Actualités Juin Juillet

Le mot du Président

Chères adhérentes, chers adhérents,

Enfin, nous y voilà ! L’amélioration de la situation sanitaire de notre pays nous permet d’envisager une reprise progressive de nos activités. Tous nos salariés ont réintégré leur poste de travail à la SNHF le lundi 29 juin au matin.

Bien entendu, la plus grande prudence reste de mise. N’oublions pas trop vite les saines recommandations : gestes protecteurs et distanciation physique. Restons vigilants en ayant à l’esprit ce vieil adage de Lao-Tseu : « Quand la crainte ne veille pas, il arrive ce qui était à craindre. »

Comme il fallait s’y attendre, à l’issue des vacances d’été, les mois de septembre et d’octobre seront particulièrement chargés en réunions et manifestations horticoles. Toutefois deux dates doivent être prioritaires dans vos agendas : le jeudi 24 septembre pour notre assemblée générale, et le vendredi 25 septembre pour le colloque du conseil scientifique. Nous vous attendons nombreux pour ces deux belles journées qui se dérouleront dans nos locaux de la rue de Grenelle.

Le premier conseil d’administration post-déconfinement

Le premier conseil d’administration post-déconfinement s’est tenu le 1er juillet 2020, en présence des 2/3 des administrateurs ravis de ces retrouvailles. Il est à noter que la composition de notre conseil se trouve légèrement modifiée en raison du changement de deux titulaires.
Au titre du collège 2, association HORTIS : Elisabeth Fournier est remplacée par Louis Tissier, ancien responsable du service Espaces Verts et Nature à l’eurométropole et à la ville de Strasbourg.
Au titre du collège 4, ville du Mans : Bernard Breux est remplacé par Denis Frelat, Directeur du service Nature en ville de la ville du Mans.

Nous leur souhaitons la bienvenue parmi nous, tout en remerciant également Bernard Breux et Elisabeth Fournier pour tout le temps qu’ils ont consacré à la SNHF.

A l’ordre du jour de ce conseil : l’analyse économique et financière du bilan 2019, le budget prévisionnel 2020, la refonte des statuts dans le cadre de la réflexion « Demain, la SNHF ! », et la préparation du congrès 2020.

La crise sanitaire, un accélérateur de tendance

Dans la lettre d’information du mois de mai, je vous écrivais que les leçons à tirer de cette crise seront multiples pour la SNHF. En fait la crise sanitaire a joué comme un accélérateur de tendance. Je voudrais y revenir brièvement, au moins sur trois points :

  1. Pendant la période de confinement, un certain nombre de réunions se sont tenues en visioconférence (comité fédérateur, bureaux). Elles ont rencontré un vif succès auprès des participants qui ont su s’adapter à cette technologie, un peu complexe à assimiler pour certains d’entre nous, mais qui s’est avérée à la portée de tous avec un peu de concentration et d’explications. Le principe des réunions à distance doit être développé car il permet une incontestable économie de temps, d’argent et d’énergie.
  2. Le télétravail doit aussi être envisagé désormais plus largement, aussi bien pour les salariés que pour les bénévoles actifs. Toutefois ce choix imposera une nouvelle organisation du travail, avec une mise en place de méthodes rigoureuses de contrôle et d’évaluation des tâches ainsi effectuées. Cette formule présente aussi le grand intérêt de réduire la contrainte du temps passé dans les transports.
  3. La conception des nouveaux bureaux que nous projetons devra impérativement tenir compte du risque pandémique et des nouvelles formes de travail. N’hésitons pas à imaginer les locaux du futur, aussi bien pour notre propre usage que pour ceux destinés à la location.

Nous aurons naturellement l’occasion d’en reparler. En attendant, je vous souhaite un bel été et vous prie de croire en mon amical dévouement.

Dominique DOUARD, Président

Bienvenue à nos deux nouveaux collaborateurs

Maxime CUMUNEL,

Directeur

Prendre la direction d’une vénérable institution n’est jamais chose aisée. J’aborde ma prise de poste avec l’humilité du jardinier confronté aux aléas de la nature et avec l’ambition de celui qui plante pour ses successeurs, puisque j’aurais l’honneur, sous la houlette des dirigeants de cette société savante et avec le soutien de ses personnels comme de ses nombreux bénévoles, dont je salue l’engagement et la fidélité, de jeter les bases du troisième siècle de la SNHF, dont nos successeurs auront à récolter les fruits.

Mes précédents postes m’on conduit à diriger ou co-diriger successivement une grande, du moins par l’image et l’enjeu, association patrimoniale et une fondation consacrée au développement agricole dans les pays en développement, sous la houlette, notamment, du groupe Crédit Agricole.

Patrimoine et impact auprès de la société civile constituent deux racines de la SNHF et ma transition vers cette société était, dès lors, presque évidente, confronté à l’universalité de la question du jardinage.

Universel, le jardin l’est par sa pratique, du balcon fleuri des citadins aux plus beaux jardins savants et aux pépinières, en passant par les jardins ouvriers, tous vecteurs d’émotions ou de rencontres qui forgent d’heureux souvenirs. La jardin est également au cœur de notre culture générale, à commencer par le jardin d’Eden, lieu du commencement et, étymologiquement, des délices, à celui de Gethsémani, jardin de la Passion, ou à celui de la Résurrection. La philosophie et les arts y trouvent, enfin, leurs plus belle expressions, ce dont témoignent les initiatives de la SNHF, sa bibliothèque, ses voyages ou ses prix.

J’ai eu la chance de grandir dans une famille qui voit le jardin comme vecteur de beauté, de santé, de gout et de sens, la joie aussi d’évoluer entouré de vrais amateurs ds jardins. A ce titre, je veux rendre un hommage appuyé à Béatrice de Andia, dont les jardins ligériens, construits ex nihilo comme un hommage à cette si belle province et comme réceptacle des cultures du monde. Ce message d’universalité et de beauté a considérablement marqué mon histoire personnelle et restera gravé dans mes souvenirs le jour où, peut être, ce jardin – car rien n’est plus éphémère que cet art – n’existera plus que dans les quelques ouvrages. C’est par lui, en tout cas, que j’ai connu la SNHF, puisque son potager a reçu en 2010 le grand prix du concours national des jardins potagers.

De la SNHF, j’ai été sensible à l’effort de diffusion de la connaissance auprès des jardiniers amateurs de notre pays qui doivent apprendre des meilleurs pour faire face aux enjeux climatiques ou écologiques, si cruciaux pour les jeunes générations au sein desquels se recruterons les bataillons de jardiniers du siècle en cours. C’est un enjeu auquel je suis, depuis longtemps, sensibilisé et qui explique mon parcours, tant dans l’univers du patrimoine monumental qu’en matière de lutte en faveur d’agricultures plus durables, mais aussi plus performantes économiquement, dans les pays du Sud.

Historien de formation, mais également communiquant et sensible aux enjeux socio-politiques, je vois à quel point est profonde l’aspiration de notre société à trouver su sens en revenant aux fondamentaux de l’humanité, à se nourrir mieux, à réduire son impact sur le vivants et à mieux nous intégrer à nos écosystèmes, je me félicite d’avoir rejoint la SNHF qui peut en la matière jouer un rôle central dans le XXIe siècle. C’est l’intuition brillante de ses fondateurs en 1827 que j’aurais la charge et l’honneur de contribuer à prolonger.

Mégane PULBY

Responsable bibliothèque, patrimoine et mécénats

Nouvelle recrue sur le poste de responsable bibliothèque, patrimoine et mécénats, je suis ravie d’intégrer l’équipe de la SNHF et de poursuivre mon aventure avec le monde végétal. Mes ambitions sur ce nouveau poste sont de structurer et pérenniser les multiples axes de la bibliothèque, développer son identité, sa réputation et sa notoriété auprès d’un public varié et bien sûr travailler sur de nombreux projets des différentes commissions de la SNHF afin de m’enrichir de l’ensemble de ses expertises.

Originaire de l’Aube, je suis diplômée des métiers des bibliothèques et de la documentation avec un master à la suite d’une licence de Lettres Modernes spécialisée dans l’information, la culture et les médias.

J’ai débuté ma carrière à Grenoble dans un laboratoire de géoscience du CNRS en tant qu’assistante ingénieur de recherche. Promouvant l’accès libre aux données de la Recherche, je travaillais essentiellement sur l’information scientifique et technique. J’ai également été documentaliste pour la Commission Internationale pour la Protection des Alpes, une ONG qui œuvre pour interpeller, alimenter et éclairer la décision publique. Je me souviens notamment des courbatures lors des lendemains des réunions d’équipe qui avaient le charme de se dérouler en pleine nature, souvent sur le massif de la Chartreuse.

D’un profil initialement orienté vers les publics, la communication et le numérique, j’ai fait mon entrée par la suite dans le réseau dense des bibliothèques universitaires. Tout d’abord à Lyon puis à Paris où j’ai assuré la fonction de responsable communication au sein de la plus grande bibliothèque du Quartier latin. C’est à cette époque que j’ai commencé à explorer mon penchant pour la nature. Du dessin botanique et anatomique (rapidement abandonné suite à un manque de talent évident) à la création de mon premier herbier (mon loisir privilégié lorsque je quitte Paris), mon rapport au végétal était émotionnel avant d’être intellectuel.

J’ai quitté ces différents postes pour rejoindre un établissement que j’affectionne tout particulièrement : le Muséum national d’Histoire naturelle. Entourée de textes et d’iconographies où se mêlent exigence scientifique et émerveillement artistique, j’avais pour mission la gestion de la diffusion des collections documentaires, archivistiques et artistiques du Muséum ainsi que le renseignement spécialisé autour des collections patrimoniales.

One thought on “Actualités Juin Juillet”

  1. Un beau recrutement pour la bibliothéque : le métier + l’intérêt pour le végétal .
    Longue vie au sein de cette “belle” collection ….qui n’attend que d’être valorisée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × un =