Archives par mot-clé : journée d’information

Fleurs d’ici, fleurs d’ailleurs : quelle place pour la production française ? La journée d’information SNHF

L’attrait du consommateur pour les produits locaux est de plus en plus fort. Les raisons de cette préférence sont diverses : recherche d’une origine française pour favoriser l’économie nationale, de circuits courts pour une réduction de l’empreinte carbone…

Les fleurs coupées n’échappent pas à ce mouvement : il suffit de lire dans la presse, au moment des fêtes, les articles décriant, pour leur bilan carbone et leurs conditions de production, les roses venues d’Afrique ou d’Amérique du Sud.

La production française de fleurs coupées est en déclin depuis longtemps, en raison spécialement d’une pression foncière accrue, de la hausse des prix de l’énergie, de la forte concurrence internationale. Ce sont actuellement 80% des fleurs vendues dans l’hexagone qui sont importées. Mais la demande pour les fleurs françaises est forte, des aides sont apportées, des labels et certifications ont été créés. Ils garantissent notamment des conditions de production respectueuses de l’environnement.

D’importants progrès sont réalisés dans ce domaine : en 35 ans, par exemple, la culture de pivoines pour la fleur coupée a été portée à 200 hectares. Pour plusieurs espèces, des recherches portent sur l’accélération de la production, la diversification, l’expérimentation de systèmes durables économes en intrants.

Il n’en reste pas moins que les contraintes saisonnières, ou encore les coûts rendent difficile la compétition entre la production française et les importations. La limitation de ces handicaps par la diversification, l’innovation, les signes de qualité peuvent se révéler des atouts de choix pour notre horticulture nationale.

Valoriser les atouts de l’hexagone en saison favorable et satisfaire nos besoins de couleur, de lumière et de fraîcheur en hiver, ne permettrait-il pas de concilier l’attrait de la production locale et l’apport des cultures de pays du Sud ?

Date : 23 novembre 2022 de 9h à 16h00
Lieu : SNHF, 84 rue de Grenelle, 75007 Paris

Venez, le 23 novembre, participer à cette journée d’information de la SNHF, nous vous y attendons.

Le programme

9h00 – Début de la conférence

> Ouverture : Jean Pierre Gueneau, Président de la SNHF, Yvette Dattée, Présidente du Conseil scientifique

> Conférence introductive : Evolution récente de la production de fleurs coupées en France – Léa Benoit, doctorante à l’université Bordeaux Montaigne, UMR LAM, ATER à l’université de Limoges, UMR GEOLAB

> Fleurs de France et d’ailleurs : avantages et inconvénients, possibilités de comparaison – Caroline Widehem, professeur Agro campus ouest

10h35-10h50 Discussion

10h50-11h10 Pause

> Les décisions stratégiques d’une entreprise face au marché – Nicolas et Jean-Philippe Bigot, directeurs de Bigot Fleurs

> Les attentes des consommateurs et de la distribution : témoignage d’un grossiste – Maxime François, Président directeur général Fleur Assistance

> Les nouveaux venus du marché fleur locale, l’association Halage – Julie Haddad, Fleurs d’Halage

12h30 -12h50 Discussion

13h00 -14h00 Déjeuner

> Les signes d’origine, de qualité, certification environnementale : des moyens de démarquer les produits français – Malorie Clair et Sylvie Robert, Excellence Végétale

> La concurrence, moteur de la diversification – Laurent Ronco, ASTREDHOR

> La diversification d’usage : l’ouverture des productions à d’autres marchés – Sophie Descamps, Chambre d’agriculture des Alpes Maritimes

> L’innovation des systèmes de production, garantie de qualité et de diversité des produits sur les marchés – Laurent Ronco, ASTREDHOR

15h20-15h30 Discussion

>Conclusion – Fabien Robert, ASTREDHOR

16h00 Fin de la journée

[Retour sur] La journée d’information ‘Des fleurs et des pollinisateurs’

Un pollinisateur est un animal, qui à l’occasion de ses déplacements, transporte le pollen d’une fleur mâle vers le stigmate d’une fleur femelle. Ce faisant, il contribue à la fécondation de la fleur, un acte essentiel à l’origine de la graine et du fruit.

Les plantes à fleurs présentent avec les pollinisateurs des relations riches et diverses largement abordées le 11 février lors de la journée d’information de la SNHF.

Cette journée, organisée par le conseil scientifique de la SNHF présidé par Yvette Dattée et soutenue par l’interprofession Val’Hor, affichait complet!

Ouverture de la journée par Y. Dattée
“La fleur: une façon de s’afficher sans ménagement”, M.A. Selosse, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle

Les participants ont découvert les surprenants moyens qu’utilisent les fleurs pour attirer les pollinisateurs, l’évolution et la diversification des plantes à fleurs au fil des temps en liaison avec la pollinisation. Les acteurs de la pollinisation : toute la diversité des insectes mais aussi les autres ‘bestioles’ moins connus, comme les marsupiaux, ont eu leur heure de gloire.
Val’hor a aussi rappelé sa mobilisation pour agir en faveur des pollinisateurs (La semaine des fleurs pour les abeilles, la Liste des plantes attractives pour les abeilles) .

“Les insectes pollinisateurs, diversité et modes de vie”, V. Albouy, Office Pour les Insectes et leur Environnement
“Agir en faveur des pollinisateurs: Les professionnels du végétal mobilisés”, R. Manceau, chef de Projet VAL’HOR

Les conférences de l’après-midi étaient dédiées à la santé, aux pathologies des abeilles domestiques Apis mellifera et à leur redoutable ennemi le frelon asiatique !
Les participants souhaitant passer à l’action ont pu découvrir les aménagements et les pratiques pour agir en faveur des pollinisateurs et leur nourriture ainsi que des éclairages techniques pour installer leurs premières ruches!

Discussion “Pathologies de l’abeille domestique”, Q. Bicego, Conseiller Sanitaire Apicole Régional GDS Centre et “Le frelon asiatique : un prédateur envahissant”, C. Villemant, Muséum National d’Histoire Naturelle
Discussion “Aménagements et pratiques favorables aux insectes pollinisateurs”, A. Fougeroux, Académie d’Agriculture de France et “Devenir apiculteur et installer ses premières ruches”, T. Duroselle, Président de la Société Centrale d’Apiculture

La journée a été suivie d’une séance de dédicace du nouveau livre de Marc-André Selosse : Les gouts et les couleurs du monde, paru en octobre 2019, aux éditions Actes Sud, en présence de l’illustrateur Arnaud Rafaelian.

Une journée très riche en échanges avec des conférenciers de structures de renom : Société Centrale d’Apiculture, Académie d’Agriculture de France, Muséum National d’Histoire Naturelle, Office Pour les Insectes et leur Environnement…

Pour en savoir plus

> (Re)découvrir, en ligne, le Grand Angle du numéro 643 de la revue Jardins de France : ‘Pollens, abeillle et compagnie’

Lectures
  • Aline Raynal Roques, La Botanique redécouverte, Belin, 1994
  • Aline Raynal Roques, Un amour d’Orchidée, Belin, 2005
  • Aline Raynal Roques, Dessiner et photographier les fleurs, Belin, 2015
  • Aline Raynal Roques, Les Broméliacées, Belin, 2016
  • Vincent Albouy, La pollinisation au jardin, Ulmer, 2019
  • Vincent Albouy et Yves Le Conte Nos abeilles en péril, Éditions Quae, 2019
  • Vincent Albouy Pollinisation, le génie de la nature, Éditions Quae, 2018
  • Marc-André Sélosse, Les Goûts et les couleurs du monde:Une histoire naturelle des tannins, de l’écologie à la santé, Actes sud, 2019
  • Marc-André Sélosse, Jamais seul: Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Actes sud, 2017
  • André Fougeroux, Histoire de la protection des cultures de 1850 à nos jours, France Agricole, 2010
  • Claude Aubert. Michel Chauvet. Adam Maurizio, Histoire de l’alimentation végétale Depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, Ulmer, 2019
  • Philippe Boyer, Abeilles sauvages, Ulmer, 2015
  • Serge Hamon L’odyssée des plantes sauvages et cultivées, Éditions Quae, 2019

Des fleurs et des pollinisateurs, la journée d’information SNHF

Rendez-vous mardi 11 février 2020

Nous vous informons que la journée d’information de la SNHF “Des fleurs et des pollinisateurs”, initialement prévue le 17 décembre, a été reportée au mardi 11 février 2020. Nous vous remercions de votre compréhension.

La Société Nationale d’Horticulture de France, vous donne rendez-vous le mardi 11 février pour une journée d’information composée de neuf conférences sur la thématique des fleurs et des pollinisateurs.
Cette journée, ouverte à tous et gratuite, a pour objectif de diffuser des connaissances scientifiques et techniques au plus grand nombre. Elle s’adresse aussi bien aux jardiniers amateurs, aux professionnels du végétal, qu’aux associations et lycées horticoles.

Il existe des fleurs dont le pollen est transporté par le vent pour se poser sur la fleur d’une autre plante, d’autres se fécondent avec leur propre pollen mais nombre d’entre elles ont recours à un auxiliaire qui peut être un insecte, souvent un hyménoptère, famille des abeilles, ou encore un papillon voire un oiseau ou une chauve-souris.
 Les plantes à fleurs présentent avec les insectes des relations riches et diverses. La pollinisation est celle qui a permis le développement d’un grand nombre d’adaptations entre la plante et ses pollinisateurs.

Les relations entre les insectes et les plantes à fleurs sont anciennes. Chez les Angiospermes ancestrales, la pollinisation déjà était assurée par des coléoptères consommateurs de pollen. Elles sont devenues complexes et diversifiées permettant d’offrir le gîte et le couvert aux insectes et d’assurer la pollinisation de 80% des plantes à fleurs. Chacune des parties, l’animal ou la plante, pouvant posséder des caractères morphologiques adaptés à l’autre. Certains auteurs n’hésitent pas à qualifier les relations entre les insectes et les plantes à fleurs de coévolution, d’autres de mutualisme. Quelles que soient les différentes qualifications ces relations privilégiées expliquent sans doute le développement important des Angiospermes alors que ce groupe est récent par rapport aux autres plantes terrestres.

La pollinisation, à l’origine de la graine et du fruit est un acte essentiel pour l’alimentation humaine. C’est la raison pour laquelle la santé des abeilles est une telle source de préoccupation mais nous apprendrons au cours de cette journée que l’abeille domestique n’est pas le seul acteur, loin de là.
Yvette Dattée, présidente du Conseil Scientifique

Cette journée est soutenue par Val’hor, l’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage.

La journée est gratuite sur inscription. Le repas est payant si vous souhaitez déjeuner sur place.

> Inscription en ligne

 

Date : 11 février 2020 de 9h à 16h30
Lieu : SNHF, 84 rue de Grenelle, 75007 Paris

Le programme

8h30 > Accueil

9h00 > Ouverture – Dominique Douard, Président de la SNHF et Yvette Dattée, Présidente du Conseil Scientifique,
9h20 > Conférence introductive : La fleur : une façon de s’afficher sans ménagement – Marc André Selosse, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle,
10h > La pollinisation, un moteur de l’évolution et la diversification des fleurs – Sophie Nadot, professeure université Paris Sud,
10h25 > Pollinisation par des animaux autres que les insectes – Aline Raynal Roques, Muséum National d’Histoire Naturelle,
10h50  > Discussion
11h00 > Pause

11h20 > Les insectes pollinisateurs, diversité et modes de vie – Vincent Albouy, Office Pour les Insectes et leur Environnement,
12h00 > Agir en faveur des pollinisateurs : Les professionnels du végétal mobilisés – Romain Manceau, chef de Projet VAL’HOR,
12h25 > Discussion

12h35 Pause déjeuner
13h50 > Pathologies de l’abeille domestique – Quentin Bicego, Conseiller Sanitaire Apicole Régional GDS Centre,
14h15 > Le frelon asiatique : un prédateur envahissant – Claire Villemant, Muséum National d’Histoire Naturelle,
14h40 > Discussion

14h50  > Aménagements et pratiques favorables aux insectes pollinisateurs – André Fougeroux, Académie d’Agriculture de France,
15h15 > Devenir apiculteur et installer ses premières ruches – Thierry Duroselle, Président de la Société Centrale d’Apiculture,
15h40 > Discussion
16h00 > Discussion générale
16h30 > Fin de journée

Marc-André Selosse

La journée sera suivie d’une séance de dédicace du nouveau livre de Marc-André Selosse : Les gouts et les couleurs du monde, paru en octobre 2019, aux éditions Actes Sud.

En savoir plus sur Les goûts et les couleurs du monde sur le site du Muséum National d’Histoire Naturelle

Pour en savoir plus

> (Re)découvrir, en ligne, le Grand Angle du numéro 643 de la revue Jardins de France : ‘Pollens, abeillle et compagnie’

> Découvrir la liste des plantes attractives pour les abeilles.

Les plantes attractives pour les abeilles

Cette liste est le fruit d’un travail mené par :

  • FranceAgriMer
  • L’institut technique de l’abeille (ITSAP)
  • Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation
  • La Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF)
  • L’institut technique de l’horticulture (Astredhor)
  • L’interprofession Val’hor.

Plantes spontanées et jardinage : quelles cohabitations ? [Télécharger les résumés]

Le mardi 11 décembre dernier s’est déroulé la journée d’information de la SNHF. Les résumés de la journée sont disponibles en téléchargement.

Plantes spontanées - AfficheL’agro-écologie vise à établir des modes de production qui s’appuient sur les fonctionnalités intrinsèques offertes par les agroécosystèmes. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.

Ce mouvement très fort d’une conception renouvelée des systèmes de culture s’adresse tout aussi bien aux milieux agricoles qu’à ceux du jardinage .Il est rendu possible par des progrès scientifiques qui permettent de mieux comprendre les interactions entre différents  milieux ou leurs composantes dans le contexte de l’intervention de l’homme.

Le grand succès de l’agro-écologie est de faire se rapprocher l’écologie scientifique et la gestion des cultures. Cela signifie qu’il faut être prêt à changer notre vision du jardin et invite, au détriment de l’action immédiate contre tel ou tel bioagresseur, à observer et anticiper pour raisonner une action qui sera plus préventive que curative.

En 2018 la SNHF a choisi de mettre l’accent sur la présence d’herbes spontanées au jardin, pourquoi ?

Avec la limitation d’usage des produits phytopharmaceutiques  de synthèse, le désherbage est probablement l’une des contraintes la plus difficile à surmonter  mais faut-il éliminer toutes ces « herbes folles »  de nos jardins ? N’ont-elles pas des vertus à découvrir ou à redécouvrir ? Ne faudrait-il pas semer également des graines qui ne sont pas destinées à la récolte pour améliorer le sol ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ces espaces du jardin mis à la disposition de ces plantes si particulières pour le jardinier ?