Archives par mot-clé : Art floral

Musique et peinture à Mougins

Une sorte de « valse » de fleurs, musique et peinture : tel est le thème de la représentation unique d’un spectacle de près de 90 minutes offert à plus d’une centaine de personnes par l’atelier d’Art Floral de Mougins. 

Delaunay – © Julie Robert
Picasso (à gauche), l’oiseau de Magritte et l’hiver d’Arcimboldo – © Julie Robert

A Contes, dans l’arrière-pays niçois, la salle du village était en effervescence le 2 avril 2016 : l’atelier d’Art Floral de Mougins a interprété, en œuvres florales et de façons originales et colorées, neuf tableaux de maitres renommés : Degas et sa danseuse étoile, de La Tour et son clair-obscur de l’enfant, Magritte et l’oiseau, Picasso et son pigeon aux petits pois, Van Gogh et la nuit étoilée, Jefferson et sa danseuse espagnole, Delaunay et son Rhythm Sing Sing, Arcimboldo avec l’hiver, le Douanier Rousseau et le rêve.

L’espagnole de Jefferson (à G) et la danseuse étoile de Degas – © Julie Robert

Que du naturel

Travail sur le clair-obscur (© Julie Robert) et sur Delaunay (© Malou de Alberti)

Ce furent près de 800 heures de travail de patience, de concertations, de modifications de maquettes, de montages….et démontages ( !), pour imaginer et créer ces pièces de grand format (près de 2 mètres de haut pour certaines) de la part de toute l’équipe de bénévoles enthousiastes… sans oublier le président de l’association pour le rôle de « petite main » ! Les compositions sont exclusivement faites de végétaux, branchages, feuillages, fleurs (aucun élément artificiel) glanés en extérieur ou achetés.

Travail sur le rêve du Douanier Rousseau – © Julie Robert

Feu d’artifice final

Les créations ont été, dans leur grande majorité, préparées en amont de la soirée (un travail préparatif depuis le mois de Janvier dernier), complétées sur le lieu du spectacle douze heures avant la représentation, et finalisées sur scène par deux ou trois artistes.

Sur le final, la totalité des bénévoles a travaillé sur le « tableau » : devant avec la barrière plantée de lotus bleus, sur les côtés pour les palmiers reconstitués et le sofa de mousse des bois de la femme nue et derrière, pour, tous les plots de végétaux luxuriants…. Un bouquet final pensé tel un feu d’artifice !

Géraldine Nutte

Le final … – © Malou de Alberti

Trente ans d’art floral à Mougins

L’atelier d’Art Floral de Mougins existe depuis 30 ans et Michèle Enel l’anime avec passion dans le but de promouvoir l’art floral en toutes circonstances (régionales nationales et internationales) lors d’expositions démonstrations et concours.

http://artfloralmougins.over-blog.fr/

[Art floral] « Fête de la Lune à Groussay »

Au Japon, depuis l’époque de Heian, cette fête est dédiée à la lune des récoltes et marque la fin des moissons. Pour l’occasion, les Japonais se retrouvent entre amis afin de contempler la lune.

Le 24 septembre 2016, dans le merveilleux théâtre  privé du château de Groussay à Montfort l’Amaury, le public venu nombreux a vécu un moment de beauté et de grâce.

 

fête de la lune
Théâtre de Groussay dans les Yvelines, ©Litchi Agency Fabien Bernardi

Une artiste mondialement reconnue de l’art floral japonais

Rumiko Manako artiste mondialement reconnue, adhérente à la SNHF,  plusieurs fois  sollicitée pour ses démonstrations  tant à la SNHF qu’en France a composé sur des musiques de Debussy, Beethoven, Ravel et Dvorak des bouquets d’Ikebana, et de Rumiko Style : subtil arrangement d’art floral occidental et d’Ikebana.

fête de la lune
Rikka par Rumiko Manako, ©Litchi Agency Fabien Bernardi
fête de la lune
Shoka par Rumiko Manako, crédit photo : Litchi Agency Fabien Bernardi

Le Rumiko Style : subtil arrangement d’art floral occidental et d’Ikebana

Après deux compositions d’Ikebana, Rumiko Manako présente ensuite trois bouquets de son propre style illustrant :

« La villa Katsura » Résidence impériale  située à Kyoto édifiée spécialement depuis le dix-septième siècle pour contempler la lune

« Artémis » Déesse de la lune et de la chasse dans la mythologie grecque

« La Princesse Kaguya » un des plus vieux conte japonais du dixième siècle.

fête de la lune
La Princesse Kaguya par Rumiko Manako, ©Litchi Agency Fabien Bernardi
fête de la lune
Artemis par Rumiko Manako ©Litchi Agency Fabien Bernardi
fête de la lune
La villa Katsura ©Litchi Agency Fabien Bernardi

Ses  splendides compositions ont trouvé un écrin  de choix dans ce lieu magique. Ce fut un moment hors du temps, emprunt de sérénité, où à travers les fleurs un pont fut jeté entre Groussay et Tokyo.

Le langage des fleurs est symbolique et réunit les hommes, par delà leurs cultures, leurs différences, leur histoire.

Souhaitons à la SNHF de nombreuses ambassadrices de ce talent pour créer des liens entre les hommes.

Claire Delort, vice-présidente de la section art floral.

L'artiste

Présidente de Manako Jafas Paris, de Manako Flower Academy et de l’Association Tokyo Busokai, elle voyage dans le monde entier et partage son temps entre l’enseignement de l’art sophistiqué et rigoureux de l’ikebana de l’école Ikenobo, dans le plus pur respect de traditions millénaires, et l’enseignement de styles plus modernes, tout en poursuivant ses propres recherches créatives, largement photographiées dans la presse.

En France, où elle vient régulièrement, elle est notamment l’auteur d’un ouvrage de référence : Rumiko style – Modern Floral Design.

Floralies de Gand : l’art floral au cœur de la ville

Les fleurs ont envahi la ville de Gand au printemps 2016. Une nouveauté par rapport aux précédentes éditions où les floralies se cantonnaient sur un seul site. S’il est impossible de présenter tous les talents qui se sont exprimés, voici un aperçu qui vous donnera l’envie de venir ou revenir aux prochaines floralies de Gand prévues en 2020 !

Plusieurs quartiers de la ville de Gand (Belgique) ont été le théâtre des floralies internationales qui se sont déroulées du 22 avril au 1e mai 2016. Des artistes du monde entier ont présenté leurs œuvres dans quatre quartiers, chacun conçu sur un thème différent.

Gand, des floralies de réputation internationale – © J.-F. Coffin

Site de Bijloke : La rencontre de l’Orient et de l’occident

Le Japon était à l’honneur sur le site de Bijloke. Azalées, camélias, bonzaïs étaient mis en scène, combinés aux bambous sous toutes leurs formes.

Les bambous mis en scène dont l’œuvre de Daniël Ost (à gauche) – © J.-F. Coffin

De grands artistes de l’Ikebana étaient présents, telle Akane Teshigahara – © J.-F. Coffin

Bonzaïs et compositions contemporaines se côtoient – © J.-F. Coffin

Parc de la Citadelle : le plaisir des sens

Le parc de la citadelle est le lieu traditionnel des floralies de Gand où se trouve le hall historique. Le thème était le plaisir des sens.

Dans l’hémicycle central du musée, une sculpture paysagère monumentale interpelle. Elle est réalisée par les artistes Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger à l’aide de matériaux divers glanés dans la ville (jardin botanique, parcs, producteurs locaux) et de matériel émanant de leur collection (éléments de plantes, plantes artificielles, objets rares).

L’œuvre de Gerda Steiner et Jorg Lenzlinger – © J.-F. Coffin

Le grand hall traditionnel des floralies (à gauche) et la mise en scène de la fameuse azalée gantoise – © J.-F. Coffin

Clin d’œil à l’histoire industrielle de la région où les fleurs figurent le métal en fusion et habillent les cheminées d’usines – © J.-F. Coffin

Caserne Léopold : des arbres dans la ville

Une variété de jardins ont pris place dans la cour de la caserne Léopold, découverts au cours d’une « balade sensorielle entre nature et mythologie ».

La cour de la caserne Léopold où des mini-serres abritent les œuvres de plusieurs artistes – © J.-F. Coffin

Allusion végétale à la société de consommation… – © J.-F. Coffin

Sur la place, les productions phares de la Belgique étaient mises en valeur : lauriers, rosiers, rhododendrons. Dans l’église Saint-Pierre, un gigantesque lustre réalisé par Tomas De Bruyne, maître-fleuriste belge, avec deux grands fleuristes – Hitomi Gilliam (Canada/USA) et Natalia Zhizko (Russie)  surprend. « Un jeu de lumière crée une atmosphère surréaliste et envoutante. »

Composition de Stephan Van Berlo (à gauche) et le surprenant lustre de Tomas De Bruyne dans la cathédrale – © J.-F. Coffin

Deux réalisations dans le cadre d’« Urban green » : un mur végétal et un jardin – © J.-F. Coffin

Pour en savoir plus sur les floralies de Gand : www.floralien.be/fr

Jean-François Coffin

Petite histoire des Floralies gantoises

Ces importantes expositions horticoles sont à l’initiative de la Société d’agriculture et de botanique, fondée à Gand en 1808 à l’exemple de la Société horticulturale de Londres.

Les premières présentations publiques de plantes furent organisées dès 1809 deux fois par an dans l’auberge à l’enseigne du Frascati, puis à partir de 1836, dans le Casino, construit spécialement sur le site du Moulin Perroquet, en association avec la Société musicale de Sainte-Cécile. Le nombre de plantes exposées croissant toujours, il fallut adjoindre au Casino une salle supplémentaire de 2500 M2. C’est de cette nouvelle configuration que, sous l’impulsion de Pierre-Antoine Verschaffelt, Hubert Van Hulle et Édouard Pynaert, naquirent en 1868 les Floralies Gantoises, prestigieuses rencontres et joutes horticoles internationales qui devaient dorénavant  avoir lieu tous les 4 ans.

Plusieurs fois visitées par les têtes couronnées européennes, les expositions gantoises accueillirent dans leurs jurys, les sommités horticoles.

Pour les représentants français, on relève la présence de Barillet-Deschamps en 1868, d’Édouard André dès 1873 et jusqu’en 1898, d’Henry de Vilmorin en 1878.

Parmi les personnalités les plus marquantes de la cité de Gand, la famille de Kerchove fut appelée par deux fois à la présidence de la Société des Floralies Gantoises : d’abord Charles en 1878, jusqu’en 1882, puis Oswald, en 1886.

Notons enfin que ce fut en 1844, que fut solennellement remise au colonel Philip von Siebold, une médaille d’or spécialement frappée en reconnaissance des es nombreuses introductions japonaises.

Daniel Lejeune

Des bouquets de prestige à Sorèze

1er prix The Best catégorie 1 « Châteaux, monuments » par Marie-Jeanne Grasset

« Époustouflant, magnifique, merveilleux, superbe, inoubliable, fabuleux, un enchantement ! » Tels sont les mots entendus ou écrits dans le livre d’or du 3e  concours de bouquets de MG Fleurs & Création “Le Prestige de la France”, organisé à Sorèze dans le Tarn, les 25, 26 et 27 septembre derniers.

« Le Prestige de la France » a réuni des participantes venues de tous les coins de France. « C’est toute une équipe d’élèves, très soudée, qui ont installé la salle dans laquelle a eu lieu ce concours organisé tous les deux ans par l’école d’art floral «  MG Fleurs & Création ». Créée sous forme d’association en 2006 dont le siège est à Saint-Ferréol (Gard), cette école est présidée par Monique Gimenez.

Les participantes au concours et les visiteurs affirment qu’ils reviendront… « On est bien loin des grandes villes mais cela n’empêche pas nos manifestations d’être de très haut niveau », souligne Monique Gimenez.

Le concours 2015 «  le prestige de la France » était décliné en sept catégories : Châteaux ou Monuments, Jardin à la Française, Champagnes ou Vins, Moulin Rouge ou Folies Bergères, La  Mode (robes et accessoires), le Parfum et la Gastronomie.

Voici quelques exemples de compositions lauréates…

A consulter

Pour découvrir l’activité de MG Fleurs & Création et le calendrier des prochaines manifestations : www.mgfleursetcreation.com

Monique Gimenez

 

Sorèze, cité historique

Sorèze, au cœur du Languedoc, petite cité au pied de la Montagne Noire, a acquis une notoriété internationale grâce à son abbaye Bénédictine qui a donné naissance au 18e  siècle à la célèbre École Royale Militaire de Sorèze qui a formé un grand nombre de personnages illustres français et étrangers.

Aujourd’hui, érigée en “Grand site de Midi-Pyrénées”, elle est devenue non seulement un lieu de mémoire et de tradition mais aussi un lieu où fleurissent de nombreuses manifestations culturelles : expositions de peinture et de sculpture, festivals de musique, conférences historiques et scientifiques, concours internationaux d’art floral.

Face à l’écrin de verdure de la Montagne, avec ses ruisseaux et frais vallons, elle offre le charme de ses rues moyenâgeuses avec ses maisons à colombages, un hôtel moderne et agréable dans les anciens bâtiments rénovés entouré d’un parc aux arbres majestueux. Dans ce cadre de calme et de culture, elle propose aussi aux touristes curieux, un musée de verre avec de magnifiques collections anciennes et un splendide musée des œuvres de Don Robert et de la tapisserie contemporaine.

http://www.ville-soreze.fr/

Un atelier floral pour les aveugles, une aventure possible !

Animer un atelier d’art floral pour des aveugles : telle était la proposition de l’association Valentin Haüy* à Agnès Florentz, animatrice au club d’art floral de Rueil Malmaison. Elle nous fait partager l’enthousiasme de cette expérience riche de « merveilleux moments de partage et de convivialité ».

« Il y a quatre ans déjà, l’association Valentin Haüy me contactait pour me proposer d’animer un atelier d’art floral pour des aveugles. Cette association a, entre autres, pour objectif de rendre accessible et d’organiser toutes sortes d’activités et de sorties pour les déficients visuels pour leur permettre de garder une vie sociale et développer leur autonomie….

La demande était pour le moins surprenante et le challenge paraissait bien compliqué ! Mais il fallait juste, en fait, oser se lancer…

Un atelier d’art floral riche en créativité et convivialité – © Agnès Florentz

Visite tactile du bouquet

Nos amies savent nous mettre à l’aise face à leur handicap. Elles sont très attentives à toutes nos explications, ont un très bon sens de l’espace, maitrisent aisément les notions de relief et possèdent une bonne mémoire…..autant d’atouts incontestables pour réaliser de belles compositions.

Elle «  visitent » d’abord le bouquet modèle de manière tactile, repérant avec nos commentaires les différents éléments, les textures, les formes, l’allure générale, les parfums … .

Bouquets réalisables et transportables

Des ciseaux à l’agrafeuse : tout les outils sont utilisés – © Agnès Florentz

La mise en forme du bouquet se fait ensuite pas à pas, consigne après consigne. Les accompagnatrices ne sont là que pour mettre à disposition le matériel, encourager et confirmer le bon positionnement des différents éléments. Nous utilisons sans aucun souci les sécateurs, ciseaux, couteaux et autres agrafeuses si nécessaire. Nous tigeons les fleurs, plions les feuillages, coupons les végétaux, collons des éléments… tout comme les voyantes ! Bien sûr, nos amies sont plus lentes mais peu importe !

Les bouquets réalisés ne sont ni trop grands, ni trop volumineux pour qu’ils soient facilement réalisables et surtout…. transportables.

Un exercice de concentration

Un exercice de concentration et de créativité – © Agnès Florentz

Ces ateliers sont de merveilleux moments de partage et de convivialité, en plus d’être toujours de belles leçons de vie ! Nous ne pouvons qu’admirer l’enthousiasme de ces aveugles et leur volonté pour relever des défis. Elles osent de nouvelles expériences malgré leur handicap  dont elles repoussent ainsi toujours plus loin les limites. C’est pour elles, un exercice de concentration mais elles apprécient de pouvoir ainsi rester créatives et sont toujours fières, à juste titre, de leur réalisation. Nous sommes ravies que l’art floral leur offre cette opportunité.

Une fois encore, les fleurs sont vectrices de vie et de moments de bonheur. Avec nos amies, la réalisation de bouquets prouve encore une fois, et plus que jamais, l’utilité de l’inutilité !

Une belle expérience qui ne demande que l’audace d’être organisée ! »

Agnès Florentz

* Association Valentin Haüy : http://www.avh.asso.fr/

Le Mont-Saint-Michel en fleurs à Avranches

« Un voyage extraordinaire ayant pour destination le Mont-St-Michel et sa baie et, pour environnement, les fleurs » : tel était le thème de la démonstration d’art floral organisé par le club le club Art et bouquets d’Avranches présidé par Nicole Thanguy qui s’est déroulé en octobre dernier au théâtre d’Avranches.

Deux artistes étaient à l’honneur à Avranches : Liliane Labarrière et Soizic Lefranc. «  Nos pilotes ou guides sont deux grandes dames de l’art floral, très complices mais ayant chacune leur identité florale », souligne Nicole Thanguy. Liliane et Soizic ont souvent participé ensemble à des manifestations florales en France et à l’étranger et notamment au théâtre Marinsky de Saint-Pétersbourg.

« Quand les fleurs au langage commun à tous se marient avec l’art floral qui efface les frontières, le voyage devient extraordinaire. Le merveilleux du présent s’allie avec le talent humain » a conclu Nicole Thanguy lors de son discours de présentation de cette démonstration.

Voici quelques exemples du talent de Liliane Labarrière et Soizic Lefranc…

(à gauche) Asahi, soleil levant au Japon, boule d’Heliconia éclairant les nuées matinales de clématite sauvage et de sedum, par Soizic – © club Art et Bouquets d’Avranches.
(à droite) Kogarashi, ou vent d’automne pour les japonais, sur une branche d’ajonc torturée, avec quelques petites lueurs rosées de bruyère et d’astilbes, par Liliane Labarrière – © club Art et Bouquets d’Avranches.

(à gauche) Le vent d’Ouest est un bon vent qui apporte les senteurs d’océan sur l’Ouest de la France, par Soizic Lefranc – © club Art et Bouquets d’Avranches.
(à droite) Le vitrail, par Liliane Labarrière – © club Art et Bouquets d’Avranches.

Soleil levant japonais, par Soizic, et soleil couchant sur la Baie du Mont St Michel, symphonie de roses bouquet triangulaire, par Liliane – © club Art et Bouquets d’Avranches.

Symphonie de jaune pour l’omelette de la mère Poulard, par Liliane Labarrière – © club Art et Bouquets d’Avranches.

(à gauche) Le Couesnon, par Liliane et Soizic – © club Art et Bouquets d’Avranches
(à doite) La finale avec, de gauche à droite, Soizic, Anne-Marie, Liliane et Nicole – © club Art et Bouquets d’Avranches

Le parcours de deux grandes dames de l’art floral

Liliane Labarrière

professeur d’art floral diplômée de la société nationale d’horticulture de France en 1978. Elle fonde le club Art et bouquets d’Avranches cette même année et en est la présidente pendant 30 ans et présidente honoraire depuis 2008.

Elle a organisé de très nombreuses manifestations dans ce département et à Avranches, de superbes expositions dont certains se souviennent ! Elle est déléguée de la Normandie pour la section art floral de la SNHF depuis 35 ans.

Elle est maitre Ikebana de l’école Sogetsu, démonstratrice et juge international. A son palmarès : Monaco, la Belgique, l’Italie, l’Angleterre, l’Écosse, la Russie, le Japon et, l’an dernier, elle était le juge français nommé par le SNHF au concours mondial à Dublin.

Non seulement auteur de deux livres intitulés « Fleurs en fête » et « Fleurs », elle participe, en compagnie de Soizic, à des livres de professeurs français et d’Ikebana.

Soizic Lefranc

Elle prend ses premiers cours d’art floral occidental dans la région nantaise en 1981 et commence l’enseignement en 1986 après une formation à la SNHF. Elle crée l’association Asphodèle en 1986, un cours de compositions modernes à Nantes en 1991 et une expérience d’art floral conceptuel en 2004. Parallèlement, elle étudie l’Ikebana Sogetsu avec Éliane Boulongne en 1991, obtient son diplôme de maître en 1995 et lance l’association Asphodelinh dans le Morbihan en 2008.

Ont jalonné sa vie florale l’organisation de sept concours, le management des clubs d’art floral aux floralies internationales de Nantes, Paris, Bordeaux, Toulouse, Bruxelles, de nombreuses expositions, la représentation de la région Nantes auprès de la SNHF, des démonstrations en France. Ses participations aux concours internationaux l’on transportée à Gênes, Bruxelles, Saint-Pétersbourg, Tokyo et Chicago.

Elle est rédactrice pour la revue « Esprit bonsaï », préside Asphodèle et produit de nombreux écrits.

L’art floral au congrès mondial des roses

Fin mai 2015 Lyon a accueilli le 17e Congrès Mondial des Sociétés de Roses, choix justifié par la réputation internationale des obtenteurs de roses de la région. Pour organiser ce congrès, les responsables de trois associations actives – Société française des roses, Roses anciennes en France et Société Lyonnaise d’Horticulture – se sont regroupés pour former Lyon Rose 2015. Irène Rolland nous présente les coulisses d’une exposition et les compositions présentées.

Un congrès marqué par la diversité, l’élégance, la créativité. Ici, une œuvre de Rumiko Manako – © Fabien Bernardi Litchi Agency

« Tout a été mis en œuvre pour accueillir les congressistes des sociétés de roses dans les meilleures conditions et leur proposer un programme fourni. Parallèlement la ville de Lyon a désiré organiser un Festival Mondial de la Rose. Les arrondissements de la ville et les associations lyonnaises ont répondu par de nombreuses propositions. Daniel Boulens, directeur des espaces verts de la ville de Lyon, a su coordonner tout cela avec brio.

De l’Eden à la gourmandise

« Aux portes de l’Éden » par Monique Gimenez et ses collègues (fleurs MG Fleurs) – © Atelier TOPGUN

Pour ma part, étant déléguée de la Société Nationale d’Horticulture et responsable de la section d’Art Floral de la Société Lyonnaise d’Horticulture, j’ai été sollicitée pour organiser une exposition de prestige à l’Atrium de l’Hôtel de Ville, place des Terreaux. Secondée par mes amies de l’Art Floral, nous avons composé le livret d’inscription et contacté tous les clubs français et étrangers pour les inviter à participer à cet événement floral unique à Lyon.

Nous avons reçu de nombreuses réponses positives des clubs de toutes les régions.

Nous avons présenté 50 compositions dont 30 de plus de 2 m de hauteur sur les thèmes autour de la rose : « Aux portes de l’Eden », « Roses et Soie », « Roses à l’Opéra », « Roses et parfum », « Roses et gourmandises ».

Naturellement toutes ces compositions avaient pour but de mettre les roses à l’honneur.

Submergés par la foule

Le 28 Mai, jour de la mise en place de l’exposition, nous avons vu les ébauches de bouquet devenir de véritables chefs d’œuvre au fil des heures.

Dans l’Atrium, ordinairement vide et silencieux, 80 personnes s’activaient au milieu des bacs et des cartons de fleurs pour faire place en fin de journée à de belles compositions de style différents dans un espace harmonieux ou flottait des effluves de roses.

Le résultat fut bien au-delà de nos espérances, cette exposition à réuni tous les suffrages, la diversité, l’élégance, la créativité étaient au rendez vous.

Une composition de Mark Van Berckelaer avec des roses Meilland – © Atelier TOPGUN

Le public a tout de suite compris que cette exposition était exceptionnelle, nous avons été submergés par la foule dès l’ouverture et pendant trois jours consécutifs.

L’élégance de Rumiko Manako

Parallèlement à cette exposition, une démonstration d’art floral à été proposée au Palais de la Mutualité. Rumiko Manako, artiste internationalement reconnue, nous a offert un véritable spectacle en créant devant nous des bouquets de grandes dimensions dans son style si particulier et si élégant qui réunit harmonieusement l’art oriental et l’art occidental.

Rumiko Manako devant ses compositions – © Fabien Bernardi Litchi Agency

A la fin de sa présentation Rumiko nous a présenté son livre en avant-première « Rumikostyle » pour le plus grand plaisir des assistantes.

Pour conclure la rose est éternelle et se prête à toutes les compositions avec bonheur. »

« Roses et gourmandises », composition d’Anne de Lassardière – © Atelier TOPGUN
Composition de Serge Piejoujac – © Atelier TOPGUN

Concours International de Monaco

« Je ne me lasse pas d’admirer les œuvres magnifiques réalisées avec tant de créativité présentées au concours international de Monaco », souligne Nathalie Roussel*. Au mois de mai 2015, elle décide de franchir le pas et de concourir dans la catégorie grande dimension… Elle nous raconte ses réflexions et son parcours qui l’ont conduite à gagner l’insigne d’Or…

« Le thème de la Russie me semblait inaccessible et celui des « Forêts de l’Oural », encore davantage… mais le fait de participer, en équipe avec Alexine, une de mes élèves, m’a encouragée… elle voulait gagner un prix… et du coup, moi aussi !

Pour cela, nous nous sommes documentées sur l’Oural : paysages, végétation, faune, flore… la première représentation que nous avions en tête était de vastes étendues, de grands arbres et un froid glacial. Les bouleaux et les conifères, très présents dans cette région du monde devaient être présents dans notre structure. La répétition d’arbres était incontournable, mais je souhaitais également introduire du mouvement pour représenter les fameux « vents de Sibérie » : on devait donc allier lignes droites et spirales ; sur celles-ci nous avons décidé de positionner des fleurs blanches (le gypsophile) pour représenter la neige et des feuilles rondes givrées pour le froid.

Veiller à l’équilibre physique et visuel du bouquet

Plusieurs nuits blanches passées à réfléchir au montage, au design, aux couleurs, au timing… et au fil des jours, nous avons affiné notre structure. Celle-ci devait être légère, facile à mettre en place et suffisamment solide pour supporter des guirlandes de fleurs et de feuillages. Nous nous sommes appuyés sur les talents d’une PME de notre région pour la découpe de spirales dans des plaques d’acier, grâce à la technique du jet d’eau.

Détails de la composition de Nathalie Roussel – © D.R.

Il fallait porter une attention particulière à l’équilibre physique et visuel du bouquet. Nous avons trouvé important de garder des troncs naturels au centre de nos spirales et des boules d’aiguilles de pin pour renforcer les lignes. Les tiges de gypsophile découpées, faciles à conserver, allaient être travaillées en masses retombantes. Les feuilles de galax seraient agrafées et chacune trempée dans la colle et la neige artificielle, parfaites pour représenter le givre. Les aiguilles de pin seraient piquées une par une sur des boules d’Oasis® afin d’être fixées sur la structure.

Lors du chargement, la veille du départ, gros stress pour notre équipe ! 6 troncs d’arbres, 3 spirales en acier, des fleurs et des caisses de matériel d’art floral… Comment faire pour que tout rentre dans la voiture ? La solution était très simple : prendre deux véhicules au lieu d’un seul !

Insigne d’Or

Détails de la composition de Nathalie Roussel – © D.R.

Le matin du concours, encore un contretemps notable : les sapins étaient trop hauts et ne passaient pas aux portes du chapiteau… Un grand merci aux transporteurs du Garden Club qui nous ont été d’un grand secours !

Puis la matinée est passée très vite… 5 heures de travail sans pause, jusqu’à la dernière seconde…. Pas le temps de discuter ou d’aller réconforter certaines de mes élèves qui, elles aussi, participaient au concours. Plus de 1 800 feuilles de galax et près de 2 500 brins de gypsophile à piquer, sans parler des finitions, plus qu’indispensables lors d’un concours.

A l’heure de l’inauguration, quelle joie de découvrir l’insigne d’Or au bas de notre structure… beaucoup de fierté et d’émotion… une véritable récompense pour toutes celles et tous ceux qui nous ont aidé à penser cette structure florale.

Un grand merci à la SNHF qui m’a accordé toute sa confiance et à Bruno Lamberti pour son soutien tout au long de ce WE floral. »

Nathalie Roussel

* Nathalie Roussel a débuté l’art Floral, il y a une vingtaine d’années et anime aujourd’hui l’atelier « Parfums et Couleurs », près de Nîmes dans le Gard.

À Toronto, Monique Gimenez brillante lauréate

« De l’autre côté de l’Atlantique, au pays des grands froids, les lanceurs de boules de neige ont triomphé. Un grand bravo à Moni que Gimenez qui vient d’obtenir la suprême récompense à l’International Canada Bloom de Toronto. »

La Société Nationale d’Horticulture de France a envoyé Monique Gimenez la représenter au “Canada Blooms” à Toronto du 13 au 18 mars. Elle a brillamment représenté la France et remporté la médaille d’or et l’International Award (Best) devant l’Australie, le Canada, l’Inde, l’Irlande, le Pakistan, Singapour et l’USA. Le thème était pour la catégorie Internationale “Joué !”. Monique a réalisé deux petites filles jouant à une bataille de boules de neige. C’est à partir d’une structure légère habillée d’osier, de roses avalanches, de renoncules cloony, de feuilles d’aralia, feuilles d’aspidistra, de bergrass, de fleurs de coton, de fibre de palmier, de noix coco et de coques.

« Deux petites filles jouant à une bataille de boules de neige », la composition lauréate de Monique Gimenez – © D.R.

De réputation internationale

Monique est professeur, démonstratrice, juge nationale et internationale et présidente de l’association “MG Fleurs & Création” de Revel (Haute–Garonne). Elle a obtenu de nombreux prix, dont à ce jour quatre “Best”. Elle organise en septembre (tous les deux ans) un concours International à Sorèze (Tarn). Thème de cette année : “Le Prestige de la France”.

Claire Delort

Pour plus de renseignements vous pouvez la contacter à : MGFleursEtCreation@gmail.com.

Vous pouvez également voir sur le site : www.mgfleursetcreation.com

Show floral international à Mandres-les-Roses

Dans le cadre prestigieux de la Ferme de Monsieur à Mandres-les-Roses (Val-de-Marne), l’atelier Roses & Bouquets a été, en octobre 2014, un lieu de haute technicité florale.
Au carrefour de nombreuses disciplines, l’art floral animé d’un élan subtil et authentique, se hisse au rang des disciplines artistiques. Il ne peut et ne doit être confondu avec l’horticulture. Il s’impose entre design et botanique, décoration et fleuristerie, sculpture et art du tissage, et autres techniques traditionnelles.

Des démonstrations qui occupent toute la scène – © D.R.

L’atelier Roses & Bouquets a accueilli avec ferveur les spectateurs des quatre coins du monde dans son monde rayonnant et fascinant de l’art floral, arrivé à l’orée d’une abstraction salutaire. Cet art floral devenu abstrait révèle de manière émotionnelle, ce qui se cache dans l’art de la composition florale, opérant par une sorte de transparence sensuelle, opaque et floue, qui génère du sens, d’essence plus abstraite et spirituelle. Les masses sont réduites à des signes tourbillonnants. La forme n’est plus arrêtée, indifférenciée. Grâce à cette démarche d’abstraction il devient une langue universelle qui ne connait plus les frontières.

Des démonstrateurs inspirés

Au cours de cette soirée unique, les démonstrateurs conviés poussèrent très loin cette « démonstration » Ils représentaient plusieurs cultures et plusieurs sensibilités florales, innovantes et variées. Parmi eux :

  • Stijn Simaeys, maître-fleuriste et créateur Flamand, formé à l’École de Melle, fait partie de l’équipe Fleur Créatif et collabore avec de nombreuses autres revues.
  • Gil Boyard, Meilleur Ouvrier de France,  a obtenu de nombreuses  récompenses et distinctions, édite des livres, est  consultant pour la télévision,
  • Araik Galstyan, fondateur de l’École de design internationale de Moscou. Organise des shows et des concours floraux qui attirent de grands noms de la discipline.
Gil, Araik & Stijn se lançant dans un échange croisé où le floral et le verbal étaient tissés par l’entremise attentive de Laurence Pérez – © D.R.

Un simple truchement de fleurs

Le show floral se déroula en faisant alterner. Comme au théâtre, sur cette scène de la salle d’Orléans de Mandres-les-Roses, les trois « démonstrateurs » se lancèrent dans un échange croisé ou le floral et le verbal étaient tissés par l’entremise attentive de Laurence Pérez.
Au fil de la soirée, Gil, Araik & Stijn se sont donné la réplique, devant une salle comble, et en clôture de ce Grand Show, ils en assurèrent triomphalement tel un feu d’artifice un grand bouquet final.  Susciter ainsi, par le « simple truchement de fleurs, un tel mouvement de l’esprit conduisit le public conquis, jusqu’à l’instant d’une véritable communion. Le thème automnal, dans les couleurs, fut aussi très international de part l’origine des exécutants.
Cette chorégraphie florale, nous rappelle combien il faut faire confiance à la vie et se donner les moyens, ensemble, de faire que les saisons puissent toujours se succéder, en attendant le printemps et ses fleurs glorieuses !

Patrick Lambert

Deux artistes au travail – © D.R.
Deux artistes au travail – © D.R.
Le grand bouquet final © D.R.