Archives par mot-clé : colloque

Des fleurs et des pollinisateurs, thème de la journée d’information SNHF 2019

Des fleurs et des pollinisateurs

Il existe des fleurs dont le pollen est transporté par le vent pour se poser sur la fleur d’une autre plante, d’autres se fécondent avec leur propre pollen mais nombre d’entre elles ont recours à un auxiliaire qui peut être un insecte, souvent un hyménoptère, famille des abeilles, ou encore un papillon voire un oiseau ou une chauve-souris.
 Les plantes à fleurs présentent avec les insectes des relations riches et diverses. La pollinisation est celle qui a permis le développement d’un grand nombre d’adaptations entre la plante et ses pollinisateurs.

Les relations entre les insectes et les plantes à fleurs sont anciennes. Chez les Angiospermes ancestrales, la pollinisation déjà était assurée par des coléoptères consommateurs de pollen. Elles sont devenues complexes et diversifiées permettant d’offrir le gîte et le couvert aux insectes et d’assurer la pollinisation de 80% des plantes à fleurs. Chacune des parties, l’animal ou la plante, pouvant posséder des caractères morphologiques adaptés à l’autre. Certains auteurs n’hésitent pas à qualifier les relations entre les insectes et les plantes à fleurs de coévolution, d’autres de mutualisme. Quelles que soient les différentes qualifications ces relations privilégiées expliquent sans doute le développement important des Angiospermes alors que ce groupe est récent par rapport aux autres plantes terrestres.

La pollinisation, à l’origine de la graine et du fruit est un acte essentiel pour l’alimentation humaine. C’est la raison pour laquelle la santé des abeilles est une telle source de préoccupation mais nous apprendrons au cours de cette journée que l’abeille domestique n’est pas le seul acteur, loin de là.
Yvette Dattée, présidente du Conseil Scientifique

La journée est gratuite sur inscription. Le repas est payant si vous souhaitez déjeuner sur place.
> S’inscrire en ligne

Le programme

8h30 > Accueil

9h00 > Ouverture par Dominique Douard, Président de la SNHF et Yvette Dattée Présidente du Conseil Scientifique,
9h20 > Conférence introductive : La fleur : une façon de s’afficher sans ménagement par Marc André Selosse, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle,
10h > La pollinisation, un moteur de l’évolution et la diversification des fleurs par Sophie Nadot, professeure université Paris Sud,
10h25 > Pollinisation par des animaux autres que les insectes par Aline Raynal Roques, Muséum National d’Histoire Naturelle,
10h50  > Discussion
11h00 > Pause

11h20 > Les insectes pollinisateurs, diversité et modes de vie par Vincent Albouy, Office Pour les Insectes et leur Environnement,
12h00 > Agir en faveur des pollinisateurs : Les professionnels du végétal mobilisés par Romain Manceau, chef de Projet, Interprofession VAL’HOR,
12h25 > Discussion

12h35 Pause déjeuner
13h50 > Pathologies de l’abeille domestique par Quentin Bicego, Conseiller Sanitaire Apicole Régional GDS Centre,
14h15 > Le frelon asiatique : un prédateur envahissant par Claire Villemant, Muséum National d’Histoire Naturelle,
14h40 > Discussion

14h50  > Aménagements et pratiques favorables aux insectes pollinisateurs par André Fougeroux, Académie d’Agriculture de France,
15h15 > Devenir apiculteur et installer ses premières ruches par Thierry Duroselle, Président de la Société Centrale d’Apiculture,
15h40 > Discussion
16h00 > Discussion générale

Marc-André Selosse

La journée sera suivie d’une séance de dédicace du nouveau livre de Marc André Selosse : Les gouts et les couleurs du monde, aux éditions Actes Sud.

 

 

 

Pour en savoir plus…

> (Re)découvrir, en ligne, le Grand Angle du numéro 643 de la revue Jardins de France : ‘Pollens, abeillle et compagnie’

> Découvrir la liste des plantes attractives pour les abeilles.

Les plantes attractives pour les abeilles

Cette liste est le fruit d’un travail mené par :

  • FranceAgriMer
  • L’institut technique de l’abeille (ITSAP)
  • Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation
  • La Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF)
  • L’institut technique de l’horticulture (Astredhor)
  • L’interprofession Val’hor.

Plantes et côte d’Azur, le carnaval des sens

Plantes et côte d’Azur, le carnaval des sens

Le 24 mai 2019, la Société Nationale d’Horticulture de France vous invite donc naturellement à partager un passionnant moment de jardinage sensuel et ensoleillé.

De mémoire humaine, la Méditerranée est un lieu de brassage de civilisations, de cultures et d’espèces. Aboutissement des routes commerciales venues d’Extrême-Orient, régions d’affrontements commerciaux, d’influences politiques ou religieuses, les rives méditerranéennes furent aussi, de bonne heure, de hauts lieux de l’art des jardins.

Aussitôt que née, l’horticulture ne pouvait de son côté échapper à son destin méditerranéen. Lors du rattachement du comté de Nice à la France, l’écrivain-jardinier Alphonse Karr fut à l’origine d’un spectaculaire développement des exportations florales. La culture des plantes à parfums restera, quant à elle, légendaire. Enfin, les Années folles ont créé le jardin néoméditerranéen où s’invitent et se mêlent des plantes des cinq continents, originaires de climats comparables.
Les jeux de l’ombre et de la lumière sont, dans les jardins, inséparables du murmure flatteur et paradisiaque de l’eau.

Dans notre mémoire collective, le cyprès élancé puis le palmier et les cigales sont aujourd’hui synonymes de Côte d’Azur. Les herbes de Provence et les olives appartiennent dorénavant au patrimoine culinaire mondial… et que serait un jardin sans la présence d’espèces aromatiques dans les massifs, les haies, les clairières et jusque dans le verre anisé de l’apéritif ?

Oui, le jardin méditerranéen est bien le jardin des cinq sens et Nice en est le Carnaval incontesté.[/vc_column_text]

[/vc_column][/vc_row]

Le colloque scientifique Plantes et côte d’Azur, le carnaval des sens est labélisé “Fascination of Plants Day 2019”

Programme

8 h 30 : Accueil
9 h 00 : Ouverture par Dominique Douard, président de la SNHF, et Yvette Dattée, présidente du conseil scientifique.
9 h 15 : Conférence introductive : les jardins de Méditerranée, du jardin persan aux jardins du XXIe siècle, Philippe Deliau, Alep paysage.

9 h 55 : 1ère session • Murmures au jardin
L’eau dans les jardins méditerranéens, Agnès du Vachat, chercheuse associée École nationale supérieure de paysage, Versailles.
La cigale et l’homme, de la biologie au symbole, Évelyne Duret, conservatrice honoraire du musée des Alpilles, Saint-Rémy-de-Provence.
10 h 55 : Pause

11 h 15 : 2e session • Lumière et couleur
Couleurs des fleurs – Séduire pour survivre, Sophie Nadot, professeure université Paris-Sud.
Culture de couleurs : découverte, gestion, perspectives des plantes à colorants, Patrick Brenac, docteur en substances naturelles, cogérant de la société Greening.

12h15 : L’évaluation des impacts des espaces végétalisés urbains sur la santé, Pierre Haxaire, lauréat du prix de projet 2019.
12 h 30 : Déjeuner

13 h 45 : 3e session • Perception et sensation
La feuille entre douceur et rugosité, Jacques Joyard, directeur de recherche honoraire.
Ressentir la fraîcheur en ville, un service de l’arbre, Thierry Améglio, directeur de recherche INRA.

14 h 45 : 4e session • Senteurs
Pourquoi les plantes ont-elles une odeur ? Jean Claude Caissard, maître de conférences université de Saint-Étienne.
Histoire des parfums : de l’empirisme aux parfums modernes, un long parcours, Xavier Fernandez, professeur des universités.

15 h 45 : 5e session • Saveurs
Quand la sélection dirigée permet une grande diversité de goûts et de couleurs, Stéphanie Arnoux, Prix de thèse 2019
Le goût de la tomate, succès et déconvenues, Mathilde Causse, directrice de recherche INRA.
Le pastis et la Provence, une histoire d’amour, Patrice Desmarest, membre de l’Académie d’agriculture de France et de l’Académie des technologies.
17 h 05 : Conclusion • Nice la cuisine tradition et modernité, Gui Gedda.
17 h 30 : Cocktail de clôture

Informations

Organisé par la Société Nationale d’Horticulture de France
Lieu : Parc Phœnix, 405 Prom. des Anglais, 06200 Nice
Plus d’info : 01 44 39 78 78 / congres.nice@snhf.org

Tarifs

Non-adhérent : sans repas 40 € repas compris 60 €
Adhérent : sans repas 30 € repas compris 50 €
Etudiant et demandeur d’emploi : sans repas 10 € repas compris 30 €

Inscription

Plantes spontanées et jardinage : quelles cohabitations ? [Télécharger les résumés]

Le mardi 11 décembre dernier s’est déroulé la journée d’information de la SNHF. Les résumés de la journée sont disponibles en téléchargement.

Plantes spontanées - AfficheL’agro-écologie vise à établir des modes de production qui s’appuient sur les fonctionnalités intrinsèques offertes par les agroécosystèmes. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.

Ce mouvement très fort d’une conception renouvelée des systèmes de culture s’adresse tout aussi bien aux milieux agricoles qu’à ceux du jardinage .Il est rendu possible par des progrès scientifiques qui permettent de mieux comprendre les interactions entre différents  milieux ou leurs composantes dans le contexte de l’intervention de l’homme.

Le grand succès de l’agro-écologie est de faire se rapprocher l’écologie scientifique et la gestion des cultures. Cela signifie qu’il faut être prêt à changer notre vision du jardin et invite, au détriment de l’action immédiate contre tel ou tel bioagresseur, à observer et anticiper pour raisonner une action qui sera plus préventive que curative.

En 2018 la SNHF a choisi de mettre l’accent sur la présence d’herbes spontanées au jardin, pourquoi ?

Avec la limitation d’usage des produits phytopharmaceutiques  de synthèse, le désherbage est probablement l’une des contraintes la plus difficile à surmonter  mais faut-il éliminer toutes ces « herbes folles »  de nos jardins ? N’ont-elles pas des vertus à découvrir ou à redécouvrir ? Ne faudrait-il pas semer également des graines qui ne sont pas destinées à la récolte pour améliorer le sol ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ces espaces du jardin mis à la disposition de ces plantes si particulières pour le jardinier ?