[Retour sur] ‘Cap Ouest’, la démonstration d’art floral de Noël

Mercredi 27 novembre 2019, l’élégance et le dynamisme ont accompagné la démonstration ‘Cap Ouest’. Le succès rencontré par les artistes s’est traduit par les applaudissements nourris du public enthousiasmé et rempli de la joie de Noël. La poésie et la maîtrise de l’art floral étaient au rendez-vous à la SNHF pour ce Noël venu de l’Ouest de la France.

Nos trois artistes Adeline Chatelon, Maryvonne Douillard et Josette Goisbeau ont choisi de nous emporter vers les embruns de l’Océan avec des œuvres florales aussi diverses que grandioses. La magie était présente : l’évocation de la légende des fées Viviane et Morgane a embelli la scène.

Les bouquets d’accueil

Les bouquets d’accueil évoquaient l’hiver et les Fêtes de Noël selon la sensibilité de chacune des artistes. Elles nous dévoilent leur inspiration.

Tornade de cadeaux

« C’est une référence à la tempête de décembre 1999, venue de l’Ouest de la France. La tornade est en plaque de rotin blanchi avec du flexigrass teinté et des pandanus tressés en or. Les boîtes cadeaux sont en support de boîtes recyclables et en fleurs, feuillages sec/demi sec ou stabilisé pour l’extérieur et fleurs fraîches à l’intérieur de mon producteur régional : roses, œillets et feuillages de jardin. »

> Adeline Chatelon

Tornade de cadeaux, Adeline Chatelon

Souffle du vent

« La structure est réalisée en osier, coupé et ramassé dans les vignes des parcelles de muscadet Nantais ; en effet les vignerons se servaient autrefois de l’osier pour attacher la vigne lorsqu’ils la taillaient. Cette structure est accompagnée de tulipes rouges, couleur symbolique de la violence, pour marquer la force du vent. Le rouge et le vert sont aussi des couleurs traditionnelles de Noël. »
> Maryvonne Douillard
Souffle du vent, Maryvonne Douillard

Chemin faisant entre Landes et Grèves

Matériaux

  • Fibre de murier blanchi,
  • jacynthe d’eau, en section collées et juxtaposées et préparées sous la forme de sphère, utilisées en face concave et en face convexe,
  • fougère coral-fern, blanchie et pailletée,
  • leucobryum (mousse boule),
  • feuilles de hêtre séchées,
  • rattan plat,
  • mousse des bois,
  • diverses accessoires : petites boules de Noël variées et pailletées, morceaux de boules de Noël cassées, en verre utilisés face convexe ou concave pour effet miroir intérieur.
« Les éléments mis en œuvre ont été choisis, pour une évocation romantique d’un chemin dans les landes, comportant des rocs qui affleurent, -ici, les formes en jacinthes d’eau-, utilisées en face concave et en face convexe, comme dans les landes bretonnes. Dans les anfractuosités se dissimulent la végétation courte et rase, -ici les petits dômes de leucobryum- adaptée à ces landes comme dans les Monts d’Arrée, en raison des vents d’ouest, des embruns venant de la Mer, et de l’aridité due à la hauteur, et surtout à la présence de rochers granitiques et d’origine souvent volcanique, à fleur de sol ; la végétation trouve sa place dans ce qui a été laissé disponible par la géologie ! »

À cette évocation sont adjoints :
  • Des rattans plats qui complètent la réalisation, en évoquant les mêmes sites en bordure des grèves maritimes qui voient s’échoir toutes sortes de débris de bois, emportés par les vents ou les marées.
  • Comme des flammèches virevoltantes, des feuilles de mûrier blanchi, qui sont les embruns blancs et mousseux, arrachés aux vagues, venant ici et là de la mer, et portés par les vents.
  • Des accessoires blancs, pailletés et brillants, et des parcelles de « miroir » parsèment les reliefs du chemin dans les landes, et évoquent la neige, l’hiver et Noël.

> Josette Goisbeau

Chemin faisant entre Landes et Grèves, J. Goisbeau

Sapin aux hortensias

Matériaux

  • Sapin Nordman,
  • mousse des bois,
  • hortensias de Dinard,
  • trois boules de Noël sur support mousse synthétique, avec hortensias de Dinard,
  • un tronc de sureau, lierre des arbres,
  • petites épingles à perle,
  • bombe de peinture blanche, rouge, puis or brillant,
  • mousse synthétique sur support pour accueillir l’arrangement des hortensias.
« Le sapin, totalement et volontairement asymétrique, est réalisé grâce à une structure métallique qui vient se poser sur le tronc de bois, pour former un demi sapin. Cependant le sapin est évoqué dans sa globalité grâce aux éléments et moyens mis en œuvre.
La structure est entièrement recouverte de mousse des bois, rase, puis des rameaux de sapin Nordman, disposés en plus grand nombre vers la partie basse viennent étoffer la forme, pour mieux matérialiser l’évocation d’un sapin, alors que seule sa structure est mise en valeur.
Trois boules d’hortensias, rouges et or, traversées l’une après l’autre par le même ruban or, sont suspendues depuis l’extrémité supérieure du sapin et descendent à l’aplomb de celle-ci. Elles viennent à la rencontre d’un arrangement constitué d’un joli nombre de têtes d’hortensias, également « blush-ées» pour apporter de la gaieté, en rouge, puis en or, au moyen de bombe de peinture. Ces tons de rouge et or, joints avec le vert de la structure, remplissent toutes les conditions pour évoquer Noël, dont rappelons le, les couleurs les plus usuelles, ou je dirais presque académiques, avec le blanc, sont justement celles-là !
Les hortensias viennent prendre corps avec le support et s’alanguissent délicatement le long de la ligne d’assise du sapin, au-dessus du tronc, agrémentée du très joli sapin Nordman, en rameaux. Cette évocation voulait mettre en évidence ces magnifiques fleurs que sont les hortensias, présents partout en Bretagne, et au bord de mer, dans toutes les couleurs sublimes qu’ils nous offrent : tous les camaïeux de rose, mais aussi tous les tons de bleu, ou de violet, sans oublier tous ceux qui sont d’un blanc superbe. Il était normal de ne pas les oublier puisqu’ils font partie intégrante de notre paysage quotidien en Bretagne, et de les intégrer à notre arrangement, pour faire la fête, puisque c’est Noël    ? »
> Josette Goisbeau

Retour de pêche

Retour de pêche, Josette Goisbeau

 

Matériaux

  • Cosses de cocos de Paimpol, déjà séchées, naturellement,
  • brindilles longues et souples de chèvrefeuille, brindilles longues et souples de clématite,
  • un anthurium blanc à spadice vert,
  • petit rouleau de grillage galvanisé maille 1,5,
  • 5 tiges de bois, tuteur fin, de 40 à 60 cm environ,
  • bombe peinture blanc mat, puis or et bombe ton métal argenté,
  • poudre de paillettes ton argenté scintillantes,
  • copeaux de feuilles d’Or.
« Cette évocation simple a dû germer dans mon esprit à la fin de l’été, alors que j’écossais des « cocos de Paimpol » ! et que je voyais s’entasser toutes leurs cosses, qui ne pourraient aller nourrir que le compost… ce qui est leur destination logique. Il m’a semblé que ces éléments ordinaires, les cosses de ces haricots au demeurant très savoureux, joliment torsadées en raison de leur dessication naturelle immédiate, d’un joli blanc nacré ivoire à l’intérieur, étaient des éléments végétaux intéressants. Je ne pouvais me résoudre à les détruire.
J’étais certaine que je l’aurai regretté, persuadée qu’ils participeraient à la réalisation d’une créativité intéressante, sans doute assez prochainement, du moins tant que je les garderai présents à mon esprit.
Et puis l’idée m’est venue en travaillant du grillage de réaliser et mettre en forme une nasse de pêche, un peu imaginaire. J’ai ourlé et doublé toute la longueur des deux lisières du grillage avec des brindilles de chèvrefeuille et de clématite, j’ai lié avec du fil métal très fin, puis j’ai bombé le tout très légèrement dans un ton argenté sur lequel j’ai jeté une poudre de très fines paillettes argentées scintillantes. J’ai ensuite étiré le rouleau du grillage ainsi préparé, et bloqué sa forme en y insérant quelques baguettes de bois suffisamment longues pour le traverser, piquées comme des banderilles, afin de permettre de soulever le volume obtenu, et pour obtenir la forme souhaitée.
J’ai ‘blush-é’ en blanc mat, comme dans un léger nuage, les cosses de Cocos sans surtout jamais vouloir les couvrir uniformément, puis juste par petites touches de bombe or, façon ‘blush’. Enfin, j’ai vaporisé un peu de colle en bombe, seulement sur quelques cosses, et j’ai déposé dessus à la pince à épiler, des petites sections de feuilles d’Or, comme des minuscules écailles sur le dos d’un petit poisson.
Mon intention était de faire, de toutes ces cosses ainsi préparées, une escadrille de petits poissons, tout frétillants et brillants comme s’ils venaient de sortir de la mer. J’ai disposé la nasse mise en forme, sur un papier cristal dit ‘ de fleuriste’. J’ai ensuite recherché une jolie forme pour y intégrer les petits poissons, serrés tous dans un élégant mouvement, comme si la nasse venait d’être relevée, et comme s’ils glissaient hors de celle-ci, tentant dans un dernier effort de s’en échapper…
Une seule et belle fleur d’anthurium blanc vient traverser toute la longueur de la nasse, pour symboliser à la fois la présence du pêcheur et les remous de la mer.
Entre temps, la neige s’est mise à tomber sur le port, et de jolis flocons bien blancs se sont déposés sur la nasse où quelques petits poissons n’en finissaient pas de frétiller. Enveloppant très légèrement la nasse, ses petits poissons et sa jolie fleur blanche, la neige vient nous annoncer : c’est la fête, c’est Noël… ! »
> Josette Goisbeau
Les couronnes de Noël

Les bouquets de scène

Terre : ma forêt enchantée

Terre : ma forêt enchantée

« Promenade dans les bois : que du glanage ou ramassage de mousse des bois, baies, pommes de pins, aiguilles de pins, fougère, tiges de fougère, écorce de platane, bear-grass tressé, boules recouvertes de feuillage épinglé ou baies d’aulne ou glands, laurier sauce, flexi grass, tronc de frêne et quelques gerberas blanc/jaune/orange et rouge et asparagus. »

> Adeline Chatelon

Mer : mon beau sapin

Bord de mer et coucher de soleil :
  • structure en bois flotté,
  • pied en coquilles d’huîtres,
  • boules en coton à démaquiller,
  • guirlande d’aiguilles de pins,
  • point de fleurs avec des feuilles de raphis et fleurs d’anthuriums rouges.
« Les idées me sont tout de suite venues. Les prototypes ont été plus ou moins longs, la forêt m’a pris trois mois de préparation avec plus de 60 heures de travail par collage, par épinglage et par tissage! J’ai voulu faire trois réalisations bien différentes les unes des autres avec deux objectifs : la saison (automne et hiver) et le style (végétatif pour la forêt, plus moderne pour le sapin et décoratif pour la tornade). Ma motivation majeure a été de faire valoir la prise de conscience de protéger la nature, et de la respecter avec des actions d’éco-citoyenneté responsable envers Dame Nature, et de constater que l’on peut faire de l’art floral avec presque rien. Sachons regarder ce que Dame Nature nous offre, elle revendique ses richesses… J’ai voulu que ma démarche soit authentique et sincère. »
Adeline Chatelon

Sapin des marais Goulainais

Sapin des marais Goulainais, Maryvonne Douillard
« Le sapin est construit avec du papyrus récolté dans les marais de Goulaine. La commune de Haute-Goulaine, à proximité de la Loire, est bordée de marais où pousse le papyrus. Le sapin est fleuri de guirlandes de dendrodium blancs accompagnés d’asparagus, l’étoile est réalisé en phormium. »
> Maryvonne Douillard

Évocation d’un jour de fête en Bretagne

Evocation d’un jour de fête en Bretagne, Josette Goisbeau

Cet arrangement est simplement une très modeste évocation, au moyen d’une créativité végétale et florale, des broderies anciennes et des traditions du costume Breton, porté sous cet aspect riche et festif, surtout pour les grandes fêtes traditionnelles.

  • Ruscus ou Fragon piquant blanchi et givré ;
  • toutes petites rondelles de bois minces de bouleau, légèrement blanchi,
  • orchidées Phalaénopsis, blanches, en chute,
  • coral-fern blanchi, coral-fern doré, mousse des bois,
  • petites boules de Noël variées et pailletées, morceaux de boules Noël cassées en verre utilisés face convexe ou concave pour effet miroir intérieur,
  • rubans de tissu de laine naturelle, coupés à la demande,
  • petites pommes blanches, avec leur pédoncule,
  • très fin ruban or scintillant, sur toute la hauteur du montage.
« Cette créativité reprend les lignes courbes et sinueuses que l’on retrouve dans la très grande majorité des broderies créées autrefois et encore maintenant sur des costumes bretons de toutes les époques. Le plus souvent les broderies sont faites par des hommes, des brodeurs. Piquer et passer les fils, au travers des épais tissus de velours, de satin et de lin, demandaient des doigts très solides. La broderie, forme d’art, reprend actuellement des couleurs grâce à des grands designers, styliste de haute couture. Le grand créateur, Pascal JAOUEN a fait revivre la broderie dans de merveilleuses réalisations contemporaines, et a su la porter au niveau le plus haut de la haute couture et du luxe à la Française. Toutes ces merveilleuses broderies ne sont souvent qu’une suite de courbes et d’arabesques, de volutes qui se déploient, s’entrelacent, s’alanguissent ici ou là, se rejoignent, dans tel motif, et ordinairement d’une manière capricieuse, sans autre dessein que celui de former un enchaînement agréable à l’œil. Comment ne pas être au plus près, avec cette affirmation, et ne pas y voir la végétation dans toute sa splendeur et ainsi la nature dans toute sa beauté.
Lorsque dans tel site, même sauvage, ou dans tel jardin, les végétaux et la nature déploient chacun leurs qualités et leurs spécificités pour créer une œuvre d’art, aucun peintre, ou illustre créateur, ne pourrait en être autrement que jaloux.
N’est-ce pas là ce qui créé tant d’émotions chez chacun de nous, lorsque à tel endroit, ou à tel moment, nous parcourons, les villes et les campagnes, les forêts et les montagnes, les bords de mer et les grands espaces, dans tous les pays du monde.
N’est-ce pas là ce que nous recherchons, nous tous les amateurs, avides et « friands gourmets » du monde végétal extraordinaire qui s’offre à nous, et nous émeut tellement, si tant est que nous ayons appris à le regarder et à l’aimer.
Les végétaux très simples utilisés, fragon-piquant, mousse des bois, fines rondelles de bois de bouleau, mini pommes de pin ou de mélèze, s’allient pour décrire des lignes souples et sinueuses, qui sautillent et se séparent d’un élément à l’autre, pour ensuite se retrouver, à l’élément suivant de la composition. Grâce à leurs différentes textures, et tons, ils sont comme des points de broderie, rehaussés par de très fins fils et rubans d’or, parcelles d’or, ou de miroirs. Une fine résille de coral-fern blanche et or, vient protéger, comme une coiffe à peine matérialisée, les jolies chutes d’orchidées Phalaénopsis, pour apporter la magnificence à une broderie de jour de fête. »
> Josette Goisbeau

La vague de l’Atlantique

La vague de l’Atlantique
« Ce bouquet reflète l’eau, la mer, qui côtoie le littoral atlantique. La forme de cette composition est réalisée en plexi, matière qui imagine bien la transparence de l’eau. La composition est accompagnée de phanaénopsis blanches, avec des feuilles d’asplénium. Un des coté de l’ensemble de la structure est souligné avec du flexisgrass. En plus d’une vague, cette forme peut suggérer la force du vent, un sapin aux lignes modernes. »
> Maryvonne Douillard

L’anneau magique dans la légende de la Fée Viviane

«
Cet arrangement a été impulsé grâce au travail particulier, que j’ai imaginé au cours de l’année 2019, et mis en œuvre concernant les Prèles ou Equisetum Hyemale, et qui s’est ainsi offert à moi pour évoquer la légende de la Forêt de Brocéliande, à Paimpont, tout près de la ville de Rennes. La façon de travailler les prêles, à plat et en cercle n’avait jamais été mise au point jusqu’ici, et l’on se contentait de les travailler, en les pliant en angle, ou en les laissant telles que végétatives. L’on ne savait pratiquer que des fausses arabesques, comportant une suite de segments, venant à la suite les uns des autres, pour tenter de décrire des formes dites « arrondies », sans bien sûr y parvenir réellement ».

Eléments mis en œuvre dans cet arrangement

  • Prêles travaillées en cercles ou en spirales en continu,
  • orchidées Phalaénopsis blanches et orchidées vanda rose fuschia,
  • chutes d’amaranthes vertes ; mousse des bois,
  • feuilles de bananier blanchies en plaques, pour la partie du montage,
  • mousse synthétique, en barres différentes tailles, cavaliers forts et tubes à orchidées,
  • pommes scintillantes « accessoires » avec des couleurs en opposition :
    – blanches et or pour montage avec orchidées vanda rose,
    – et vertes et roses fuschia, pour montage avec orchidées Phalaénopsis blanches.
« Sur plusieurs éléments recouverts de feuilles de bananier, pour évoquer des troncs d’arbres assez sophistiqués et en nombre évoquant une petite forêt, de hauteur variable, rehaussés par un placement sur des plots noirs, à la demande; Il est disposé des chutes de spirales de prêles, depuis le haut de chaque élément de montage, de manière totalement asymétrique d’un côté des troncs d’arbres imaginaires, pour mettre en valeur des chutes d’orchidées de couleur vive et de blanc, pour animer l’ensemble de l’arrangement. Ces chutes de fleurs et de prêles sont rehaussées de chutes d’amaranthe d’un vert vif lumineux et d’accessoires, des pommes scintillantes, en opposition de couleur: vert anis et fuschia pour les orchidées blanches et blanc et or pour les orchidées rose fuschia.
J’ai pris l’option de mélanger deux sortes d’Orchidées de couleur différente, dans mon arrangement, puisque le thème de la démonstration portant essentiellement sur Noël, il était à craindre que tous nos arrangements réunis seraient réalisés en blanc, vert, or sans doute, mais de toute façon avec peu de couleur très vive. Cet arrangement est une évocation de la légende du Val sans retour, issu de la légende arthurienne, et de la légende des fées Morgane et Viviane ».
> Josette Goisbeau

Arrangement aux couronnes de Noël

Arrangemant aux couronnes de Noeˆl par nos trois artistes

Cet arrangement a été réalisé à six mains par les trois démonstratrices ensemble après concertation et mise au point du projet. Il a été mis en œuvre, imaginé et créé, spécialement pour la démonstration ‘Cap Ouest’. La concertation entre les trois démonstratrices a permis de resserrer assez rapidement les éventualités s’offrant à nous, pour traiter le thème. Les démonstratrices n’ont pas manqué de créativité et ont toutes trois été force de proposition.

Les démonstratrices ont dû se cadrer dans un agenda déjà rempli par leurs projets d’arrangements personnels et tenir compte de la contrainte des grandes distances qui les séparaient les unes des autres pour travailler ensemble.

Plusieurs options ont vu le jour et le choix s’est finalement porté sur l’idée de réaliser un arrangement de grande dimension, à partir d’un des éléments de décoration de Noël, de décoration florale, et d’art floral, sans doute le plus simple et le plus utilisé partout dans le monde entier, avec une infinité de possibilité : LA COURONNE DE NOËL !
La proposition mise en œuvre est la réalisation d’un arrangement, de style libre à tendance moderne, volontairement résolument vertical et asymétrique.

Fournitures

Cette créativité a nécessité les fournitures suivantes :
  • suite de couronnes de différentes dimensions : de 30 cm à 60 cm de diamètre : 4 recouvertes de mousse des bois fraiche, 4 recouvertes de liane séchées de « corteccia », doublées de fins rubans marron avec fines paillettes et fils scintillants or dans le tissage et 3 recouvertes de feuilles d’éléagnus frais, travaillées pliées au milieu, sur le sens de la longueur et avec mise en évidence de la couleur dessus/dessous:gris argenté et vert tendre.
  • trois grandes chutes d’orchidées Phalaénopsis blanches,
  • des feuilles de farfugium japonicum traitées l’année précédente à la glycérine,
  • des petits rameaux de sapin Nordman frais, blanchis et légèrement pailleté,
  • un ensemble de petites boules de Noël à piquer, travaillées comme des guirlandes en chutes,
  • quelques tubes à orchidées et quelques petits morceaux de mousse synthétique noires.

Créer du relief

Plusieurs éléments permettent de créer le relief :
  • Les couronnes, point fort de l’arrangement, disposées elles-mêmes dans différents plans : de face, verticalement, de profil horizontalement, d’avant en arrière de la structure en bois peint en noir, qui se veut discrète, mais dont les démonstratrices revendiquent qu’elle fait partie intégrante de la «sculpture» végétale et florale réalisée,
  • plusieurs branches d’orchidées Phalaénopsis, blanches, en chute… pour accentuer la ligne résolument verticale voulue dans cet arrangement, placées dans des tubes,
  • des groupes de feuilles de farfugium japonicum conservées dans une solution glycérinée pour ne pas périr sous le gel de l’hiver précédent, sont utilisées. Elles sont montées avec des fils métalliques très fin pour les tiger et leur donner la jolie tenue vers l’avant, en forme de corolle qui est souhaitée…
Ces feuilles offrent les largeurs dont nous avons besoin dans cet arrangement, pour créer des points de liaison forts, et apporter la teinte marron, à aspect de cuir satiné, qui se rapproche de la couleur des couronnes travaillées à la liane de «corteccia». On y joint des petits rameaux de sapin Nordman frais et blanchi, légèrement pailleté et quelques boules dorées scintillantes montées sur de bâtonnets recouverts de floratap marron foncé.
Tous ensemble ces éléments viennent, travaillés en masse, vers l’avant de l’arrangement, s’offrant aux spectateurs, pour marquer les points forts de l’arrangement.

Les points forts de l’arrangement

Ils ont pour vocation de lier les endroits où les différentes couronnes se rencontrent et convergent. Ces points forts sont ainsi disséminés dans l’arrangement aux endroits « stratégiques ». On se donne les moyens techniques pour ne laisser paraître visuellement aucun des artifices techniques utilisés dans la réalisation. Nous complétons l’arrangement, qui a déjà été stabilisé visuellement au moyen de tous les autres éléments, qui se répondent, avec des guirlandes de mini boules de Noël.

L’équilibre

L’équilibre visuel et matériel est assuré grâce à tous ces éléments mis en œuvre, pour satisfaire aux décisions artistiques. Travaillées en chutes, elles viennent accaparer ici et là, pour les mettre en valeur, par leur brillance et leurs couleurs en harmonie avec les végétaux, les éléments du montage lui-même, et ainsi conforter l’idée d’un ensemble, où les éléments sont liés entre eux, sans nuire au graphisme vertical et asymétrique voulu par les trois démonstratrices.
Quelques flocons de neige viennent tournoyer sur l’arrangement achevé.
> Josette Goisbeau

Remerciements

Souhaitons à la SNHF de nombreux moments de beauté et de créativité, de nombreuses démonstrations de cette qualité portées par des artistes généreuses, passionnées et soucieuses de faire vivre l’art floral français dont nous sommes si fiers.
Au nom de la SNHF nous les remercions très vivement.
Remerciements

Les artistes

Adeline CHATELON, juge nationale depuis 2017 après avoir obtenu le diplôme DAFA 3e degré en 2012.
Professeur à Saujon au sein de son association Pétal’IN en atelier adultes et enfants depuis 2012 avec des cours d’initiation, de créativité… Depuis 2008, Adeline Chatelon participe à de nombreux concours et obtient de nombreux prix notamment le 1er prix d’élégance au concours international de Revel en mars 2019. Adeline Chatelon participe également à de nombreux ateliers avec différents intervenants internationaux.
> Pétal’IN sur facebook
Maryvonne DOUILLARD, juge nationale depuis 2013 après l’obtention du diplôme DAFA 3e degré en 2010.
Après avoir élevé ses quatre enfants, Maryvonne Douillard se consacre à l’Art Floral. Elle commence par des cours d’art floral occidental dispensés dans sa commune de Haute-Goulaine. Soazic Lefranc lui fait découvrir les concours français et internationaux. En juin 2017, Maryvonne Douillard a représenté la France à la manifestation mondiale de la WAFA à la Barbade. Elle est professeur à la Société Nantaise d’Horticulture ainsi qu’au sein de son association «Atelier Floral Goléna».
Josette GOISBEAU, juge Nationale depuis 2001 après l’obtention du diplôme DAFA 3e degré en 2000.
Josette Goisbeau dirige l’association «Décoration et Animation Florale Artistique d’Armorique» et organise au sein de l’association des préparations aux examens nationaux, des démonstrations, des spectacles, des «convivialité-florale», des voyages, des expositions de réputation internationale, des ateliers parents-enfants, des banques vertes, des visites de parcs et jardins.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + neuf =