Hortalia, la bibliothèque de la SNHF

Dès sa fondation en 1827, la Société Nationale d’Horticulture de France crée une bibliothèque à destination de ses membres. Le fonds est dès sa constitution extrêmement riche et varié, composé de livres, manuscrits, machines, modèles, statues, tableaux, estampes, cartes et autres objets.

Un des premiers fonds documentaires horticoles

affiche-SNHF-80x120-HDLa bibliothèque de la SNHF est aujourd’hui l’un des premiers fonds documentaires horticoles de France. Elle couvre un large éventail de thématiques, telles que l’horticulture professionnelle et le jardinage amateur, l’aménagement et l’histoire des jardins, l’art floral, la botanique et l’histoire des plantes, l’écologie végétale et le développement durable…

Ses collections sont constituées de plus de 10 000 ouvrages français et étrangers du XVIe siècle à nos jours, de 1 290 titres de périodiques, d’un fonds de catalogues commerciaux (plus de 400 entreprises représentées) et d’un riche fonds iconographique. Un catalogue et une bibliothèque numérique permettent aux lecteurs de connaître la composition du fonds.

La bibliothèque conserve un fonds patrimonial particulièrement remarquable. La monographie la plus ancienne, De re rustica. Libri XII : euisdem de arboris liber, separatus ab aliis de Columelle date de 1541. Ce texte rédigé en 45 apr. J.-C. est l’un des plus précieux témoignages de l’agriculture romaine. Ses collections comptent bien d’autres trésors encore parmi lesquels le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs d’Olivier de Serres (1600), Genera Plantarum de Charles Linné (1737), Principes de la méthode naturelle des végétaux de Antoine-Laurent de Jussieu (1824), Insectivorous Plants de Charles Darwin (1875), Les roses de Pierre-Joseph Redouté (1835), Iconographie du genre Camellia de l’Abbé Berlèse (1841), etc.

Le catalogue des imprimés

En 2005, la SNHF constitue son catalogue informatisé, base de données bibliographiques des fonds constituant la bibliothèque. Très vite, cette base s’enrichie des contributions de bibliothèques de 7 sociétés horticoles, représentant près de 25% des notices du catalogue.

– la Société d’Horticulture d’Angers et du département de Maine-et-Loire,
– la Société Régionale d’Horticulture de Clamart et environs,
– la Société d’Horticulture et d’Arboriculture des Bouches-du-Rhône (Marseille),
– la Société d’Horticulture des Yvelines (Versailles),
– la Société d’Horticulture d’Eure-et-Loir (Chartres),
– la Société d’Horticulture de l’Orne (Alençon),
– l’Institut Charles-Quentin à Pierrefonds (Oise).

Une interface web du catalogue est accessible aux publics depuis mars 2012.

La bibliothèque numérique

AfficheFleursRougesAvec pour double objectif la conservation et la valorisation, la bibliothèque mène, depuis 2011, une politique de numérisation afin de rendre accessible au plus grand nombre l’ensemble de ses collections. La numérisation permet en outre à la SNHF de sauvegarder son fonds patrimonial : la dématérialisation des ressources permet de limiter la manipulation des documents fragiles ou précieux.

Les périodiques ont pu être numérisés grâce au soutien de FranceAgriMer et de Val’hor, les catalogues commerciaux grâce au Muséum national d’histoire naturelle. Les monographies, quant à elles, ont pu être numérisées dans le cadre du partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), dont la SNHF se réjouit d’être pôle associé depuis 2012.

Les fonds numérisés sont accessibles depuis février 2014 sur Hortalia et sont structurés en six collections : les portraits de sociétaires, les lettres et autographes, les revues, les monographies, les catalogues et les images.

Sont accessibles en ligne : 80 monographies anciennes du XVIe au XVIIIe siècle ; cinq périodiques, l’Horticulteur français (1851-1872), l’Horticulteur universel (1839-1846), le Bulletin de la Société nationale d’horticulture de la Seine (1843-1854), la Revue horticole (1829-1900) et le Journal de la SNHF (1827-1900); les catalogues commerciaux Simon-Louis, Lemoine, Gaujard-Rome, Clause et Cels ; 23 portraits de sociétaires ; 12 lettres manuscrites de sociétaires du début du XIXe siècle ainsi que plus de 1600 gravures.

Daniel Lejeune, responsable de projet

Emmanuelle Royon, responsable bibliothèque, patrimoine et mécénat

Smaël Boudia, bibliothécaire

Titre du menu