• Actualités
  • Proposition d’essai de culture de courgettes non...

Proposition d’essai de culture de courgettes non coureuses

La section potagers et fruitiers de la SNHF organise cette année un essai de culture de variétés de courgettes non coureuses afin de tester leur résistance à l’oïdium. La comparaison sera faite entre une variété classique et trois variétés récentes données comme offrant une bonne résistance à cette redoutable maladie.

A raison de trois plants ou poquets de plants par variété, chacun occupant environ un m2 au sol, cela nécessitera de réserver pour cet essai au maximum une surface de 12 m2 de votre jardin.

La culture sera faite en pleine terre sans aucun traitement préventif ou curatif à partir de semis effectué par vos soins, soit directement  en pleine terre soit préalablement en godets.

Les graines nous sont en général fournies gracieusement par les obtenteurs qui sont intéressés par les résultats d’essais effectués par des amateurs avertis répartis dans des conditions de sols et de climats variés.

En retour, ils sont en droit d’attendre de notre part une analyse fiable : celle-ci n’est possible que si chaque expérimentateur nous adresse effectivement un  compte-rendu complet et précis des résultats de sa culture en utilisant la grille de résultat qui sera jointe à l’envoi des semences.

Nous fournirons avec les graines un protocole d’essai avec les conseils de culture et de récolte ainsi que les précisions et photos utiles pour identifier la maladie.

Cette offre est ouverte à tous les adhérents de la SNHF et à ceux des Sociétés et Associations adhérentes à la SNHF.
Si cette offre vous intéresse, pouvez-vous nous répondre avant le 6 avril 2014 avant minuit, soit par courrier adressé à la SNHF en mentionnant  « ESSAI 2014 COURGETTES » soit par mail à l’adresse suivante : info@snhf.org en indiquant comme objet  « ESSAI 2014 COURGETTES ».

Etant donné que nous sommes obligés de limiter le nombre d’expérimentateurs, seront retenues les 50 premières candidatures reçues mentionnant  l’engagement ferme de nous envoyer en temps utile la grille de vos résultats renseignée de façon complète et précise.

Merci d’avance de votre réponse et de votre collaboration !

Protocole essais COURGETTES 2014

Les variétés testées (témoin et variétés nouvelles) sont   des   non   coureuses, hybrides F1 avec un niveau élevé de parthénocarpie (développement du fruit sans fécondation) permettant ainsi une production précoce parfois sous abris à une période où il y a peu d’insectes pollinisateurs.

Le développement de ce type de plantes est très différent des anciennes variétés coureuses ou non.
Ces plantes ont des entre‐nœuds  très courts, donc une tige dépassant rarement 1m de long.

La floraison est très particulière : au début quelques fleurs mâles apparaissent puis il n’y aura que des fleurs femelles. Une fleur femelle apparaît à l’aisselle de chaque feuille et développe un fruit très cylindrique plus ou moins long suivant les variétés (de 20 à 40 cm). Le premier fruit est souvent déformé dû  à soit à une température un peu basse, soit à un manque d’eau car l’enracinement est faible au départ, soit à un excès d’humidité autour de la plante. Il doit être éliminé.

Une autre particularité de ce type de plante est que les entre nœuds étant très courts, les fruits se suivent rapidement et si on laisse le fruit se développer soit par non récolte soit par oubli de le récolter, la plante ne va plus croître et ne fleurira plus. C’est un excellent moyen pour stopper la croissance et donc réduire la production à zéro !!!

Il est donc impératif de récolter les fruits   dès le stade « bon pour consommation » c’est‐à‐dire entre 150g (longueur 14‐16 cm) à 600g (longueur plus de 40cm) pour ceux qui consomment des grosses courgettes (courgettes pour potages),  les meilleures étant celles de calibre 24‐26 cm et de 150 à 200g.

La courgette demande un bon arrosage et une bonne nutrition organique et/ou minérale surtout azotée. L’arrosage doit se faire impérativement au pied par ruissellement ou en goutte à goutte (le meilleur et le plus économe en eau). Les jeunes plants sont tendres et très visités par les limaces et les escargots.

Donc dès le semis prenez vos dispositions.

L’objet de notre essai  est de tester le comportement vis‐à‐vis de l’oïdium, c’est‐à‐dire l’apparition de taches blanches sur le feuillage, d’abord peu nombreuses (5‐6) puis envahissant toute la surface de la feuille. La conséquence de cette couverture blanche est que la photosynthèse ne peut  plus se faire et la feuille se dessèche entrainant une forte baisse de la production puis   la mort de la plante. Il se développe par temps humide et chaud en juillet et août, favorisé par les orages ou par la rosée ou les arrosages du  feuillage.

Ce champignon,  dit souvent « blanc ou maladie poudreuse ou farineuse »,  a  une très forte et rapide multiplication (des millions de spores dans cette poudre). De ce fait, sa dissémination sur toutes les cucurbitacées du jardin est très rapide (par le vent,  par les frottements,  par les passages du jardinier pour les travaux et la récolte).

Il se développe donc  de la fin de l’été et jusqu’aux gelées. La courgette est une plante très sensible aux gelées : même une petite gelée blanche de septembre peut tout ratatiner.

Dans votre culture vous verrez sûrement apparaître des symptômes sur feuillage et sur fruit : des mosaïques, des déformations et marbrures sur les fruits. La courgette est attaquée par de nombreux virus (plus de 6 en France) transmis par les pucerons, les mouches blanches, les cicadelles….etc .

Si vous observez un plant portant ce type de symptômes, il faut immédiatement l’arracher et le brûler sous peine de voir tout le carré de cucurbitacées envahi dans le mois qui suit.

Etant donné l’encombrement de la plante, nous avons prévu un essai simple car une plante occupe près de 1m² (en général 0,80 X 1 m au minimum ou si place disponible 1 X 1,50 m).

Nous vous proposons  4 variétés  (3 vertes et 1 jaune) avec 3 plantes pour chaque variété sans répétition. Cela vous fera 12 plantes sur 10 à 12 m².

La productivité est telle que vous pourrez en donner à la famille et aux voisins….. !

A ceux qui accepteront de faire cet essai, nous enverrons au moment de l’envoi des graines un tableau pour enregistrer les résultats.

Le semis
Nous n’avons pas besoin de faire de semis précoces puisque l’oïdium apparaîtra au mieux en fin juillet.

Nous vous laissons le choix :

  • semis direct en place sur sol humide bien préparé au 15 mai avec 2 graines par poquets
  • semis en godets et plantation au stade 2 cotylédons +  première feuille au 1er juin.

Vous recevrez donc 6 graines par variétés.

La conduite de la culture

Comme vous la  pratiquez  d’habitude et surtout aucun traitement contre l’oïdium

La récolte

Suivre les conseils donnés plus haut pour le premier fruit et le calibre des fruits Nous vous demanderons de noter l’état sanitaire de la culture (quelques pourritures peuvent apparaître sur fruits ou tiges par excès d’eau notamment).

Nous vous demanderons de noter le NOMBRE de fruits récoltés en fin de culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *