête de la lune
La villa Katsura ©Litchi Agency Fabien Bernardi

Ses  splendides compositions ont trouvé un écrin  de choix dans ce lieu magique. Ce fut un moment hors du temps, emprunt de sérénité, où à travers les fleurs un pont fut jeté entre Groussay et Tokyo.

Le langage des fleurs est symbolique et réunit les hommes, par delà leurs cultures, leurs différences, leur histoire.

Souhaitons à la SNHF de nombreuses ambassadrices de ce talent pour créer des liens entre les hommes.

Claire Delort, vice-présidente de la section art floral.

L'artiste

Présidente de Manako Jafas Paris, de Manako Flower Academy et de l’Association Tokyo Busokai, elle voyage dans le monde entier et partage son temps entre l’enseignement de l’art sophistiqué et rigoureux de l’ikebana de l’école Ikenobo, dans le plus pur respect de traditions millénaires, et l’enseignement de styles plus modernes, tout en poursuivant ses propres recherches créatives, largement photographiées dans la presse.

En France, où elle vient régulièrement, elle est notamment l’auteur d’un ouvrage de référence : Rumiko style – Modern Floral Design.

Floralies de Gand : l’art floral au cœur de la ville

Les fleurs ont envahi la ville de Gand au printemps 2016. Une nouveauté par rapport aux précédentes éditions où les floralies se cantonnaient sur un seul site. S’il est impossible de présenter tous les talents qui se sont exprimés, voici un aperçu qui vous donnera l’envie de venir ou revenir aux prochaines floralies de Gand prévues en 2020 !

Plusieurs quartiers de la ville de Gand (Belgique) ont été le théâtre des floralies internationales qui se sont déroulées du 22 avril au 1e mai 2016. Des artistes du monde entier ont présenté leurs œuvres dans quatre quartiers, chacun conçu sur un thème différent.

Gand, des floralies de réputation internationale – © J.-F. Coffin

Site de Bijloke : La rencontre de l’Orient et de l’occident

Le Japon était à l’honneur sur le site de Bijloke. Azalées, camélias, bonzaïs étaient mis en scène, combinés aux bambous sous toutes leurs formes.

Les bambous mis en scène dont l’œuvre de Daniël Ost (à gauche) – © J.-F. Coffin

De grands artistes de l’Ikebana étaient présents, telle Akane Teshigahara – © J.-F. Coffin

Bonzaïs et compositions contemporaines se côtoient – © J.-F. Coffin

Parc de la Citadelle : le plaisir des sens

Le parc de la citadelle est le lieu traditionnel des floralies de Gand où se trouve le hall historique. Le thème était le plaisir des sens.

Dans l’hémicycle central du musée, une sculpture paysagère monumentale interpelle. Elle est réalisée par les artistes Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger à l’aide de matériaux divers glanés dans la ville (jardin botanique, parcs, producteurs locaux) et de matériel émanant de leur collection (éléments de plantes, plantes artificielles, objets rares).

L’œuvre de Gerda Steiner et Jorg Lenzlinger – © J.-F. Coffin

Le grand hall traditionnel des floralies (à gauche) et la mise en scène de la fameuse azalée gantoise – © J.-F. Coffin

Clin d’œil à l’histoire industrielle de la région où les fleurs figurent le métal en fusion et habillent les cheminées d’usines – © J.-F. Coffin

Caserne Léopold : des arbres dans la ville

Une variété de jardins ont pris place dans la cour de la caserne Léopold, découverts au cours d’une « balade sensorielle entre nature et mythologie ».

La cour de la caserne Léopold où des mini-serres abritent les œuvres de plusieurs artistes – © J.-F. Coffin

Allusion végétale à la société de consommation… – © J.-F. Coffin

Sur la place, les productions phares de la Belgique étaient mises en valeur : lauriers, rosiers, rhododendrons. Dans l’église Saint-Pierre, un gigantesque lustre réalisé par Tomas De Bruyne, maître-fleuriste belge, avec deux grands fleuristes – Hitomi Gilliam (Canada/USA) et Natalia Zhizko (Russie)  surprend. « Un jeu de lumière crée une atmosphère surréaliste et envoutante. »

Composition de Stephan Van Berlo (à gauche) et le surprenant lustre de Tomas De Bruyne dans la cathédrale – © J.-F. Coffin

Deux réalisations dans le cadre d’« Urban green » : un mur végétal et un jardin – © J.-F. Coffin

Pour en savoir plus sur les floralies de Gand : www.floralien.be/fr

Jean-François Coffin

Petite histoire des Floralies gantoises

Ces importantes expositions horticoles sont à l’initiative de la Société d’agriculture et de botanique, fondée à Gand en 1808 à l’exemple de la Société horticulturale de Londres.

Les premières présentations publiques de plantes furent organisées dès 1809 deux fois par an dans l’auberge à l’enseigne du Frascati, puis à partir de 1836, dans le Casino, construit spécialement sur le site du Moulin Perroquet, en association avec la Société musicale de Sainte-Cécile. Le nombre de plantes exposées croissant toujours, il fallut adjoindre au Casino une salle supplémentaire de 2500 M2. C’est de cette nouvelle configuration que, sous l’impulsion de Pierre-Antoine Verschaffelt, Hubert Van Hulle et Édouard Pynaert, naquirent en 1868 les Floralies Gantoises, prestigieuses rencontres et joutes horticoles internationales qui devaient dorénavant  avoir lieu tous les 4 ans.

Plusieurs fois visitées par les têtes couronnées européennes, les expositions gantoises accueillirent dans leurs jurys, les sommités horticoles.

Pour les représentants français, on relève la présence de Barillet-Deschamps en 1868, d’Édouard André dès 1873 et jusqu’en 1898, d’Henry de Vilmorin en 1878.

Parmi les personnalités les plus marquantes de la cité de Gand, la famille de Kerchove fut appelée par deux fois à la présidence de la Société des Floralies Gantoises : d’abord Charles en 1878, jusqu’en 1882, puis Oswald, en 1886.

Notons enfin que ce fut en 1844, que fut solennellement remise au colonel Philip von Siebold, une médaille d’or spécialement frappée en reconnaissance des es nombreuses introductions japonaises.

Daniel Lejeune

Des bouquets de prestige à Sorèze

1er prix The Best catégorie 1 « Châteaux, monuments » par Marie-Jeanne Grasset

« Époustouflant, magnifique, merveilleux, superbe, inoubliable, fabuleux, un enchantement ! » Tels sont les mots entendus ou écrits dans le livre d’or du 3e  concours de bouquets de MG Fleurs & Création “Le Prestige de la France”, organisé à Sorèze dans le Tarn, les 25, 26 et 27 septembre derniers.

« Le Prestige de la France » a réuni des participantes venues de tous les coins de France. « C’est toute une équipe d’élèves, très soudée, qui ont installé la salle dans laquelle a eu lieu ce concours organisé tous les deux ans par l’école d’art floral «  MG Fleurs & Création ». Créée sous forme d’association en 2006 dont le siège est à Saint-Ferréol (Gard), cette école est présidée par Monique Gimenez.

Les participantes au concours et les visiteurs affirment qu’ils reviendront… « On est bien loin des grandes villes mais cela n’empêche pas nos manifestations d’être de très haut niveau », souligne Monique Gimenez.

Le concours 2015 «  le prestige de la France » était décliné en sept catégories : Châteaux ou Monuments, Jardin à la Française, Champagnes ou Vins, Moulin Rouge ou Folies Bergères, La  Mode (robes et accessoires), le Parfum et la Gastronomie.

Voici quelques exemples de compositions lauréates…

A consulter

Pour découvrir l’activité de MG Fleurs & Création et le calendrier des prochaines manifestations : www.mgfleursetcreation.com

Monique Gimenez

 

Sorèze, cité historique

Sorèze, au cœur du Languedoc, petite cité au pied de la Montagne Noire, a acquis une notoriété internationale grâce à son abbaye Bénédictine qui a donné naissance au 18e  siècle à la célèbre École Royale Militaire de Sorèze qui a formé un grand nombre de personnages illustres français et étrangers.

Aujourd’hui, érigée en “Grand site de Midi-Pyrénées”, elle est devenue non seulement un lieu de mémoire et de tradition mais aussi un lieu où fleurissent de nombreuses manifestations culturelles : expositions de peinture et de sculpture, festivals de musique, conférences historiques et scientifiques, concours internationaux d’art floral.

Face à l’écrin de verdure de la Montagne, avec ses ruisseaux et frais vallons, elle offre le charme de ses rues moyenâgeuses avec ses maisons à colombages, un hôtel moderne et agréable dans les anciens bâtiments rénovés entouré d’un parc aux arbres majestueux. Dans ce cadre de calme et de culture, elle propose aussi aux touristes curieux, un musée de verre avec de magnifiques collections anciennes et un splendide musée des œuvres de Don Robert et de la tapisserie contemporaine.

http://www.ville-soreze.fr/