• Actualités
  • Fleurs d’ici, fleurs d’ailleurs : quelle place...

Fleurs d’ici, fleurs d’ailleurs : quelle place pour la production française ? La journée d’information SNHF

L’attrait du consommateur pour les produits locaux est de plus en plus fort. Les raisons de cette préférence sont diverses : recherche d’une origine française pour favoriser l’économie nationale, de circuits courts pour une réduction de l’empreinte carbone…

Les fleurs coupées n’échappent pas à ce mouvement : il suffit de lire dans la presse, au moment des fêtes, les articles décriant, pour leur bilan carbone et leurs conditions de production, les roses venues d’Afrique ou d’Amérique du Sud.

La production française de fleurs coupées est en déclin depuis longtemps, en raison spécialement d’une pression foncière accrue, de la hausse des prix de l’énergie, de la forte concurrence internationale. Ce sont actuellement 80% des fleurs vendues dans l’hexagone qui sont importées. Mais la demande pour les fleurs françaises est forte, des aides sont apportées, des labels et certifications ont été créés. Ils garantissent notamment des conditions de production respectueuses de l’environnement.

D’importants progrès sont réalisés dans ce domaine : en 35 ans, par exemple, la culture de pivoines pour la fleur coupée a été portée à 200 hectares. Pour plusieurs espèces, des recherches portent sur l’accélération de la production, la diversification, l’expérimentation de systèmes durables économes en intrants.

Il n’en reste pas moins que les contraintes saisonnières, ou encore les coûts rendent difficile la compétition entre la production française et les importations. La limitation de ces handicaps par la diversification, l’innovation, les signes de qualité peuvent se révéler des atouts de choix pour notre horticulture nationale.

Valoriser les atouts de l’hexagone en saison favorable et satisfaire nos besoins de couleur, de lumière et de fraîcheur en hiver, ne permettrait-il pas de concilier l’attrait de la production locale et l’apport des cultures de pays du Sud ?

Date : 23 novembre 2022 de 9h à 16h00
Lieu : SNHF, 84 rue de Grenelle, 75007 Paris

Venez, le 23 novembre, participer à cette journée d’information de la SNHF, nous vous y attendons.

Le programme

9h00 – Début de la conférence

> Ouverture : Jean Pierre Gueneau, Président de la SNHF, Yvette Dattée, Présidente du Conseil scientifique

> Conférence introductive : Evolution récente de la production de fleurs coupées en France – Léa Benoit, doctorante à l’université Bordeaux Montaigne, UMR LAM, ATER à l’université de Limoges, UMR GEOLAB

> Fleurs de France et d’ailleurs : avantages et inconvénients, possibilités de comparaison – Caroline Widehem, professeur Agro campus ouest

10h35-10h50 Discussion

10h50-11h10 Pause

> Les décisions stratégiques d’une entreprise face au marché – Nicolas et Jean-Philippe Bigot, directeurs de Bigot Fleurs

> Les attentes des consommateurs et de la distribution : témoignage d’un grossiste – Maxime François, Président directeur général Fleur Assistance

> Les nouveaux venus du marché fleur locale, l’association Halage – Julie Haddad, Fleurs d’Halage

12h30 -12h50 Discussion

13h00 -14h00 Déjeuner

> Les signes d’origine, de qualité, certification environnementale : des moyens de démarquer les produits français – Malorie Clair et Sylvie Robert, Excellence Végétale

> La concurrence, moteur de la diversification – Laurent Ronco, ASTREDHOR

> La diversification d’usage : l’ouverture des productions à d’autres marchés – Sophie Descamps, Chambre d’agriculture des Alpes Maritimes

> L’innovation des systèmes de production, garantie de qualité et de diversité des produits sur les marchés – Laurent Ronco, ASTREDHOR

15h20-15h30 Discussion

>Conclusion – Fabien Robert, ASTREDHOR

16h00 Fin de la journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =