• Actualités
  • [Webinaire] Le potager hier et aujourd’hui...

[Webinaire] Le potager hier et aujourd’hui (conseil scientifique)

Mardi 28 mars 2023 a lieu le webinaire « Le potager hier et aujourd’hui », organisé par le conseil scientifique de la SNHF. Les quatre conférences de ce webinaire sont maintenant disponibles en rediffusion.

Le jardin potager connaît depuis quelques années un engouement fantastique, que ce soit dans des jardins privés ou des jardins collectifs. Les raisons en sont multiples : attrait renouvelé pour le monde végétal, goût du frais, du « naturel »et de la consommation locale, confinement lié à l’épidémie de la COVID puis télétravail laissant plus de temps à domicile…
Dans la population française, nombreux sont les jeunes qui se sont récemment engagés dans le jardinage, tant pour l’agrément que pour le potager.
Cet intérêt pour le jardin potager est un retour à une tradition ancienne et lors de ce webinaire, nous retrouverons l’histoire des jardins potagers illustrant  l’évolution des jardins potagers européens de l’Antiquité jusqu’au XXIe siècle en fonction des évolutions sociétales et esthétiques. Puis, nous apprendrons le comportement actuel des consommateurs vis-à-vis des fruits et des légumes et nous décrypterons une enquête récente sur les Français et le potager. En dernier lieu, l’intérêt économique du jardin potager pour les familles sera évoqué.

 

Yvette Dattée, présidente du Conseil scientifique de la SNHF

  • Ouverture par Yvette Dattée, présidente du Conseil scientifique de la SNHF. Animatrice, Noëlle Dorion
  • Une histoire des jardins potagers, Yves-Marie Allain 
  • L’impact des jardins potagers sur les achats et la consommation, une étude du CTIFL (Centre technique interprofessionnel  des fruits et légumes), Daniel Veschambre
  • Les Français et le potager, Émeline Teissier
  • L’intérêt économique des jardins potagers, Jean-Daniel Arnaud

Les intervenants

Une histoire des jardins potagers, Yves-Marie Allain

Si les auteurs grecs, latins, arabes ont abordé l’agronomie et la culture de nombreuses plantes vivrières, c’est à compter de la Renaissance, qu’en Europe, la littérature aborde l’aspect formel du potager et sa place dans la composition globale du jardin. Au fil des siècles, la place du potager a évolué dans l’organisation spatiale et sociale des parcs et jardins. De jardin participant à l’agrément général, dès le XVIIe siècle, il est progressivement relégué et placé en dehors des vues majeures de la composition. Néanmoins, il doit suivre des règles dans son découpage en carrés. Avec le mouvement des jardins paysagers, dès le XVIIIsiècle, un certain nombre de concepteurs souhaite que le potager soit également « dé-géométriser ». Leurs préconisations n’auront guère de succès. De plus, le potager perd de son utilité absolue et bien des paysagistes du début du XXe siècle pensent qu’il peut être supprimé des nouveaux jardins d’agrément. Néanmoins, le potager perdure sous des formes multiples du jardin familial au jardin partagé, avec par ailleurs un retour de la plante potagère au jardin d’agrément.

Yves-Marie Allain

Ingénieur horticole, paysagiste, dplg formé à l’École nationale supérieure d’horticulture à Versailles, Yves-Marie Allain commence sa carrière comme directeur d’espaces verts de collectivités locales (Lorient puis Orléans) avant d’intégrer, comme ingénieur de recherche, le Muséum national d’histoire naturelle, chargé de la direction du Jardin des plantes de Paris et de l’Arboretum de Chèvreloup. À ce titre il sera, pour la France, l’autorité scientifique flore à la convention internationale de la Cites. Il termine sa carrière comme membre permanent de l’Inspection générale de l’environnement. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la relation des hommes et des plantes dont Une histoire des jardins potagers (2022).

Une histoire des jardins potagers
Résumé
Le jardin potager est de retour, il a retrouvé ses lettres de noblesse, mais quel fut son parcours et quelle place lui a-t-on octroyé au cours des siècles, depuis le Moyen-âge ? C’est cette histoire complexe entre des plantes et un lieu, entre une quête de nourriture et une recherche d’esthé­tisme qui nous est contée ici avec passion.
Date de parution : 29/09/2022
Editeur : Quae

Jardins potagers : impacts sur la consommation des fruits et légumes frais en France : une étude du CTIFL apporte quelques éclairages), Daniel Veschambre

En France, la consommation totale des fruits et légumes frais est relativement stable depuis 20 ans, malgré une légère baisse ces dernières années. La production française assure 52% du marché français. Sur l’ensemble, les fruits et légumes « bio » représentent moins de 10%, part limitée, mais qui a plus que doublé depuis 2010. Les fruits & légumes représentaient 22 % du budget alimentaire des ménages en 2018. Cette part a augmenté de 5 points depuis 1998.

Dans ce contexte général de la consommation, l’étude menée en 2022 par Pascale Cavard du CTIFL visait à caractériser l’impact des jardins potagers. La crise sanitaire et les restrictions imposées en 2020 et 2021 ont eu pour conséquence un changement d’attitude : De nombreux consommateurs déclarent désormais vouloir développer leur autoproduction. Dès lors, les consommateurs vont-ils se mettre à jardiner ou à augmenter la taille de leur potager ? Et que vont-ils planter ?

Les motivations liées à la culture d’un potager ne se limitent pas à la possibilité de produire ses propres fruits et légumes, la notion de plaisir étant aussi très importante. Le choix des espèces cultivées est avant tout une question de goût, mais aussi d’adaptation au sol et au climat, et à la facilité à faire pousser les variétés cultivées.

Peu de jardiniers travaillent à perte, et l’intérêt économique d’un potager est particulièrement important en début de saison ; la productivité et les économies réalisées différentes selon les catégories de fruits et légumes cultivés. La taille du potager est variable et assez logiquement corrélée à l’expérience des jardiniers. Les arbres fruitiers, parfois déjà présents à l’achat d’une maison, représentent quant à eux un investissement et un certain savoir-faire.

Les critères d’achat de semences et plants sont la saveur des fruits et légumes ainsi que la facilité de culture, associée à un bon rendement et adapté au climat. La tomate est la star incontestée du potager en 2021, suivie de la salade puis de la courgette. Les fruits rouges (fraise, framboise et cerise) constituent le podium des plants et arbres présents dans le jardin suivis du pommier.

Une large majorité des jardiniers n’a pas changé ses habitudes de plantation de fruits et de légumes ces deux dernières années, et un tiers d’entre eux utilise par ailleurs un abri produire ses propres plants de légumes.

Daniel Veschambre

Daniel Veschambre, ingénieur horticole, a fait sa carrière au Centre Technique des Fruits et Légumes (Ctifl) ; après un temps de travail de R&D dans le secteur légumes et fraisier, il a occupé divers postes notamment   à la direction du département Qualité des F&L et Protection de l’environnement. Il a finalement dirigé le département Légumes et fraisier du Ctifl pendant 12 ans, en développant notamment les travaux visant à réduire et à trouver des alternatives à l’emploi des produits phytosanitaires de synthèse.

Les Français et le potager, Émeline Teissier

Le confinement a permis aux Français de jardiner davantage et de consacrer plus de temps à ce loisir vert, en particulier pour cultiver leurs propres légumes et gagner ainsi en autonomie alimentaire. Une grande enquête à l’initiative de SEMAE, l’interprofession des semences et plants, réalisée par KANTAR auprès de 1.000 jardiniers, nous révèle les raisons de ce récent engouement des Français qui traduit une véritable évolution de nos pratiques qui nous conduit à mettre les mains dans la terre pour mieux nous nourrir et nous faire plaisir. Motivations, pratiques, attentes, types de légumes et choix des variétés cultivés, découvrez un résumé des tendances actuelles et futures du potager et le profil de ces jardiniers amateurs.

Émeline Teissier

  • 2020 – aujourd’hui : Secrétaire de Section « potagères et florale », « maïs et sorgho », animatrice de la Commission transversale Innovation et du dossier Diabrotica au sein de SEMAE, l’interprofession des semences et plants
  • 2011 – 2020 : sélectionneur plantes aromatiques chez Darbonne aromatique/Daregal
  • 2005 – 2022 : sélectionneur tournesol chez Syngenta

Formation mixte Université (DEUG – Licence – Maîtrise en biologie et physiologie végétale) et intégration de l’INH pour suivre une spécialisation en amélioration et sélection des plantes, en partenariat avec l’INAPG.

Je suis plus particulièrement spécialisée dans l’utilisation des ressources génétiques sauvages et le développement d’outils de phénotypage.

Présentation de l’étude sur l’intérêt économique des jardins potagers, Jean-Daniel Arnaud

Alors que les jardins potagers prennent de plus en plus d’importance, la SNHF a estimé utile de réaliser une étude portant sur leur intérêt économique pour le jardinier et sa famille. Avec le soutien d’AgroParisTech et de plusieurs partenaires, cette étude a été lancée. La première partie présente l’état actuel de l’insécurité alimentaire en France et dans le monde et décrit l’évolution des jardins depuis le XIXᵉ siècle. La seconde partie détaille la méthode d’enquête employée permettant de recueillir des données quantitatives sur les productions et les dépenses des jardiniers et de mieux comprendre le profil et les motivations des jardiniers. Les premiers résultats, montrent que les jardiniers sont surtout désireux de produire leurs propres légumes et que certaines productions, telles les petits fruits rouges, sont particulièrement rentables. Du fait de la très grande diversité des jardins potagers et de la difficulté de trouver des jardiniers ayant consigné leurs résultats de manière exhaustive, l’étude doit être poursuivie.

Jean-Daniel Arnaud

Jean-Daniel Arnaud est ingénieur agronome. Il est d’abord allé en coopération en Algérie pour enseigner l’agriculture. Puis il a fait carrière 38 ans dans l’interprofession des semences avec trois missions bien différentes. Durant seize ans, il a été chargé du développement des plantes fourragères et à gazon en France. Après, il fut responsable du service des études économiques et statistiques et a réalisé de nombreuses études quantitatives et qualitatives sur l’utilisation des semences. Enfin, il a été Secrétaire général de la section semences de plantes potagères et florales ainsi que de la section betteraves. Retraité à partir de 2012, il a créé un jardin potager partagé, il est membre actif de la section potagers et fruitiers de la SNHF. Il a collaboré au Comité d’orientation et d’éthique d’une association de jardins familiaux et est maintenant membre du Conseil scientifique de la SNHF.

En 2018, Jean-Daniel Arnaud a initié et été maître de stage de l’étude sur l’intérêt économique des jardins potagers réalisée par Anoucha Joubert qu’il présente dans ce webinaire.

Yvette Dattée

Docteur d’État, Yvette Dattée a été enseignant/chercheur à l’École Normale Supérieure puis à l’Université pendant les 20 premières années de sa carrière. Elle est ensuite entrée à l’INRAe où elle a dirigé le GEVES (Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences). Elle a présidé EUCARPIA l’association européenne d’amélioration des plantes de 1989 à 1992.
Aujourd’hui retraitée, elle est membre de l’Académie d’Agriculture de France et Présidente du conseil scientifique de la SNHF.

Noëlle Dorion

Noëlle Dorion est ingénieur horticole et docteur en physiologie végétale. Elle est Professeur honoraire Agrocampus Ouest, spécialisée en biologie cellulaire et physiologie du développement des plantes ornementales. Elle a été présidente de la section « plantes ornementales, à parfum, aromatiques et médicinales du CTPS (comité technique permanent de la sélection). Aujourd’hui retraitée, Noëlle Dorion est membre du conseil scientifique de la SNHF et membre de l’Académie d’Agriculture de France.

Les webinaires de la SNHF sont disponibles quelques mois après leur diffusion, sur notre chaîne YouTube.

6 thoughts on “[Webinaire] Le potager hier et aujourd’hui (conseil scientifique)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − deux =