[GPR] Actualités du Grand Prix de la Rose

Le déroulement du Grand Prix de la Rose a été perturbé en 2020 par les conditions sanitaires, mais les différents acteurs ont montré, s’il en était besoin, leur enthousiasme et leur dévouement. Tous nos remerciements vont aux équipes des différents sites test qui, dans des conditions difficiles, ont assuré l’épanouissement des variétés candidates et aux jurés locaux.

Le jury de la 12e édition, dont la réunion était prévue le 18 mars 2020, s’est déroulé à distance suivant une formule novatrice qui a ensuite été reprise par un certain nombre de concours de roses en Europe. Le jury a déclaré lauréat du Grand Prix de la Rose SNHF le rosier buisson à fleurs groupées ‘Landlust’ de l’obtenteur Kordes (Allemagne).

Landlust’ de l’obtenteur Kordes (Allemagne)

La cérémonie de remise des prix, initialement prévue au parc de Bagatelle à Paris le 24 mai, avait dû être reportée au 24 septembre dans l’amphithéâtre de la SNHF, 84 rue de Grenelle à Paris 7e, avant d’être à son tour annulée.

Dans l’attente de cet événement, le dossier de presse de cette édition a fait l’objet d’une large diffusion, notamment auprès des obtenteurs, des collectivités locales et services partenaires, en versions papier et numérique, en français et en anglais.

Le Grand Prix de la Rose est doté d’un prix offert par le Président de la République et la question des modalités de la remise de ce prix au lauréat, dans les circonstances actuelles, s’est posée. Après concertation avec les services de la Présidence, l’ambassade de France en Allemagne a été chargée de remettre l’objet de la Manufacture de Sèvres à l’obtenteur Kordes. Cet événement constitue une étape dans la reconnaissance du Grand Prix de la Rose.

La 13e édition se déroule suivant le processus classique et la réunion du Jury aura lieu le 17 mars prochain en visioconférence. Il avait été prévu une remise des prix à Annecy pour cette édition, au cours de laquelle auraient été cités les lauréats de la 12e édition, mais compte tenu des circonstances, la date et le lieu de la cérémonie seront fixés ultérieurement.

Enfin, les variétés de la 15e édition ont été plantées et il est très satisfaisant de constater que, malgré le contexte, l’intérêt pour le Grand Prix de la Rose ne faiblit pas, puisque 16 obtenteurs ont présenté 30 variétés, ce qui constitue une belle reconnaissance du travail collectif.

Janic Gourlet, vice-président de la SNHF, président de la section rose.

Article paru dans la lettre d’information de la SNHF du 12 mars 2021.
S’abonner aux lettres d’information de la Société Nationale d’Horticulture de France

Stop aux maladies dans mon potager de Denis Pépin

Denis Pépin, Grand Prix de l’édition 2017 du Concours National des Jardins Potagers, dans la catégorie jardin potager privatif, publie un nouveau livre « Stop aux maladies dans mon potager » au édition Terre vivante.

« Stop aux maladies dans mon potager ».

Solutions bio préventives et curatives

Certaines années, les maladies semblent s’acharner sur le potager et réduisent les récoltes à néant. La faute aux aléas météorologiques mais aussi à nos erreurs de culture, d’arrosage, de choix de plantes…

Denis Pépin, pionnier du jardinage sans produits chimiques, détaille les mesures préventives essentielles et les solutions biologiques. Avec une approche rationnelle, il propose notamment une sélection des variétés potagères les moins sensibles aux maladies. Un ouvrage abondamment illustré et très pratique.

Denis Pépin, ingénieur écologue et agronome, est jardinier-conseil et conférencier. Il est un des pionniers des alternatives aux pesticides chimiques en tant qu’initiateur des chartes « Jardiner au naturel » signées dans de nombreuses régions. Il propose également des formations dans son Jardin des Pépins (Bretagne). Il est aussi auteur et collabore au magazine de Terre vivante Les 4 Saisons.

Disponible le 9 février 2021 – 144 pages – 14 € – coll. Facile & bio – éd. Terre vivante

En librairies, jardineries, magasins bio et sur www.terrevivante.org

[REVOIR] Santé des plantes : mieux les protéger dans leur environnement

La protection des plantes communément appelée autrefois « défense des cultures », s’est développée très rapidement, passant en moins de deux siècles, d’un quasi-néant à une utilisation excessive de l’agrochimie à partir des années 1960, cette dernière visant à l’éradication des ennemis des plantes, aujourd’hui appelés bioagresseurs.

La protection des plantes basée exclusivement sur la chimie conduit à la pollution des milieux, entraine des déséquilibres biologiques et nuit à la santé humaine. Par ailleurs, elle conduit de plus en plus souvent à des impasses techniques en générant des résistances chez les ennemis des plantes.

Plus récemment, les connaissances en biologie des plantes et en biologie des bioagresseurs, alliées au développement de la génétique ont ouvert de nouvelles perspectives pour analyser les mécanismes de réponse aux maladies et ravageurs.

Aujourd’hui, dans le contexte inédit que nous vivons, nos compatriotes ont « soif de plantes » ! Bien les protéger dans leur environnement pour qu’elles soient en bonne santé, est un gage de bien être pour les humains !

Acteurs professionnels, enseignants et élèves, jardiniers amateurs… Vous qui cherchez à « produire autrement » pour vos cultures ornementales, florales, fruitières ou légumières, nous vous encourageons à venir nous rejoindre lors de ces 3 webinaires de janvier-février 2021 de la SNHF.

Lundi 25 janvier 2021

La protection des plantes, un concept en pleine évolution

Les effets de la mondialisation des échanges et des changements climatiques

De l’observation des plantes dans leur environnement

Lundi 1er février 2021
  • La bonne plante au bon endroit avec de bonnes pratiques culturales,
    Maryse Friot, Présidente de la Société d’Horticulture de Touraine
  • Les bioagresseurs et leur nuisibilité,
    Jérôme Jullien, Expert national en surveillance biologique du territoire, Ministère de l’Agriculture
  • Le Biocontrôle et la lutte biologique intégrée,
    Alice Piacibello, Chargée de projet, Jardiner Autrement – SNHF.

> Inscription conférences #2

La bonne plante au bon endroit avec de bonnes pratiques culturales

Les bioagresseurs et leur nuisibilité

Le Biocontrôle et la lutte biologique intégrée

Lundi 8 février 2021
  • Composer avec les adventices,
    François Léger, Enseignant chercheur en agroécologie, AgroParisTech
  • Les variétés résistantes aux bioagresseurs,
    Jean-Noël Plagès, Directeur scientifique honoraire, Limagrain
  • Le concept «one health», une seule santé,
    Marc-André Selosse, Professeur, Museum National d’Histoire Naturelle.

> Inscription conférences #3

Composer avec les adventices

Les variétés résistantes aux bioagresseurs

Le concept «one health», une seule santé

Titre du menu