[EXPOSITION] PHOTOS SENSIBLES

Photos sensibles, les œuvres de Daphné Beauvais

Daphné Beauvais a grandi au cœur de la forêt de Fontainebleau. Dès l’enfance, elle passe ses journées en forêt et y développe un sens aiguisé de l’observation. Réalisatrice et géographe de formation, Daphné a maintenu un lien constant avec la forêt à travers ses travaux de recherche et ses réalisations cinématographiques. Sa caméra a longtemps été le prolongement de sa pensée, de sa vision…

Son besoin d’explorer de nouvelles formes d’expression, l’a conduite à s’intéresser au procédé du cyanotype. Sous son regard, les fleurs, les arbres, mais aussi les plantes les plus modestes, deviennent des éléments graphiques. Une fois cueillie, pressée et séchée, chaque plante est numérisée afin de permettre une plus grande liberté dans ses compositions. En explorant les variations d’échelles et les symétries, ses assemblages et compositions numériques révèlent un univers très personnel et singulier, mis en scène dans ses créations.

Après la création des négatifs, le processus de développement par cyanotype s’effectue de manière exclusive par une exposition directe au soleil, qui contribue à donner vie aux images d’une manière unique et naturelle. Son travail s’attarde sur le moindre détail, la légèreté et parfois même la transparence. L’interprétation, profondément personnelle, de ses rencontres avec le végétal, auxquelles elle donne différents niveaux de lecture, sont des éléments essentiels dans l’élaboration de ses œuvres.

Horaire : du lundi au vendredi de 09h à 17h
Lieu : SNHF
Accès : entrée libre.

HERBIERS ET CYANOTYPE 

Le cyanotype est un procédé photographique monochrome, inventé par l’Anglais John Herschel (1792-1871) en 1842. A partir d’un négatif ancien on obtenait un tirage photographique d’un coloris entre bleu de Prusse et bleu cyan. Le procédé a servi pour présenter des herbiers, car il permet une reproduction sensible et fidèle du plus infime détail. L’ouvrage le plus connu, le premier à faire usage de la photographie, est l’herbier des Algues britanniques d’Anna Atkins paru dans les années 1840-1850.

Le cyanotype continu d’être utilisé pour présenter les herbiers. La technique consiste à mélanger ferricyanure de potassium et citrate d’ammonium ferrique, pour obtenir un mélange photosensible, que l’on applique, en couche homogène, sur une surface plane, telle une feuille de papier, à l’aide d’un pinceau. Le support sèche dans l’obscurité, et une fois sec, apparait sous une couleur jaune tirant sur le vert. Soumis à des rayons ultraviolets (ici, le soleil), le fer contenu dans le mélange, prend une couleur entre bleu de Prusse et bleu cyan. L’élément choisi, posé sur ce support -plante, objet, négatif- en empêchant les rayons ultraviolets de passer, reproduit son empreinte exacte.

De nombreux matériaux : tissu, verre, papier, terre cuite et même le cuir,  peuvent être utilisés comme support.  Il suffit de préparer la surface afin que le mélange photosensible soit stable et s’y fixe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + dix =