• Actualités
  • « Roses de jardin dans un vase Médicis » Bruno...

« Roses de jardin dans un vase Médicis » Bruno Lamberti distingué à Monaco

Non seulement l’insigne d’or de la catégorie « professionnels » mais surtout le prix Princesse Grâce ont récompensé Bruno Lamberti* et Claude Orchampt au Concours International de Bouquets de Monaco. Sollicité en décembre 2013 par la section Art floral pour représenter la SNHF, Bruno nous dévoile le cheminement de sa réflexion pour la composition du bouquet, basée sur le côté artistique mais aussi pratique, qui l’a conduit à cette récompense de prestige en juin dernier. Extraits …

Bruno Lamberti devant la composition qui lui a valu deux récompenses au dernier concours international de Monaco – © D.R.

« Roses de jardin dans un vase Médicis », était le sujet que devait travailler Bruno Lamberti, pour une composition de hauteur minimum de 1,50 m, vase compris, thème réservé à la catégorie « professionnels », lors du « 47ème Concours International de bouquets et son jardin 2014 », les 14 et 15 juin à Monaco. « Ma réflexion a porté sur l’esthétique de l’ensemble, le choix des coloris, le respect de ce végétal très sensible à une mauvaise hydratation, le souhait d’avoir des stades d’épanouissement différents, tenant compte des conditions particulières telles quel les conditions de transport et la date presque estivale.

Bien ordonner ses idées

Bruno Lamberti a d’abord été guidé par ce qu’il ne voulait pas :

  • un bouquet lourd et opulent. « Je visualisais plutôt l’effet d’une brassée de roses rapportée du jardin, accompagnée de quelques feuillages d’arbustes, spontanée et légère » ;
  • placer les roses dans la mousse de piquage, puisque celle-ci ne pouvait être saturée d’eau en permanence. « Je voulais offrir aux derniers visiteurs du lendemain une fraîcheur très acceptable » ;
  • ne pas utiliser un montage à plateaux car, souhaitant rester « aéré », dans la crainte de ressentir les différents niveaux, une fois la composition terminée.

Ces conditions déterminées, un seul impératif : les roses seraient dans l’eau et, pour technique, l’usage du tube plastique.

Une préparation réfléchie du support

Bruno s’est d’abord procuré des emballages de « seringues à scanner » se présentant sous forme de tubes rigides aux dimensions bien adaptées. Il en pourvoit deux tuteurs accolés, le tout habillé d’une feuille d’Apidistra, par moitié de limbe. Ensuite, il équipe le vase Médicis d’un gros fer rond sur une hauteur des trois quarts de celle estimée de la composition et bloquée à deux niveaux dans le contenant. Vient l’empalement de trois gros blocs de mousse de piquage retaillés pour former un cylindre, chacun grillagé pour éviter l’éclatement. « Cette colonne, ainsi constituée, me permettait de piquer tous les tubes, de même que des rameaux de Viburnum tinus qui à la fois l’habillaient et donnaient une profondeur à la composition par leur coloris vert soutenu. »

Trouver les végétaux

Une des difficultés a été de trouver les roses correspondant à la composition, de même que l’organisation de toute la logistique pour les acheminer sur le lieu du concours. Pour accentuer l’esprit jardin, Bruno a aussi utilisé quelques branches arquées de Lonicera nitida et de Rhodotypos scandens, un peu d’Aucuba et divers feuillages qui se contrastaient
.

Une construction progressive

Pour construire la composition, Bruno a placé d’abord quelques éléments, tout en sachant qu’ils pouvaient être déplacés sans contrainte avec cette technique de tubes. Dans chacun, il a disposé au maximum quatre tiges pour qu’elles profitent d’une bonne réserve d’eau additionnée de conservateur. Pour un meilleur équilibre visuel, les coloris les plus soutenus et les fleurs plus épanouies occupent le bas et vers le centre. « On joue ainsi sur la profondeur et le relief en laissant s’échapper quelques rameaux de Lonicera, Rhodotypos et rosier ‘Ghislaine de Féligonde’. » Ce dernier ayant perdu ses pétales lors du transport, Bruno a pu cependant l’utiliser pour son feuillage léger. « Il m’a fallu beaucoup de concentration pendant plus de trois heures pour parfaire ces rapports de tonalité, créer des petits vides qui apportent une respiration et sans oublier l’arrière du bouquet. Eh oui …, le jury met ses yeux partout ! », avoue Bruno Lamberti qui tient à souligner l’aide précieuse que lui a apportée Claude Orchampt qui partage avec lui cette médaille d’or et le prix Princesse Grâce de Monaco.

Jean-François Coffin

* Bruno Lamberti est le nouveau président de la section Art Floral de la SNHF depuis le 19 mai 2014. Il à succédé à Nicole Duquesne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + quinze =