• Actualités
  • [Webinaire] La semence et le semis (conseil...

[Webinaire] La semence et le semis (conseil scientifique de la SNHF)

Rendez-vous, mardi 7 mars, pour le webinaire « La semence et le semis », organisé par le conseil scientifique de la SNHF. Ce webinaire traitera des méthodes qui conduisent aux différents types de variétés végétales, puis de la physiologie de la germination et en dernier lieu des bonnes méthodes de semis.

Pour l’agriculteur et le jardinier, le semis symbolise l’espoir, une promesse, la foi en l’avenir, comme si le résultat était déjà atteint. Cependant, il ne s’agit pas d’un optimisme aveugle, mais d’une confiance et d’une certitude qui sont l’expression même du travail de la terre et de la vie.

Les jardiniers suivent le rythme des saisons, attendant souvent avec impatience la période des semis, préparant le sol pour y déposer les semences.
La graine est un organisme vivant issu de la fécondation entre un ovule et un grain de pollen, qui lors de sa maturation, elle a constitué des réserves et la plupart du temps s’est mise en quiescence.
La réussite d’une culture tient pour beaucoup à la qualité de la graine sans pour autant négliger son environnement biotique et abiotique, d’où l’intérêt pour la qualité des sols.

Toutefois, la graine est aussi la traduction d’une génétique particulière obtenue par des méthodes d’amélioration de mieux en mieux maitrisées.

Yvette Dattée, présidente du Conseil scientifique de la SNHF

Ouverture par Yvette Dattée, présidente du Conseil scientifique de la SNHF. Animatrice, Marianne Delarue

  • La semence, vecteur d’un patrimoine génétique, Georges Sicard,
  • Françoise Corbineau, Professeur de biologie végétale à Sorbonne Université
  • Réussir son semis, les grands principes, Dominique Daviot, SEMAE

Les intervenants

La semence, vecteur d’un patrimoine génétique, Georges Sicard

La présentation commence par un bref historique de la sélection végétale et de l’apparition du concept de « variété ». Les grands types de constructions génétiques sont rappelés (populations, lignées, hybrides, synthétiques …), en lien avec la biologie florale des espèces végétales. Les notions de maintenance des variétés et de production de semences sont abordées selon les types variétaux.

Les concepts d’homogénéité et de stabilité, pierre angulaire de la définition d’une variété, sont présentés et questionnés.

La présentation se termine sur quelques conseils et mises en garde à l’usage de ceux qui voudraient produire leurs propres semences.

Georges Sicard, ingénieur agronome PG 75, jeune retraité, a réalisé toute sa carrière dans la filière semence, d’abord à la Fnams (fédération des agriculteurs multiplicateurs de semences) où il a eu en charge la direction technique, puis au GEVES où il a dirigé le secteur d’étude des variétés, dans le cadre notamment de l’inscription au catalogue officiel.

Georges a rejoint le conseil scientifique de la SNHF en 2020.

Les semences, organes essentiels pour la survie et la propagation des espèces, Françoise Corbineau, Biologie des Semences, UMR7622, IBPS, Sorbonne Université, Paris

La majorité des végétaux supérieurs produisent des graines tolérantes à la déshydratation, dites « orthodoxes ». Quiescentes au moment de leur dissémination, leur germination exige de l’eau et est contrôlée par la température, l’oxygène et la lumière. Elle est aussi régulée par des facteurs internes aux semences, les dormances qui correspondent à une inaptitude à germer dans des conditions apparemment favorables. Elles impliquent l’embryon et les enveloppes. Leur élimination entraine un élargissement des conditions qui permettent la germination, les semences non dormantes sont donc moins sensibles aux facteurs du milieu. Toutefois, placées dans des conditions défavorables à la germination, les semences peuvent perdre leur aptitude à germer en rentrant en dormance « secondaire ». Les cycles biologiques se caractérisent par l’alternance de ces phénomènes. De plus la survie des semences orthodoxes à l’état déshydraté permet leur conservation et le maintien de la biodiversité ex-situ.

_

Françoise Corbineau, est Professeur de biologie végétale à Sorbonne Université. Élève de l’École Normale Supérieure, Agrégée de Sciences Naturelles en 1976, Françoise Corbineau est recrutée comme Chargée de recherche au CNRS de 1979 à 1990, puis promue Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie (Sorbonne Université) en 1994. Spécialiste de la biologie des semences, elle est auteur ou co-auteur de plus de 250 articles de recherche dont 155 dans des revues internationales à comité de lecture, de 9 chapitres d’ouvrages et de 3 ouvrages sur la physiologie des semences. Elle a aussi encadré 18 thèses de Doctorat.

Elle s’est beaucoup impliquée dans la recherche appliquée en partenariat avec de nombreuses sociétés semencières et elle est Membre de l’Académie d’Agriculture de France depuis 2013.  Elle a été Président-Elect de l’ISSS (International Society for Seed Science), puis Présidente de cette Société de 2014 à 2017.

Elle a succédé au Prof. Côme à la direction de l’Equipe « Biologie des Semences » de 1997 à 2010. Son activité scientifique a porté sur la régulation physiologique, biochimique et hormonale de la germination et des dormances, le vieillissement et la conservation des semences et l’évaluation et l’amélioration de la qualité des semences. En retraite depuis 2022, elle est actuellement Professeur Emérite de Sorbonne Université.

Réussir son semis, les grands principes, Dominique Daviot et Philippe Monchaux

Le succès de la culture des légumes commence dès le semis car les graines ont des besoins de conditions particulières pour bien germer et lever de façon régulière et homogène. Chaque espèce a en effet ses préférences pour le lieu, la période et la façon d’être mise en terre. Pour réussir les semis, il convient tout d’abord de choisir des espèces et des variétés adaptées à sa région, à son sol, aux périodes de culture et de production souhaitées. Les sachets de semences présentent très souvent des indications précieuses dans ce domaine. Ensuite, il est primordial d’utiliser des semences de qualité, ayant conservé toute leur qualité germinative. Après une préparation soignée de son sol, les semences seront mises en terre au bon moment, à la bonne densité et à la bonne profondeur. Différents types de semis en pleine terre (en ligne, en poquets ou à la volée) sont possibles suivant les espèces. Il est important de pas semer trop dru, de tasser légèrement le sol et d’arroser délicatement après le semis. Après la levée, des éclaircissages sont nécessaires pour assurer un développement optimal entre les plantes et obtenir de belles récoltes.

Ingénieur agronome spécialisé dans l’amélioration des plantes, Dominique DAVIOT a commencé sa carrière au GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants, devenu aujourd’hui SEMAE) en tant que chargé de développement, d’abord au niveau régional, puis au niveau national. Il est très vite chargé de communication en direction de l’enseignement et de l’univers jardin. Passionné de jardinage et d’animation pour les scolaires, il participe dès 1985 à la mise en place de l’opération « Jardinons à l’école » et lance en 1999, grâce à des fonds européens, « La semaine du jardinage pour les écoles ». En 2004, il devient Secrétaire Général de la Section Semences de Maïs et de Sorgho puis de la Section Potagères et Florales en 2012. C’est en particulier dans ce cadre qu’il met place en 2020 un fonds de soutien pour la maintenance des variétés anciennes de légumes.

Aujourd’hui retraité, il est membre de la Section Potagers et Fruitiers de la SNHF.

Philippe Monchaux 

Au terme d’un itinéraire professionnel d’enseignant et de formateur « étranger » au domaine horticole, Philippe Monchaux, a terminé sa carrière universitaire en 2013. Il a toujours manifesté un intérêt pour le jardinage en cultivant le jardin familial. En tant qu’adhérent de Jardinot, en 2014, il s’inscrit à la formation de jardiniers-référents du Conseil national des jardins collectifs et familiaux (CNJCF). Depuis, il organise régulièrement des animations au sein d’un jardin associatif, donne des conférences à la demande d’associations locales de jardins familiaux. Ancien président de la Société d’horticulture de Picardie, il a rejoint la SNHF d’abord dans l’équipe Jardiner Autrement dont il a été le chef de projet (2018-2021), puis la section Potagers et fruitiers. Il s’efforce de porter les préoccupations des jardiniers amateurs ou débutants qu’il côtoie régulièrement.

Docteur d’Etat, Yvette Dattée a été enseignant/chercheur à l’Ecole Normale Supérieure puis à l’Université pendant les 20 premières années de sa carrière. Elle est ensuite entrée à l’INRAe où elle a dirigé le GEVES (Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences). Elle a présidé EUCARPIA l’association européenne d’amélioration des plantes de 1989 à 1992.
Aujourd’hui retraitée, elle est membre de l’Académie d’Agriculture de France et Présidente du conseil scientifique de la SNHF.

Professeure à l’Université Paris-Saclay,  Marianne Delarue effectue sa recherche au sein de l’Institut des Sciences des Plantes de Paris-Saclay où elle étudie le développement des plantes aux niveaux cellulaire et moléculaire. Ses derniers travaux concernent les processus de mort cellulaire programmée des cellules en réponse à des stress biotiques et abiotiques.

Marianne est également très impliquée dans la gestion des thèses dans sa discipline puisqu’elle dirige l’École Doctorale Sciences du végétal : du gène à l’écosystème, regroupant une centaine de doctorants. 

Passionnée par l’enseignement et la transmission des savoirs, elle participe depuis plusieurs années au conseil scientifique de la SNHF.

Les webinaires de la SNHF sont disponibles quelques mois après leur diffusion, sur notre chaîne YouTube.

Voir tous nos webinaires.

One thought on “[Webinaire] La semence et le semis (conseil scientifique de la SNHF)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 1 =